samedi 16 décembre 2017

Amours secrètes, hommes publics, vie privée

Valerie Trierweiler Franois Hollande

L’affaire du journal français people «Closer», qui a dévoilé une présumée relation amoureuse du Président François Hollande avec l’actrice Julie Gayet, a placé cette semaine au cœur du débat, en France (et ailleurs dans le monde, via les réseaux sociaux)

cette question qui soulève tant de passions: les hommes publics ont-ils droit à une vie privée, ou bien est-il légitime que le citoyen ait un droit de regard sur leur vie jusque dans ses détails les plus intimes ?
Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais unanimité sur cette question. Chacun des deux camps justifie sa position avec des arguments qui se veulent solides.
Mais il est clair que les tenants du droit à une protection stricte de la vie privée perdent du terrain.
Deux questions se posent alors.
D’abord, pourquoi cette tendance à la légitimation du voyeurisme ?
Ensuite, les défenseurs de la vie privée doivent-ils se rendre définitivement à l’air du temps, ou bien continuer de lutter pour une frontière étanche entre vie privée et vie publique ? …Ce qu’a tenté de faire cette semaine François Hollande avec plus ou moins de succès, plus ou moins de concessions.

Papier

Julie Gayet 2014

L’armée des adeptes du droit de regard sur la vie privée des hommes publics n’a pas manqué l’occasion de monter au front, à l’occasion de cette affaire d’amours secrètes du Président Hollande. Sortant la grosse artillerie, elle a multiplié les rafales, justifiant ses exigences d’accès à la vie privée du chef de l’Etat par des arguments d’abord franco-français.
Le candidat socialiste François Hollande n’avait-il pas promis de rompre avec certains étalages et interférences de la vie privée du Président, durement reprochés à son prédécesseur de droite, Nicolas Sarkozy ? N’avait-il pas promis de se mettre entièrement au service de la France et des Français: sa vie privée ne prend-elle pas le dessus sur ces promesses électorales ? Alors que la France fait face à de nombreux problèmes économiques et sociaux et que le bureau du Président croule sous le poids des dossiers en instance, consacre-t-il bien le temps qu’il faut à tout cela, ou bien en est-il détourné par ses affaires de cœur ? Et puis, n’y aurait-il pas de l’argent public engagé dans cette romance ? Certains sont allés jusqu’à enquêter sur les propriétaires de l’appartement dont Closer a assuré qu’il abritait les présumées rencontres nocturnes du Président avec l’actrice Julie Gayet, cherchant à savoir s’il n’y avait pas de financement illicite de ces rencontres, ou de quelconques faveurs ou passe-droits dont bénéficierait François Hollande.

La France était le pays de référence

Mais au-delà de tous ces arguments avancés pour justifier le fait que les Français auraient «le droit de savoir», au nom d’une prétendue exigence de bonne gouvernance, en réalité, la raison de cette curiosité est bien plus terre à terre. Il s’agit tout simplement d’un voyeurisme -totalement humain- qui bat de plus en plus en brèche la frontière entre vie publique et vie privée ; et qui se voit renforcé par les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), avec en tête les réseaux sociaux.
Pourtant, jusque-là, la France était le pays qui défendait, avec le plus de fermeté, le principe de protection de la vie privée. Les choses ont-elles changé dans ce pays où les valeurs de liberté sont de plus en plus chahutées, à l’occasion d’«affaires» ultra-médiatisées ?
La plupart des Présidents français contemporains ont eu des liaisons extra-conjugales, voire une double vie (ce fût le cas du Président Mitterrand qui a longtemps caché sa fille Mazarine). Tout le monde politico-médiatique était au fait des amours secrètes des locataires successifs de l’Elysée, mais personne n’en soufflait le moindre mot en public, ni n’en couchait la moindre ligne dans les médias. Lorsque qu’en 1994, le journal Paris Match avait publié une photo de Mazarine avec son père, François Mitterrand, nul n’ignorait qu’un accord présidentiel avait précédé cette «fuite» organisée.
La France était le pays de référence, par excellence, pour ce qui est du respect de la vie privée.
Contrairement aux pays anglo-saxons… Mais avec une nuance, selon qu’il s’agisse des Etats Unis ou de la Grande Bretagne.

