dimanche 22 octobre 2017

Les Marocains entre insultes et bastonnades en Algérie

Foot raja contre setif bastonnade du raja algerie mai 2015

Le football, sport le plus populaire à l’échelle mondiale actuellement, rime avec fair-play et convivialité. D’ailleurs, l’esprit sportif désigne une conduite honnête dans un jeu, puis dans toutes circonstances. Il recouvre à la fois le respect de l’adversaire, des règles, des décisions de l’arbitre, du public et de l’esprit du jeu, mais aussi la loyauté, la maîtrise de soi et la dignité, dans la victoire comme dans la défaite. Malheureusement, le football a été marqué par une recrudescence d’actes de violences au cours des dernières années.

Pas plus tard que ce 8 mai 2015, la délégation marocaine qui accompagnait le Raja pour son match comptant pour les huitièmes de finale retour de la Ligue des Champions d’Afrique de football contre l’Entente Sportive de Sétif, composée du staff, des supporteurs et des journalistes, a été malmenée en Algérie. Un traitement honteux! A son arrivée, la délégation du Raja a été surprise par l’accueil très froid qui leur a été réservé, ainsi que la piètre qualité de l’hôtel choisi par les dirigeants de l’ES Sétif pour y loger les Marocains.

«La fouille et la répression étaient au rendez-vous dès les premiers instants. Ensuite, on nous a demandé de montrer nos passeports comme si on allait passer la frontière. On nous a empêchés de déployer les grandes banderoles et d’atteindre les grillages, mais après plusieurs tentatives, nous avons réussi à le faire», dénoncent les supporters du club marocain.
Dès le début de la rencontre, plusieurs incidents ont eu lieu. Le Raja accuse les dirigeants du club algérien et les forces de l’ordre algériennes d’avoir agressé le staff et les supporteurs des Verts. «Nous avons tous été tabassés par la police algérienne. Le président de l’ES Sétif est allé agresser les joueurs du Raja sous les yeux de l’arbitre, à la mi-temps. Ils nous ont insultés de tous les noms. Il y a 10 blessés. Même les journalistes ont été agressés… Nous nous sommes bien comportés avec toutes les composantes de l’ES Sétif lors de leur déplacement à Casablanca. Nous ne comprenons pas la raison pour laquelle on nous traite de cette manière», a confié Mohamed Boudrika, président du Raja. Boudrika a même affirmé que le président du club algérien a proféré des insultes contre les joueurs et responsables du Raja en les traitants de «juifs», devant l’indifférence totale du commissaire du match. Les supporters du Raja précisent: «Durant toutes les phases de la rencontre, des centaines d’éléments de la police algérienne nous entouraient et, tout en nous surveillant, ils se moquaient de nous et nous repoussaient à chaque fois qu’on essayait d’atteindre les grillages. En seconde période, le nombre de policiers a sensiblement augmenté. Dès le premier but, les agressions ont commencé et on a dû riposter pour leur montrer qu’on n’avait pas peur d’eux. A la fin du match, les agressions se sont généralisées et toute la galerie du virage qui nous a été réservée a dû riposter. Même l’encadrement du club n’a pas échappé à l’agression et à la bastonnade de la part de tous ceux qui étaient à l’intérieur du stade». Les journalistes marocains ayant accompagné le Raja ont été délibérément installés à côté des ultras de l’ES Sétif. Les représentants des médias nationaux ont eu à subir des insultes et des jets de bouteilles de la part des Algériens.

Hassad demande un rapport détaillé

Le ministère de l’Intérieur a réclamé aux services de l’ambassade du royaume à Alger un rapport détaillé sur les agressions subies par le staff technique et des supporters du Raja, ainsi que la délégation des journalistes marocains au cours du match comptant pour les huitièmes de finale retour de la Ligue des Champions d’Afrique. L’intervention de ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, a contraint Abdellah Oudadèss, consul général, à revenir au stade pour recueillir sur place les informations nécessaires auprès des dirigeants du club casablancais.

