Banque Centrale Populaire | Et la relance, région par région…!

Mohamed Karim Mounir,BCP

Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP

Face aux problèmes de trésorerie auxquels elles ont été confrontées à cause de l’arrêt partiel ou total de leurs activités, les entreprises marocaines ont pu compter sur la présence, l’accompagnement et le savoir-faire du groupe Banque Centrale Populaire (BCP), l’un des plus grands du pays.

L’équipe dirigeante de la banque du cheval, avec à sa tête Mohamed Karim Mounir, Président-Directeur Général (PDG) du Groupe, a adhéré dès les premiers instants de la crise sanitaire, à la stratégie nationale pour la relance du tissu économique national. Fruit d’une vision Royale claire et proactive, cette stratégie a d’abord accordé la primauté à la santé du citoyen pour s’attaquer, dans un deuxième temps, à ce défi colossal, qu’est la relance de l’économie nationale. Le Groupe BP s’y est attelé, y engageant tous ses moyens et de nouvelles idées… Les conséquences de la Covid-19 n’ont épargné aucune région du Royaume, tous secteurs d’activités confondus. Face à cette situation, il fallait mettre en place des programmes innovants à la hauteur du caractère inédit et imprévisible de la crise.

L’objectif étant de faire en sorte que la roue de l’économie tourne à nouveau et ce, dans toutes les villes et régions du Royaume. L’idéal étant d’en finir avec l’ère du Maroc à deux vitesses. Partant de ces éléments, le groupe Banque Centrale Populaire a créé la surprise et frappé un grand coup, en organisant, à partir du 19 mai 2021, une tournée régionale qui a comporté 10 escales. Le coup d’envoi de ce roadshow a été donné à Fès, en présence de Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, de My Hafid Alami, ministre de l’industrie et du commerce et bien entendu, du PDG de la Banque Centrale Populaire entre autres personnalités de haute facture. Le regain de confiance de la part des investisseurs, la dynamique et les synergies créées par la BCP, autour du thème de la relance économique et de l’investissement régional, a mobilisé tous les acteurs concernés par ce chantier.

Des contraintes subsistent toutefois, lorsqu’on sait que la confiance des investisseurs n’est pas toujours au rendez-vous, à cause de certaines pratiques contreproductives (lenteurs administratives, bureaucratie, mentalités sclérosées, mauvaise gouvernance au niveau des Conseils communaux et régionaux…). Tout cela doit changer. Les élections régionales, communales et législatives prévues le 8 septembre 2021, devront être plus qu’un vote, un rendez-vous avec l’Histoire.

ML

Voir aussi

Crédit Agricole du Maroc le PNB en hausse de 9% à fin juin

Inclusion financière | Crédit Agricole du Maroc lance le CNEIF en milieu rural

Dans le cadre de son plan d’actions à destination du monde rural, le Groupe Crédit …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.