Pas de protection de la vie privée

En Grande Bretagne, c’est de notoriété publique, il n’y a pas de vie privée qui tienne. Les tabloïds y sont férus de scoops qu’ils n’ont aucun scrupule à aller chercher, même illégalement et parfois jusque dans la chambre à coucher des membres de la famille royale (déballage de la vie du Prince Charles et de ses rapports avec Camelia).
On sait quels scandales et quels drames cela a provoqué. Notamment, côté scandale, l’affaire «News of the World», journal du groupe Murdoch qui, pour alimenter ses pages de scoops, faisait écouter des centaines de personnes et ce, pendant toute la décennie 2000. Et, côté drame, la mort de Lady Di dont il a été dit que l’accident qui lui a coûté la vie a été provoqué par un excès de vitesse, dans la tentative de son chauffeur d’échapper aux paparazzis.
Aux Etats Unis, la vie privée des personnalités publiques n’est pas davantage protégée en cas d’écarts. A la différence près que l’Amérique puritaine a posé ses règles à la base. Tous les Américains savent que s’ils veulent occuper une fonction publique –a fortiori la fonction présidentielle- il leur faut être exemplaires, depuis leur naissance et ne se permettre aucune frasque, sous peine d’un scandale à l’échelle fédérale.

Citoyen lambda ou homme public

Si la tendance à la légitimation du voyeurisme gagne du terrain, dans tous les pays du monde, c’est donc au nom du sacro-saint droit du contribuable à l’information. Mais aussi au nom d’une curiosité morbide qu’encouragent et alimentent les nouvelles technologies.
Dans ce contexte, il devient difficile de convaincre l’opinion publique que le droit du contribuable à l’information est aussi important que celui de préserver ce qu’il y a d’intime dans la vie d’un citoyen, fût-il un acteur de la vie publique.
Et c’est ainsi que ceux qui défendent la séparation absolue entre la vie publique et la vie privée et la protection de cette dernière, arrivent de moins en moins à imposer leur point de vue. Particulièrement lorsqu’ils sont directement concernés.
Le Président François Hollande s’est certes montré déterminé à protéger sa vie privée. Depuis que Closer a éventé sa liaison avec l’actrice Julie Gayet et même lorsque sa compagne, Valérie Trierweiler, prenant connaissance des faits, a été hospitalisée, sous l’effet du choc, son principal commentaire n’a cessé d’être que les affaires privées se traitaient en privé.
Lors de sa conférence de presse semestrielle, mardi 14 janvier, au Palais de l’Elysée, face à près de 600 journalistes, le Président français a tenu bon, coupant court, dès la première question, à toute velléité de l’interroger sur le sujet. Cependant, malgré son ton ferme, il a bien dû lâcher du lest en promettant que la demande de clarification qui lui était faite recevrait une réponse avant son déplacement aux Etats Unis, prévu fin février. Il n’a pas non plus pu empêcher quelques autres journalistes de lui poser des questions sur le même sujet, notamment sur l’état de santé de Valérie Trierweiler.
Ses réponses, laconiques, illustraient –ô combien- les efforts d’un homme qui s’acharne à défendre cette frontière, si fragilisée, entre ce qui relève du public et ce qui relève du strictement privé sur lequel ni contribuable, ni électeur, n’a de droit de regard, à quelque titre que ce soit… A moins que le principal intéressé ne le décide.
Des efforts qui méritent le plus grand soutien, tant la vie privée des citoyens leur est précieuse, quel que soit le statut de chacun d’eux, citoyen lambda ou homme public.
Et beaucoup comptent sur la France pour maintenir étanche cette frontière qui protège la vie privée, au nom des vraies valeurs de protection des droits humains.

Bahia Amrani

……………………………………………………………………………

François Mitterrand
Discrétion malgré la double vie

Franois mitterrand

Après plusieurs années à l’ombre, Mazarine Pingeot, fille illégitime de l’ancien Président français, François Mitterrand et d’Anne Pingeot, conservatrice au musée d’Orsay, apparaît au grand jour. La vérité est «officiellement» révélée, en novembre 1994, par l’hebdomadaire français Paris Match. Mais bien avant la publication par cette revue d’une photo (François Mitterrand et sa fille à la sortie d’un restaurant de Paris), les Français étaient informés, dès le début du premier septennat de François Mitterrand, sur la vie privée de leur président.
Etre père d’une fille illégitime, ce n’est pas simple et encore moins lorsque l’on est chef d’Etat. Ce qui n’a pas empêché François Mitterrand de passer du temps avec sa fille cachée et sa bien-aimée, Anne Pingeot, la mère de Mazarine, laquelle a passé trente-cinq ans aux côtés de François Mitterrand, mais en restant dans l’ombre.
François Mitterrand, qui avait reconnu sa fille Mazarine devant un notaire, le 25 janvier 1984, avait entamé sa double vie déjà dans la décennie de sa première campagne présidentielle, dans les années 1960. Tous les Français savaient l’existence de cette deuxième famille Ils estimaient, en fait, que la vie du chef d’Etat devait être strictement protégée. Ce n’est que lors des obsèques de François Mitterrand qu’ils allaient voir les deux familles réunies pour une seule fois.

