COVID-19 | Le vaccin de BioNTech/Pfizer sera importé en Chine

Vaccin Pfizer Biontech Une Demande D'autorisation En Urgence

Le chinois Fosun Pharma va importer l’an prochain au moins 100 millions de doses du vaccin de l’allemand BioNTech contre le nouveau coronavirus, alors même que Pékin met au point ses propres vaccins contre la COVID-19. 

Le vaccin de BioNTech, produit en collaboration avec l’américain Pfizer, a déjà reçu des autorisations de mise sur le marché dans plusieurs pays, notamment la Grande-Bretagne et les États-Unis, où il a commencé à être inoculé.

Des laboratoires chinois travaillent eux aussi sur des vaccins expérimentaux qui ont commencé à être largement distribués dans le pays aux personnes les plus exposées, mais sans avoir encore reçu formellement le feu vert des autorités pour une mise sur le marché.

Dans un communiqué adressé mercredi à la Bourse de Hong Kong, Fosun Pharma précise que BioNTech lui fournira «pas moins de 100 millions de doses du vaccin contre le coronavirus pour la Chine continentale en 2021».

Fosun Pharma payera 250 millions d’euros à titre d’avance pour la fourniture de 50 millions de doses, est-il précisé.

Les deux groupes se partageront les profits réalisés pour la vente du vaccin en Chine continentale ainsi qu’à Hong Kong et à Macao, à hauteur des deux tiers pour Fosun et d’un tiers pour BioNTech.

Fosun Pharma est une filiale du conglomérat diversifié Fosun International, propriétaire notamment du Club Med.

La Chine, où l’épidémie a fait son apparition à la fin de l’an dernier, a mis de gros moyens dans la mise au point de vaccins, le président Xi Jinping promettant d’en faire «un bien public mondial».

La capitale émiratie, Abou Dhabi, a ainsi commencé lundi à vacciner ses habitants à l’aide du vaccin du chinois Sinopharm.

La Chine a actuellement quatre vaccins en phase finale de tests. Plusieurs tests ont été menés par les laboratoires chinois dans un certain nombre de pays, dont le Brésil, les Émirats arabes unis et la Turquie.

Au Pérou, les essais du vaccin Sinopharm ont été suspendus après que des problèmes neurologiques ont été détectés chez un volontaire.

Lundi, l’agence brésilienne de régulation sanitaire (Anvisa) a affirmé que la Chine avait employé des critères «non transparents» afin d’accorder l’approbation d’urgence de mise sur le marché d’un autre vaccin, le CoronaVac du laboratoire Sinovac.

Par le passé, l’industrie pharmaceutique chinoise a été mise en cause lors de scandales de vaccins frelatés.

LR/AFP

Voir aussi

Arabie Saoudite Ryad

Ryad | L’Arabie saoudite rouvre ses frontières

L’Arabie saoudite a annoncé dimanche la réouverture de ses frontières et la reprise des vols …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.