mardi 24 octobre 2017

Figuier : Quel rôle dans le développement?

La filière du figuier est un secteur à fort potentiel. Elle joue un rôle capital dans le développement économique des régions et l’amélioration des conditions de vie de la population.

La superficie totale plantée en figuiers au niveau national est estimée à près de 55.000 ha. Dans ce sens, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime a mis en place une stratégie, afin de développer la filière du figuier et en augmenter la production et la qualité.

Cette stratégie est basée sur l’extension de la superficie plantée et l’introduction de variétés caractérisées par une productivité élevée au niveau de la quantité et de la qualité, outre le soutien des investissements en la matière, la modernisation du secteur et sa valorisation. Elle se base également sur l’agrégation, l’appui des organisations professionnelles et le renforcement de la compétitivité du secteur, afin de faire face aux exigences du marché intérieur et extérieur.
Le ministère de l’Agriculture a également adopté une approche visant à impliquer tous les acteurs concernés dans le processus de développement de la filière, à travers le partenariat et l’intégration de la gent féminine. Pour ce faire, une enveloppe budgétaire de 4,413 MDH a été allouée à l’élargissement de la superficie plantée en figuiers sur 2.100 hectares, outre la création de dix unités modernes de séchage et la mise en place d’autres initiatives locales au profit des communes rurales de la province de Taounate qui représente 40% de la superficie nationale, soit 21.820 ha, avec 1,7 million d’arbres et une production annuelle de la filière s’élevant à 30 mille tonnes, soit 23% de la production nationale.
En outre, il a été procédé à la création d’un projet pilote dédié à l’intégration des femmes dans le développement économique, dans le cadre du Millennium Challenge Account (MCA), axé sur le développement de la filière à Sidi El Mekhfi et les communes avoisinantes et la construction d’une unité moderne de séchage, outre l’encadrement et la formation des femmes dans le domaine.

L’Agence Française de Développement a réservé des investissements de l’ordre de 4,52 MDH pour l’amélioration des conditions de récolte et de commercialisation des figues fraîches et la mise à niveau des unités de séchage dans les communes de Bouhouda, Bouadel et Sidi El Mekhfi.

Hamid Dades

Voir aussi

Maroc : Et de 4 pour le Salon de l’olivier !

La 4ème édition du Salon national de l’olivier aura lieu, du 4 au 7 octobre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.