lundi 18 décembre 2017

Erythrée: un enfer ignoré

Erythree afp

Un peu plus de 20 ans après son indépendance, ce pays, dont la surface est comparable à celle de l’Angleterre mais qui compte 5 millions d’habitants, est devenu un immense camp de travail forcé. Il est souvent comparé à la Corée du Nord -l’extravagance de son leader en moins-. Les rafles, les emprisonnements arbitraires, la torture y sont monnaies courantes.
A sa tête: Issayas Afeworki. Lui-même et son parti, le Front populaire pour la démocratie et la justice (FPDJ), dirigent le pays depuis son indépendance en 1993. Léonard Vincent, auteur des «Erythréens» (Editions Rivage), résume ainsi le personnage dans une interview à l’Obs: «S’appuyant sur un régime d’exception mis en place après le déclenchement de la guerre avec l’Ethiopie, qui a fait quelque 100.000 morts entre 1998 et 2000, Afeworki a littéralement coupé l’Erythrée du reste du monde:

impossible d’entrer ou de sortir du pays pour la plupart des habitants. Aucune presse indépendante n’est évidemment autorisée dans le pays, ni aucun accès pour la presse étrangère… Quelque 10.000 prisonniers politiques croupiraient dans les geôles d’Afeworki. Ce qu’on leur reproche? D’avoir une activité politique, des croyances religieuses, un comportement qui aurait déplu, une tentative de fuite… Il existe ainsi plus de 300 camps de détention dans ce petit pays».

Patrice Zehr

Voir aussi

Syrie : Prise de Deir Ezzor

L’armée syrienne a repris le contrôle total de la ville orientale de Deir Ezzor, dernier …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.