Sécurité sociale au Maroc : Ce qui change pour les salariés

Sécurité sociale au Maroc : Ce qui change pour les salariés

Réuni jeudi 1er mars 2018,  le Conseil de gouvernement a approuvé le projet de loi No 90.17 modifiant et complétant le Dahir portant loi n° 1-72-184  relatif au régime de la sécurité sociale.

Présenté par le ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle Mohamed Yatim, le projet vise à prolonger le délai de dépôt de la demande d’adhésion à l’assurance facultative de 12 à 36 mois suivant la date d’expiration de l’assurance obligatoire, a indiqué le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la Société civile, Porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, à l’issue de la réunion du Conseil de gouvernement.

Cette prolongation permettra de donner au salarié plus de temps pour qu’il continue de payer les cotisations au régime de la sécurité sociale, afin de continuer à bénéficier de la couverture sociale gérée par la Caisse, en plus de garantir le droit de bénéficier d’une pension vieillesse selon les conditions d’âge et le nombre de jours déclarés. Le projet de loi vise également à annuler le contrôle médical spontané mené par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) sur l’assuré après sa présentation de la demande de bénéficier des indemnités quotidiennes sur une maladie ou un accident, et se contenter ainsi, après examen de la demande, de documents prouvant l’invalidité au travail, sauf en cas de nécessité.

Mohcine Lourhzal 

Voir aussi

Al Omrane Expo 2020

Al Omrane Expo 2020 | Pour une nouvelle stratégie de relance de l’habitat au Maroc

La relance du secteur de l’habitat au Maroc nécessite une nouvelle vision partenariale, ce qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.