Sommet de Bamako : Les adieux du président Hollande

Sommet de Bamako : Les adieux du président Hollande

Les 13 et 14 janvier 2017, a accueilli le Sommet -. Le contexte est plutôt morose avec, en arrière-plan, la menace terroriste partout en . Sur le plan économique, beaucoup de pays africains s’affranchissent de la puissance française de plus en plus relative. Le Sommet -, né en 1973, est devenu Afrique- en 1981 sans rien changer. La France ne parvient pas à faire remonter sa cote de popularité en Afrique. Les opérations Serval et Barkhane ont renvoyé l’image d’une puissance néocoloniale, surtout chez les jeunes souvent séduits par les discours patriotiques, voir djihadistes. L’association Survie, dans un rapport intitulé «Cinq guerres pour un empire», est particulièrement critique vis-à-vis de l’interventionnisme militaire français en Afrique. «Ces opérations demeurent particulièrement discutables. On remarque ainsi que, bien loin de résoudre les crises, celles-ci contribuent à les aggraver et à en créer de nouvelles». La France est également de moins en moins présente sur la scène économique africaine. Bien éloignée du dynamisme chinois, elle n’est plus le pays incontournable, même en Afrique francophone. Au point que le patron des patrons français, Pierre Gattaz, a lancé la reconquête. «L’Afrique, c’est important qu’on y soit. Il faut qu’on aide nos amis africains, sans aucune arrogance. L’idée, c’est de faire tout ça en grande humilité. On n’a pas de leçons à donner à qui que ce soit», a-t-il  déclaré à Géopolis. Mais ce sommet de revêt un double symbole. D’abord, il marque l’ultime en terre africaine du président . Une Afrique qui, de Tombouctou à Bangui, aura mobilisé les troupes françaises et rempli l’agenda du Président. L’autre symbole est malien. En 2012, les djihadistes pavanaient dans Tombouctou. Cinq ans plus tard, le pays est encore debout, ce que ne manquera sûrement pas de souligner son président, Ibrahim Boubacar Keita.

Lire aussi
Le différend du Sahara, nourri par l’Algérie et le polisario, est un « frein » à l’intégration économique de l’Afrique

Patrice Zehr

Voir aussi

Costa Rica,Rodrigo Chaves,Maroc

Le Président de Costa Rica salue le leadership “très fort” de SM le Roi

Le président de Costa Rica, Rodrigo Chaves, a salué « le leadership très fort de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...