dimanche 26 mai 2019

Tourisme : A Fès, le combat reprend…

Le Centre régional du tourisme (CRT) de la région de Fès-Meknès a tenu, du 1er au 3 mars 2019, les Media Influence Days, événement destiné à faire redécouvrir aux médias nationaux les atouts touristiques de la région.

2019 sera marquée par une nouvelle dynamique impulsée par le CRT de Fès, via un ambitieux plan d’action et de promotion de la destination. Doté d’une enveloppe budgétaire de 24,5 MDH, ce programme permettra de mettre en œuvre une stratégie à long terme, pour promouvoir la destination de la ville spirituelle, notamment sur le plan national. Ce plan d’action est en attente de validation par l’ONMT.

Le président délégué du CRT de Fès, Yasser Jawhar, présentait, ce samedi 2 mars à Fès, le nouveau plan d’action du CRT pour l’année 2019. Il a d’abord évoqué le grand potentiel du patrimoine historique et architectural des deux villes médiévales, Fès et Meknès, ainsi que leur arrière pays. A cela s’ajoute, a-t-il dit,  leurs atouts, concernant notamment le tourisme spirituel, le tourisme vert, de sports, de découvertes, etc.

Selon le responsable, la ville de Fès a connu dernièrement une dynamique touristique importante. Chiffres à l’appui, Jawhar a fait savoir que la ville de Fès «a pour la première fois franchi le seuil d’un million de nuitées et ce, à la faveur des efforts déployés en matière de commercialisation, d’infrastructures et de réhabilitation de l’ancienne médina».

Le président délégué du CRT de Fès a souligné que le CRT projette l’élargissement du parc hôtelier à Fès et la mise en place d’une zone touristique attractive, laquelle va accueillir des hôtels de luxe, des villas, des résidences touristiques, des équipements d’animation et de loisirs, etc. Le Centre envisage également, a-t-il ajouté, le renforcement de l’animation et l’accompagnement des différentes structures, par la programmation de formations qui permettent de s’aligner sur les normes internationales et l’organisation de journées de réflexion, afin de traiter les problèmes dont souffre le secteur.

S’exprimant en marge de l’ouverture de la première édition du «Media Influence Days», Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, a souligné: «L’ensemble des acteurs du secteur touristique et des composantes de la société sont appelés à s’investir, pour que le patrimoine immense de Fès puisse aider à faire décoller cette ville millénaire et faire en sorte que ce passé contribue à construire le futur des nouvelles générations».

Selon le ministre, Fès devrait être la première destination nationale car, a-t-il souligné, «cette cité symbole, chargée d’histoire qui porte notre civilisation et notre culture, n’a pas d’égale au Maroc, en termes de patrimoine et de culture».

Pour sa part, Aziz Labar, président du Conseil régional de tourisme a fait le même constat. Il a souligné que ce genre de manifestations est de nature à contribuer à donner une nouvelle impulsion au tourisme dans la région. «Nous devons bâtir ensemble un socle touristique», a-t-il lancé, relevant que «la relance du tourisme à Fès n’est pas juste une affaire d’infrastructures et de moyens, mais une volonté collective, impliquant toutes les strates de la société et engageant à la fois les professionnels, les institutionnels et l’ensemble des composantes de la société». La relance du tourisme dans la ville, a-t-il ajouté, passe, entre autres, par la mise en place d’une zone touristique adéquate, un palais de congrès à la hauteur de la cité, une promotion touristique accrue et une revalorisation de certains lieux de la médina.

Côté réhabilitation de l’ancienne médina, le Directeur général de l’Agence pour la dédensification et la réhabilitation de Fès (ADER-Fès), Fouad Serghini, s’est dit satisfait. Il a fait savoir que tous les programmes, lancés dans ce cadre par le Souverain en 2013 pour la réhabilitation de l’ancienne médina, ont été finalisés. Cette dynamique de restauration, a-t-il indiqué, vient d’ailleurs d’être soutenue par deux nouveaux programmes complémentaires. Le premier concerne la restauration de 113 sites et est structuré autour de six composantes. Il s’agit, a-t-il précisé, de monuments historiques, de lieux emblématiques, de lieux de culte, d’artisanat et de commerce, de lieux de bien-être, de réhabilitation du bâti, d’amélioration du paysage urbain et de restauration et réhabilitation de Dar Al Makina. Ce nouveau programme, qui est en cours d’exécution, couvre, entre autres, des mosquées, des msids, des fondouqs, des drazs, des souks et des fontaines. Le deuxième programme porte, quant à lui, sur la facilitation de l’accès à la médina, à travers le renforcement des infrastructures.

DNES à Fès : Naîma Cherii

Voir aussi

BMCE BoA : Une ligne de financement marocaine pour l’eau

Dans le contexte du stress hydrique que connaît le monde entier, tout particulièrement le continent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.