Flash Infos

D’autres maladies infectieuses continuent de tuer dans l’ombre du COVID-19

D’autres maladies infectieuses continuent de tuer dans l’ombre du COVID-19

Alors que le monde est hypnotisé par le nouveau coronavirus, d’autres maladies infectieuses continuent de tuer des millions de personnes, dont de nombreux enfants dans les pays en développement. 

L’Unicef, le programme des Nations unies pour les enfants, a indiqué en avril qu’avec la suspension des vaccinations, 117 millions d’enfants risquaient désormais d’attraper la rougeole. 

Les systèmes de santé sont tellement sous tension qu’à certains endroits les services de routine ont été suspendus. Tout est consacré à la lutte contre la COVID-19, a déclaré à l’AFP Robin Nandy, chef du service de vaccination de l’Unicef. Les États veulent limiter les contacts des professionnels de santé avec des malades potentiels. 

La rougeole a tué plus de 140 000 personnes en 2018. La plupart des victimes avait moins de cinq ans. 

Plus de 2 500 enfants meurent aussi chaque jour de pneumonie, une infection bactérienne qu’on sait soigner avec des médicaments efficaces et peu chers. Plus de 800 000 morts pourraient être évités chaque année, selon des études. 

Au Nigeria, où la pneumonie est la principale cause de mort infantile, on craint que la COVID-19 n’empêche déjà de nombreux petits d’accéder aux soins. 

Nous voyons de nombreux enfants arriver avec des problèmes respiratoires. Le diagnostic comme le traitement nous posent problème, indique Sanjana Bhardwaj, directrice de la Santé pour l’Unicef au Nigeria. 

Avant même l’arrivée de la COVID-19, la République démocratique du Congo souffrait déjà de plusieurs épidémies.  

La rougeole y a fait 6 000 morts, tuant principalement des enfants, depuis le début de la dernière épidémie en 2019. Le paludisme menace aussi les nourrissons en permanence, et tue environ 13 000 personnes chaque année.  

En avril, l’Organisation mondiale de la santé s’apprêtait à annoncer la fin de l’épidémie d’Ebola dans le pays. Las, elle a dû retarder son annonce avec l’apparition de nouveaux cas. 

Il y avait déjà des morbidités importantes, avec aussi la malnutrition qui touche durement les enfants, décrit Alex Mutanganyi, responsable de la lutte contre la COVID-19 en RDC pour l’ONG Save The Children.

«La COVID-19 a seulement augmenté le nombre de ces menaces». 

Avec AFP

Voir aussi

hausse inquiétante du nombre de clandestins algériens arrivés sur les côtes espagnoles

Madrid | Hausse inquiétante du nombre de clandestins algériens arrivés sur les côtes espagnoles

La ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’UE et de la Coopération, Arancha Gonzalez Laya, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.