Flash Infos

Entreprise sociale : Comprendre puis partager et développer

Entreprise sociale : Comprendre puis partager et développer

Partant de la problématique de compréhension et de détermination d’une définition commune et partagée de ce qu’est d’abord «une entreprise sociale», au Maroc notamment, le débat a ensuite porté sur les impératifs de développement d’institutionnalisation et d’appui de l’entreprise sociale, dans le cadre d’une approche multi-acteurs.

Ont ainsi été énumérés un ensemble d’enjeux de développement se rapportant à un cadre de définitions communes et partagées par l’ensemble des acteurs (besoins de réglementation adéquate, structuration de programmes efficaces d’appui public, critères de ciblage et d’incitation, solutions et instruments de financement publics et privés appropriés). Les enjeux de développement de l’entrepreneuriat social -en termes d’impact direct et tangible sur l’amélioration des conditions de vie des populations et le développement des territoires- et de contribution à la dynamique nationale de développement durable (Vision 2030, Agenda ODD, Transition Climatique), ont également été débattus.

Dans ce cadre, un exemple porteur a été présenté. Il s’agissait de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), citée comme vecteur de canalisation de projets et des territoires (Equity Supply). 

Dans ce cadre, le wali chargé de la coordination de l’INDH, Mohamed Dardouri, a fait savoir que la troisième phase de cette initiative (2019-2023) prévoit, entre autres, un programme dédié à l’inclusion économique des jeunes, devant se faire de manière forte en dépassant l’accompagnement financier de cette catégorie, pour englober aussi l’écoute, l’orientation et le renforcement des capacités pour la création des petites et moyennes entreprises.

L’accompagnement ne devra pas se limiter à la seule étape de la création d’entreprises, mais se poursuivra aussi après le lancement de ses structures qui peuvent prendre la forme d’entreprises sociales, de coopératives ou d’associations. Pour la réussite de ce programme, qui concerne particulièrement le milieu rural et les zones urbaines au niveau des quartiers souffrant de précarité, des centres d’entrepreneuriat seront ouverts à cet effet sur l’ensemble du territoire national et seront animés par des associations.

Outre les jeunes, cette troisième phase de l’INDH concerne également la petite enfance au niveau du préscolaire et l’appui au niveau des écoles primaires et des collèges, afin d’accompagner le ministère de l’Education nationale dans ses efforts visant l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Il s’agit aussi de faire face à la déperdition scolaire, tout en mobilisant les moyens nécessaires à même de garantir, dans l’avenir, l’inclusion sociale de ces jeunes.

Au passage, la question a porté sur les leviers de développement quant aux politiques publiques et programmes d’appui et sur le rôle du secteur privé  et de l’acteur public (central et municipal), ainsi que sur le rôle de la société civile et l’impératif d’action collective. 

Enfin, on est passé a un point essentiel qui représente souvent un frein au développement, en l’occurrence le financement et ses mécanismes directs et indirects; pour relever l’impératif, dans le cadre d’un «Impact-Investing», catalyser les bonnes volontés (Financements privés, philanthropie, revenus Zakat et programmes des Awkaf, fondations familiales…). Pour, ensuite s’étaler sur les partenariats institutionnels et la coopération et étudier les moyens de  massifier l’impact des programmes de coopération. 

HD

Voir aussi

Soutien De La Berd à L’agro Industrie Marocaine

Soutien de la BERD à l’agro-industrie marocaine

La Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) a octroyé un prêt de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.