KB
……………………………………………………………………………

Nikolas Sarkozy
Il met en scène sa vie privée

Nikolas sarkozy

Dès le début de sa candidature à la présidence, Nikolas Sarkozy a mis sa vie en scène. Ainsi, l’ancien Président de la République française a mis en ligne son profil Facebook.
Pour s’adresser aux Français, Sarkozy n’avait plus besoin du petit écran. Il a décidé que Facebook soit le bon endroit pour mettre en valeur ses succès et son image en tant que Président, mais aussi sa vie privée et ses confidences. Ainsi, en mai 2007, la mise en scène de sa famille recomposée et de son épouse Cécilia, lors de sa cérémonie d’investiture, avait constitué l’élément central du premier gros plan de communication du nouveau président de la République. Sept mois plus tard, Nikolas Sarkozy allait mettre sa vie privée en scène plus spectaculairement que jamais. En effet, après son divorce d’avec Cécilia, trois magazines «people» allaient publier des photos, prises à Disneyland Paris, du chef de l’Etat en compagnie de l’ancien mannequin Carla Bruni. Il ne s’agissait pas de photos volées: à aucun moment, les officiers de sécurité du président n’avaient empêché les paparazzis de travailler en toute tranquillité, ont commenté à ce moment-là les médias français. Il s’agirait donc d’une campagne de communication très bien orchestrée. Nicolas Sarkozy n’avait donc plus de vie privée. Les Français savaient tout sur leur nouveau Président. Son divorce avec Cécilia, sa nouvelle liaison avec la chanteuse Carla Bruni et puis son mariage avec cette dernière. Bref, l’ancien président de la France a tellement mis en scène sa vie privée qu’il était difficile de savoir où était la ligne rouge.
Pourtant, un Président est un homme comme un autre. Les gens n’ont pas un droit de regard sur sa vie privée. En tout cas, tant qu’il n’a pas violé la loi, sa vie privée ne doit pas devenir publique. Il a droit au respect de celle-ci. Mais, Nikolas Sarkozy a une part de responsabilité, puisqu’il a lui-même mis sa vie privée en avant.

KB
……………………………………………………………………………

Nelson Mandela
La cause nationale justifie sa vie privée

Nelson mandela madiba

Après trente-huit années de mariage, Nelson Mandela et Winnie divorcent en mars 1996. Madiba, le nom par lequel Mandela était le plus couramment appelé dans son pays, avait expliqué que celle qui fut un jour sa bien-aimée a fait de lui l’homme le plus seul au monde. Sa compagne, Winnie Mandela, surnommée la mère de la nation, l’aurait, selon lui, trompé avec un collègue, Dali Mpofu. Après le divorce du plus vieux prisonnier politique du monde, les Sud-Africains semblaient ne pas accorder trop d’importance à sa vie privée. En Afrique du Sud, la vie privée de Nelson Mandela était même respectée. Pourtant, l’homme a toujours aimé les femmes et ne s’en est jamais caché. Même quand il était président de l’Afrique du Sud (1994 à 1999) et jusqu’à son repli complet de la vie publique, il y a dix ans, le prisonnier légendaire n’a jamais loupé une occasion de se faire photographier avec de jeunes modèles et des célébrités avec lesquelles il flirtait ouvertement. Mais malgré ses flirts avec des jeunes filles, Nelson Mandela n’a pas été harcelé dans sa vie privée. Pour les Sud-Africains, il a tout sacrifié à la cause nationale, y compris sa vie privée.
Pour les Sud-Africains qui n’ont guère connu que le légendaire militant, Nelson Mandela était ce militant qui avait connu une vie très difficile. Déjà dans les années 1940 et 1950, il avait été très impliqué dans la lutte contre l’apartheid au sein de la puissante Ligue de la jeunesse. Et, au début des années 1960, il était au cœur de la lutte et activement recherché. Il a subi le harcèlement constant du régime de l’apartheid qui l’a condamné, en 1964, à la détention à vie. C’est donc pour toutes ces raisons que la vie privée de Nelson Mandela était respectée dans son pays.

KB
……………………………………………………………………

Vladimir Poutine
Liberté, mais pas trop…

Vladimir poutine

En juin dernier, Vladimir Poutine, le maître du Kremlin et son épouse, Lioudmila, annonçaient à la télévision d’Etat, Rossia 24, qu’ils venaient de divorcer. Pourtant, au lendemain de cette annonce surprise qui mettait fin à des années de rumeurs, les Russes demeuraient perplexes. Car, en Russie, on est plutôt habitué à la discrétion quand il s’agit de la vie privée de son président. D’ailleurs, dans ce pays, les chefs d’Etat ont toujours entouré leur vie privée d’un secret total face à la pression de l’Eglise orthodoxe. Mais le journal russe, Moskovski Korrespondent, a toutefois franchi les limites et relaté que l’ancien colonel du KGB entretiendrait depuis des années une relation avec une championne olympique de gymnastique, de 30 ans sa cadette. Le journal s’est vu fermé le lendemain de cette publication (avril 2008). Aujourd’hui, après l’annonce «civilisée des deux époux », qui n’a pas été sans rumeurs, on parle de nouveau de cette liaison et d’un remariage possible. Mais le porte-parole de Vladimir Poutine a démenti ces rumeurs.

