lundi 17 décembre 2018

Création d’entreprises : Une étude locale détaille les entraves

Dans le cadre des travaux du Comité Régional de l’Environnement des Affaires (CREA Casa-Settat), le Centre Régional d’Investissement de Casablanca-Settat vient de rendre publique une étude, afin de mieux connaître le devenir des entreprises créées par son biais entre 2003 et 2015.

L’étude, menée avec une assistance technique et financière de la Banque mondiale, a également examiné les facteurs endogènes et exogènes impactant l’évolution de ces entreprises.

Dans le cadre de cette étude, une démarche participative a été privilégiée impliquant plusieurs acteurs du secteur public et privé. Notamment, la Direction régionale des Impôts, la CNSS, l’OMPIC, Maroc PME, le Conseil Régional et les créateurs d’entreprises de la région. La première étape de l’étude a consisté en une analyse statistique pour évaluer les taux de survie et de mortalité des entreprises, suivie d’une enquête de terrain auprès de 1280 entreprises, pour identifier les principales difficultés et les facteurs clés de succès. A la lumière des résultats de ces enquêtes, un Plan d’action de développement de l’écosystème entrepreneurial régional, compris dans l’étude, a été élaboré à travers des Focus Group avec les chefs d’entreprises et des Consultations avec les différentes parties prenantes.

Un constat concluant…

Ainsi, sur près de 64.000 entreprises immatriculées via le CRI, entre 2003 et 2015, seules 51% étaient toujours actives à fin 2015, pour 249.000 emplois générés. 93% des entreprises actives étant des TPE réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 10 MDh et employant moins de 10 employés.

Concernant le taux de survie global des entreprises en fonction de leur durée d’existence, l’étude a révélé  qu’il diminue significativement au cours des 5 premières années d’exercice. Ainsi, il est de 73%, 48% et 32% respectivement à 1 an, 3 ans et 5 ans. Cela signifie que près d’une entreprise sur 4 ne démarre jamais son activité, que moins d’une entreprise sur 2 dépasse le cap des 3 ans et qu’à peine 1 entreprise sur 3 dépasse celui des 5 ans d’existence. Ceci témoigne de la situation d’extrême fragilité dans laquelle se situe l’entreprise au cours de ses 5 premières années. Ces taux de survie demeurent très inférieurs aux moyennes observées dans les économies les plus avancées. Ainsi, le taux de survie global à 3 ans est de 61% au Canada, de 69% en Espagne, de 78% au Royaume-Uni…

La préparation du projet entrepreneurial, en amont, au lancement de l’activité constituerait un facteur clé de succès, de même que le recours par les chefs d’entreprises aux bonnes pratiques managériales. Ainsi, près d’une entreprise qui a cessé son activité sur 2 n’a pas bien préparé son plan d’affaire en amont, contre moins d’une entreprise toujours active sur 3. Les entreprises actives sont proportionnellement 2 à 3 fois plus nombreuses que les inactives à avoir mis en place des pratiques de veille marché et concurrentielle, de fixation d’objectifs avec un plan d’action commercial, ou encore de formation continue à destination de leurs collaborateurs.

Les principales difficultés exogènes citées par les entreprises sont les délais de paiement client, la concurrence avec les grandes entreprises et l’accès au financement. Concernant ce dernier point, les modalités de garanties exigées (niveau et caution personnelle) constituent le principal frein avec le coût du crédit. Aussi, près de 3 entreprises sur 5 déclarent ne pas souhaiter recourir à un financement bancaire.

… et une action concrète

A court terme, le CRI de la région devrait jouer un rôle clé dans l’activation de la première initiative et ce, en cohérence avec le changement du statut des Centres régionaux d’Investissement récemment opéré au niveau national.

L’objectif étant d’évoluer d’un rôle de simple guichet à un rôle de conseil et d’accompagnement. L’objectif est donc de conseiller, orienter et tester le porteur de projet qui s’adresse au CRI, en amont. Le CRI travaillera également à animer un réseau d’adhérents à travers des formations adaptées à des conditions avantageuses, du mentoring offert par des membres expérimentés ou par des associations professionnelles partenaires, ou encore, la participation à des évènements thématiques avec du réseautage à la clé.

Par ailleurs, la création d’un Comité Stratégique de la Promotion de l’Entreprenariat dans la région (CSPE), sur initiative du Wali de la Région de Casablanca-Settat, permettra la mise en œuvre des recommandations de cette étude, ainsi que le déploiement et le suivi de son plan d’actions. Ce comité veillera de concert avec les différents acteurs de l’écosystème entreprenariat (pouvoirs publics, secteur privé, associations…)  à entreprendre toute mesure permettant de favoriser la création et le développement des entreprises au niveau régional.

HD

Voir aussi

Maroc-Belgique : la Princesse Astrid à la tête d’une mission économique

La Princesse Astrid, Représentante de Sa Majesté le Roi des Belges, présidera une importante délégation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.