samedi 15 décembre 2018

Affaire Benalla : Gardes à vue en cascades, un ministre auditionné lundi

L’affaire Alexandre Benalla, collaborateur de la présidence française licencié après des violences le 1er mai, continue d’occuper le devant de la scène en France: gardes à vue en cascades, dont la sienne prolongée samedi, audition du ministre de l’Intérieur lundi, opposition en ébullition.

Malgré son licenciement annoncé vendredi, l’Elysée n’a pas réussi à désamorcer la crise née de la divulgation mercredi de vidéos montrant ce proche du chef de l’Etat frapper des manifestants pendant la Fête du travail, arborant des insignes de police, alors qu’il était présent en tant que simple observateur auprès des forces de l’ordre.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb va devoir expliquer aux députés ce qu’il sait de cette affaire: il sera auditionné lundi à 10H00 (08H00 GMT) par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, dotée de pouvoirs d’enquête, a annoncé samedi sa présidente Yaël Braun-Pivet (LREM, majorité présidentielle).

En outre, la femme et l’homme frappés par Alexandre Benalla, lors des manifestations du 1er mai, ont demandé à être entendus ultérieurement par les enquêteurs.

L’opposition de tous bords soupçonne l’exécutif d’avoir voulu étouffer le scandale, droite et extrême droite demandant que le président Emmanuel Macron lui-même s’explique.

L’Élysée, mis rapidement au courant des agissements de Benalla, l’avait mis à pied en mai pendant 15 jours, sans pour autant saisir la justice, Alexandre Benalla, 26 ans, obtenant même en juillet un logement de fonction dans une dépendance de l’Élysée.

Mais l’histoire a été dévoilée mercredi par le quotidien Le Monde, provoquant d’autant plus d’indignation que le président s’était fait le chantre d’une « République exemplaire » pendant sa campagne électorale.

« On cherche à camoufler une affaire d’État derrière une procédure bien tardive de licenciement », a dénoncé dans un entretien au Figaro le patron de l’opposition de droite Laurent Wauquiez (Les Républicains). « Emmanuel Macron va devoir rendre des comptes aux Français », a-t-il ajouté.

« Si Macron ne s’explique pas, l’affaire Benalla deviendra l’affaire Macron », a estimé la présidente du Rassemblement national (extrême droite) Marine Le Pen, dans un tweet.

Le président de la république française, Emmanuel Macron est pour sa part resté muet sur cette affaire.

Zineb Alaoui

Voir aussi

Brexit : Dernière ligne droite

Le compte à rebours commence pour le vote décisif du parlement britannique sur l’accord de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.