KB
…………………………………………………………………………

Silvio Berlusconi
Il a violé la loi

Silvio berlusconi

Jamais la vie privée d’un homme publique n’a fait l’objet d’autant d’articles dans la presse italienne que celle de l’ancien chef de gouvernement italien, Silvio Berlusconi. En cause, les nombreux scandales du Cavaliere qui payait des escorts girls lors des fêtes «bunga bunga» organisées dans ses résidences. Ces «bunga bunga» ont même donné lieu à d’innombrables blagues et parodies, notamment sur le net. Silvio Berlusconi a reconnu être «un pécheur, comme tout le monde » et a accusé ses opposants de chercher à porter atteinte à sa vie privée. Mais si ses amours secrètes ont été au cœur d’une grande médiatisation, c’est bien à cause de sa violation de la loi. L’affaire de sa relation avec une jeune mineure allait occuper les colonnes de la presse italienne pendant plusieurs mois. Mineure au moment des faits, Silvio Berlusconi aurait payé Ruby pour assister à ses soirées arrosées. Et c’est d’ailleurs là l’une des raisons qui a fait que Berlusconi n’avait plus droit à une vie privée. Le Cavaliere, qui a violé la loi, s’est donc retrouvé au sein d’une affaire judiciaire.
Face à ce coup porté à l’image de Silvio Belusconi, à trois semaines du sommet du G8 qui s’est tenu en Italie en 2009, le Cavaliere a évoqué l’hypothèse d’un «complot» qui viserait à l’expulser du pouvoir. Ce dossier déjà brûlant a été aggravé non seulement par le fait que l’une des jeunes filles, Ruby, était mineure au moment des faits, mais Berlusconi aurait fait expressément libérer de prison la jeune femme, qui avait été arrêtée pour vol, en prétextant qu’elle était une proche du président égyptien Moubarak, afin qu’elle puisse venir participer à l’une des soirées organisée dans l’une des résidences du Cavaliere.

KB
………………………………………………………………………….

Rachida Dati
Pour le juge, elle s’est exposée

Rachida dati

Suite à la parution d’une bande-dessinée intitulée «Aux noms des pères», Rachida Dati a saisi la justice pour interdire l’ouvrage. Elle estime que la bande dessinée porte atteinte à sa vie privée et à celle de sa fille. Mais le tribunal de Grande Instance de Versailles a rejeté sa demande. Le juge a estimé que c’était de l’humour et a surtout fait comprendre à l’ancinne ministre qu’elle l’avait un peu cherché en exposant sa vie privée. Il faut dire qu’avec la naissance de sa fille Zohra et le mystère autour de l’identité du père, Rachida Dati a souvent prêté le flan à la critique.

KB
…………………………………………………………………

Kadhafi
Vie privée protégée par la dictature

Kadhafi

L’ancien chef d’Etat libyen, Mouammer Kadhafi, était un tyran et en même temps un malade du sexe. Le dictateur violait la loi et faisait tout en catimini. Mineurs, célibataires, veuves ou mariées, il n’avait aucun scrupule. Il abusait même de certains ministres, de leurs femmes, de filles de généraux, d’épouses de diplomates étrangers, de stars… Et il faisant kidnapper ses proies, des jeunes filles, dans leurs familles ou dans leurs écoles. Il leur faisait subir tous les sévices possibles. Les gens savaient tout de ses obsessions sexuelles, mais personne n’osait en parler. Ils avaient peur de la vengeance du dictateur sadique qui régna sans partage quarante-deux ans sur le pays et sur ses précieuses ressources pétrolières.

KB

Voir aussi

Le Roi Mohammed VI en Côte d’Ivoire : De quoi est faite la relation ?

A l’occasion du 5ème Sommet UA-UE, dont les travaux se sont ouverts le 29 novembre …

Un commentaire

  1. Il avait 5 ans pour tenir sa braguette fermée. Non, ce n’est pas la vie qui l’a ouverte mais sa liberté qu’il a cru illimitée.
    Je le tiens pour unique responsable de ses écarts qui font mal à tous ceux qui payent ses pots cassés, en termes d’images, et de valeurs à faire valoir.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2014/01/la-france-tu-la-trompes/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.