mardi 12 décembre 2017

Maroc-Espagne : Le Roi Felipe VI, au Maroc

Roi d Espagne accueilli par roi du maroc rabat juillet 2014

Il y a un an le Maroc recevait Sa Majesté le Roi Juan Carlos d’Espagne. Les 14 et 15 juillet dernier, le Maroc a reçu Sa Majesté Felipe VI, Roi d’Espagne et la Reine Letizia.

La visite au Maroc des deux Rois espagnols, père et fils (ce dernier aussitôt qu’intronisé), à une année d’intervalle, confirme la solidité des relations entre le Maroc et l’Espagne…
Appartenant à la même génération, SM le Roi Mohammed VI et SM le Roi Felipe VI d’Espagne peuvent insuffler à la relation maroco-espagnole une nouvelle dynamique qui la préserverait des antagonismes inutiles.
La profonde relation qui lie d’ailleurs les deux Familles Royales, marocaine et espagnole, se confirme aussi, puisqu’avec ce voyage, le Roi Felipe VI veut préserver les liens de fraternité maintenus lors du règne de son père, le Roi Juan Carlos. Ce déplacement témoigne que les relations bilatérales n’ont pas perdu d’intensité.
Les relations de coopération entre les deux pays, que la visite du Roi Felipe vient consolider et raffermir davantage, ont été évoquées par les deux Souverains ainsi que plusieurs autres questions d’intérêt commun. Notamment, le développement des relations commerciales, suite à la dynamique enclenchée entre les deux pays dans ce domaine… En plus de la complémentarité économique entre les deux pays.

D’autre part, la visite revêt un caractère particulier, en ce sens qu’elle est la première, effectuée par Le Roi Felipe, à un pays hors de l’UE, depuis sa proclamation le 19 juin dernier comme Roi d’Espagne. Le choix du Maroc ne fait donc que réaffirmer la relation historique d’amitié et de fraternité entre les deux Familles Royales marocaine et espagnole. Ces liens exceptionnels qui ont fortement contribué à l’amélioration des relations bilatérales à tous les niveaux.

Un bilan positif

Le bilan de cette visite est ainsi très positif. Outre le fait que c’était une occasion pour passer en revue plusieurs questions bilatérales et multilatérales, elle a permis d’évoquer des sujets liés à la sécurité, à l’immigration clandestine, aux conflits survenus au Moyen-Orient et à la situation dans certains pays du Maghreb. Elle scelle la détermination de Rabat et de Madrid à étendre leur coopération vers l’Afrique.
Le Roi Felipe a en outre quitté le Maroc, sur un geste significatif de son ami, le Roi Mohammed VI: la promesse que l’accord de pêche avec l’UE –qui profite essentiellement aux pêcheurs espagnols- sera paraphé. Les Espagnols qui attendaient ce paraphe depuis six mois, sont enchantés par cette décision.
Nul ne peut nier l’importance de cette visite politique et diplomatique dans le renforcement des liens toujours nécessaires d’amitié et de coopération bilatérale. L’histoire, le voisinage et les foyers potentiels de conflits, font des relations avec le Maroc une priorité de la politique extérieure et sécuritaire de l’Espagne.
Lors des dernières années, les relations maroco-espagnoles ont d’ailleurs connu une amélioration notable dictée par la nécessité pour Madrid et Rabat de faire face à des défis communs comme le terrorisme jihadiste, la pression croissante de l’immigration subsaharienne, la crise économique et la globalisation.
Le Maroc est un pays allié et voisin avec lequel l’Espagne partage de forts liens économiques
L’Espagne et le Maroc entretiennent des relations de bon voisinage depuis des siècles. La visite intervient également au moment où les relations bilatérales traversent une période excellente et la coopération dans tous les domaines se développe de manière notable. L’Espagne est devenue le principal partenaire commercial du Maroc.
La coopération entre les deux Royaumes s’est renforcée au fil du temps, notamment le domaine économique, l’Espagne a réussi à devenir, un certain temps, le premier fournisseur du Maroc. La dynamique enclenchée au Maroc constitue un levier efficace pour la relance de l’économie espagnole, en quête de croissance, d’autant plus que le Royaume est un îlot de stabilité dans une région qui fait face à nombre de défis sécuritaires.

Hamid Dades

Voir aussi

Abdelkebir El Hadidi : Celui par qui la catastrophe est arrivée

Une quinzaine de personnes ont été tuées dans la bousculade survenue, dimanche 19 novembre 2017, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.