Blanchiment de capitaux : La Tunisie retirée de la liste noire UE

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Junker, a annoncé, jeudi à Tunis, le retrait de la Tunisie de la liste noire des pays tiers à haut risque de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme.

“L’Union européenne a retiré la Tunisie des listes noires, dont notamment la liste noire des pays tiers à haut risque de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme”, a affirmé le responsable européen lors d’un point de presse conjoint avec le président Béji Caïd Essebsi.

Il a précisé que “la Tunisie figure maintenant sur les listes grises”, faisant état actuellement de discussions avec les autorités tunisiennes sur les réformes et mesures nécessaires à même de permettre de retirer la Tunisie définitivement de ces listes.

De son côté, le Président tunisien a réitéré l’appel à l’Union Européenne pour réviser le classement de la Tunisie dans des listes noires, “compte tenu des réformes engagées pour améliorer la situation économique et sociale dans le pays”.

“La Tunisie fait toujours face à des défis économiques et sociaux, malgré les réformes structurelles entamées depuis la révolution”, a-t-il insisté.

“Nous voulons renforcer la coopération bilatérale dans tous les secteurs dans l’intérêt des deux parties”, a-t-il souligné, mettant l’accent sur l’importance du renforcement de la cadence des échanges entre la Tunisie et l’Union européenne, de manière à hisser les relations de partenariat entre les deux parties à des paliers supérieurs.

A ce propos, le président de la République a exprimé l’engagement de la Tunisie à “dialoguer avec ses amis européens en vue de trouver des solutions efficaces à ce problème commun de la migration irrégulière.

Il a également souligné la nécessité de renforcer la mise en œuvre de l’accord de partenariat pour la jeunesse signé à Bruxelles en 2016 entre la Tunisie et l’UE, de manière à doter la jeunesse tunisienne de meilleures opportunités de travail, de mobilité et d’étude dans l’espace européen.

Avec MAP

Voir aussi

Algérie : 15 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika

Des peines d’emprisonnement allant de 15 à 20 ans ont été prononcées, dans la nuit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.