samedi 16 décembre 2017

CDG : Des actions sur le long terme

Cdg Maroc

Les performances et les résultats de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) ne peuvent se mesurer en l’espace d’une année. La Caisse, entreprenant des actions qui s’inscrivent sur le long terme, ses résultats ne sont donc perceptibles qu’à terme. Et pourtant…

On n’a pas relevé de baisse, ni de contre-performance, mais plutôt une quasi-stagnation du résultat net consolidé du groupe CDG. Le DG Anass Houir Alami l’a d’ailleurs bien précisé en soulignant que ce résultat a atteint 964 MDH en 2013, contre 976 MDH au titre de l’année précédente. Et d’ajouter:

«Ce résultat s’explique par des contributions aux évolutions contrastées des différents secteurs opérationnels». Alami a indiqué que, parallèlement, les activités aménagement, immobilier et tourisme ont enregistré une amélioration significative, alors que les secteurs de la banque-activités financières et de l’assurance et la réassurance ont connu une légère baisse.

Clignotants au vert…

C’est ce qui a fait ressortir que les activités aménagement, immobilier et tourisme sont les premiers contributeurs au résultat net part du groupe en 2013, marquant un changement de tendance dans le retour sur investissement des activités de développement territorial du groupe, grâce notamment aux contributions de l’Agence d’urbanisation et de développement d’Anfa (AUDA) et de la CGI. Anass Alami a affirmé à ce sujet: «L’année 2013 a connu la livraison des premiers projets initiés dans les années précédentes, en ligne avec le plan stratégique de 2015, notamment dans le domaine de l’hôtellerie, des zones industrielles de l’immobilier et du secteur financier».
Par ailleurs, le DG a fait savoir que les fonds propres ont enregistré une hausse de 12% à 16,8 MMDH, alors que le total bilan a connu un accroissement de 10% par rapport à 2012, reflétant le rythme soutenu des investissements du Groupe CDG.
Quant aux activités prévoyance, le Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR) et la Caisse nationale de retraite et d’assurance (CNRA) ont affiché respectivement une consolidation de leur total bilan de 0,1% et de 4%, reflétant la solidité de leurs assises financières.
Concernant les indicateurs du plan stratégique Oufoq 2015 de la CDG, Alami a précisé qu’ils ont enregistré à fin 2013 des taux de réalisation satisfaisants, avec notamment 806 ha de zones industrielles aménagées et en cours de livraison (85% de l’objectif Oufoq 2015), 249.000 m² de zones offshoring (83% de l’objectif Oufoq 2015), 13.500 lits hôteliers livrés ou en cours de réalisation (99% de l’objectif Oufoq 2015) et 308.000 m² d’immobilier tertiaire et locatif livrés ou en cours de réalisation (81% de l’objectif Oufoq 2015).

… Demain, la CDG

Concernant les perspectives 2014, la CDG envisage de poursuivre la dynamique de croissance des résultats consolidés du Groupe, influencés par une contribution de plus en plus importante du secteur de l’aménagement, du tourisme et de l’immobilier, une consolidation à la hausse des marchés financiers, un positionnement stratégique de la société centrale de réassurance (SCR) sur l’Afrique et un renforcement de partenariats au niveau local.
Impliqué dans une cinquantaine de projets structurants à travers le Royaume, le Groupe CDG contribue à travers ses activités à réduire les disparités régionales et constitue par ailleurs un levier de création d’emplois considérable à l’échelle du pays. A l’horizon 2030, le montant des investissements directs et induits du groupe devrait atteindre 235 MMDH, représentant un total de 250.000 emplois additionnels.
La CDG est une institution financière, créée sous forme d’établissement public en 1959. Elle a pour mission originelle de collecter, conserver et gérer des ressources d’épargne.

Hamid Dades
……………………………………………………………

3 Questions à…

Anass Houir Alami, DG de la CDG

Anas alami pdg cdg maroc

2013, une année de réalisations

Au terme de la conférence d’annonce des résultats annuels de la CDG, Anass Houir Alami, DG de la Caisse, a fait part au Reporter de ses impressions sur les performances de l’institution. Le point.

Quel jugement personnel portez-vous sur le déroulement et les résultats de cet exercice 2013?

On peut dire que c’était une bonne année et ce, à plusieurs niveaux. L’année a connu la réalisation de plusieurs projets que nous avons livrés. C’est aussi l’année de l’aboutissement de plusieurs efforts que nous avons déployés sur les années précédentes, couronnés notamment par la livraison, en 2013, d’unités hôtelières dans le Nord et de parcs industriels. Nous avons également livré des parcs territoriaux à Casablanca, avec le lancement d’un projet commercial au niveau de Zenata, la livraison des premiers bureaux au niveau de la Marina de Casablanca et la livraison de la Green-Town à Bouskoura… De même, l’année 2013 a été marquée par la confiance donnée par plusieurs opérateurs dans le domaine de l’immobilier, dans le projet d’Anfa. C’est donc l’année des réalisations, l’année des livraisons, mais également l’année qui a connu la présentation du «modèle CDG» au niveau du Parlement et de la Banque Mondiale. Cette dernière où, suite à une longue réunion de présentation et d’explication, le modèle CDG a été reconnu et a eu des encouragements pour développer des modèles similaires sur le continent africain, surtout dans des pays qui n’ont pas encore de marchés de capitaux très développés. C’est aussi une année qui a connu la présentation de la Charte de gouvernance. Une nouvelle Charte avec la création de plusieurs comités qui permettent de renforcer encore plus le processus de décision interne à la CDG.

La CDG, lors de la dernière tournée royale dans quatre pays d’Afrique, a signé des conventions avec ces pays. Sur quoi ont porté ces conventions?

Il s’agit de conventions de partenariat pour le développement de modèles similaires à la Caisse, notamment dans les zones industrielles avec MedZ. Ce sont également des partenariats pour renforcer les échanges d’expériences avec des Caisses qui existent déjà, notamment au Gabon. Et il y a des projets d’investissement dans les domaines où le Maroc a excellé en partenariat avec des opérateurs marocains de premier ordre.

Dans cette action, quel sera l’apport de la CDG?

La CDG peut apporter des capitaux en fonds propres, ce qui est bien entendu nécessaire avant tout financement bancaire. Certains opérateurs ont une grande expertise et une grande notoriété, mais pourraient manquer de fonds propres. La Caisse peut également apporter un soutien institutionnel par ses relations avec les Caisses de dépôt dans ces pays qui sont souvent de taille relativement importante. Et la CDG peut aussi apporter une confiance car, en venant en partenariat avec des opérateurs marocains, c’est un signe de confiance que porte un outil de l’Etat marocain à ces opérateurs et également un apport en termes financiers, en termes d’expertise financière où la Caisse a pu monter des projets innovants avec des opérateurs experts dans le domaine et qui sont de taille internationale. Je pense que les partenariats que nous avons montés avec des multinationales sont des partenariats exemplaires qui peuvent être pris comme référence pour nouer des partenariats similaires avec des opérateurs marocains.

Propos recueillis par Hamid Dades

Voir aussi

Concombres de mer/Maroc : Trésor méconnu, braconniers et marché de dupes

La pêche illicite des concombres de mer prend de l’ampleur au Maroc. Elle a déjà …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.