Le PI et le MP indignés

Le Parti de l’Istiqlal (PI) a exprimé sa forte indignation concernant les agressions ignobles contre l’équipe du Raja et ses supporteurs par la police algérienne à Sétif. «Le PI a condamné avec vigueur cette agressivité ancrée dans l’esprit de l’appareil sécuritaire algérien», selon le parti. A cet effet, le PI demande au gouvernement de prendre «des mesures fermes à l’encontre des autorités algériennes, en tant que responsables directs de ces agressions verbales et physiques (coups, insultes) dont ont été victimes l’équipe et les supporteurs du Raja, à l’occasion d’un événement sportif qui devait constituer une opportunité pour renforcer les liens de fraternité et le sentiment de cordialité entre deux peuples frères». Le PI a également appelé les responsables sportifs marocains à poursuivre les autorités algériennes devant les responsables sportifs au niveau international, pour «leur barbarie gratuite».
Pour sa part, le Mouvement Populaire (MP) a condamné avec force l’usage «excessif» et «injustifié» de la violence par la police algérienne à l’encontre du staff et des supporteurs de l’équipe du Raja. Il a exprimé sa vive indignation et son grand étonnement face à ces pratiques qui n’ont aucun rapport avec le sport. Dans ce sens, le parti a appelé les responsables sportifs et les forces de police algériens «à faire montre d’esprit de responsabilité, des valeurs sportives et de la concurrence loyale et à donner l’exemple aux supporters et non les monter contre les supporters visiteurs».

Le Raja porte plainte

Suite aux sérieux dérapages survenus lors de sa rencontre en Algérie, le Raja a déposé une plainte auprès de la Confédération africaine de football (CAF) par le biais de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). Dans cette plainte, le club marocain met en évidence les manœuvres insidieuses des ramasseurs de balles algériens, afin de faire perdre du temps au Raja pour que les joueurs ne puissent pas rattraper le score du match aller qui s’était soldé par un nul (2-2). Ensuite, le Raja reproche l’impraticabilité du terrain du stade Annar et Al-Intissar du club Wifak Sétif qui n’était pas à la hauteur d’un match de la Ligue des champions. Puis au sujet du départ injustifié du superviseur égyptien du match avant même le coup de sifflet final de la rencontre. Et enfin concernant l’intervention des forces de l’ordre algériennes à l’encontre des fans rajaouis, des joueurs et des dirigeants du Raja.
Il faut dire que ces actes de violence et de provocation sont pitoyables et inadmissibles. Les différentes formes de provocation dont ont été victimes les Marocains et la violence physique et verbale exercée à leur encontre, avant, durant et après la rencontre-agression, sont tout simplement ignobles. Une enquête approfondie devrait être ouverte afin d’identifier les responsables impliqués dans cette affaire. A suivre…

Anas Hassy

3 fans portés disparus
Depuis le match du Raja en Algérie et jusqu’à ce jour, trois jeunes Marocains n’ont plus donné signe de vie. Le premier d’entre eux est un jeune originaire de la ville d’Oujda qui avait franchi la clôture frontalière avec l’Algérie pour aller suivre le match qui a opposé son équipe à celle de Sétif. Il a été arrêté samedi 2 mai par la police algérienne. Quant au deuxième, c’est un jeune de 25 ans. Il a été arrêté par la police à l’aéroport Houari Boumédiane à Alger. Ses parents en ont informé le ministère des Affaires étrangères, ainsi que l’ambassade du Maroc en Algérie. Ils sont à ce jour sans nouvelles de leur fils. Un troisième fan du Raja Casablanca, un certain Adil. D., auteur des paroles et des chansons du club, n’est pas revenu lui non plus au Maroc. Sa famille ignorait tout de son sort, quatre jours après son départ pour l’Algérie.

 

L’AMPS condamne!
L’Association marocaine de la presse sportive (AMPS) a condamné l’agression dont a été victime la délégation médiatique ayant accompagné le Raja Club Athletic de Casablanca au stade du 8 mai à Sétif, pour son match comptant pour les huitièmes de finale retour de la Ligue des Champions d’Afrique de football, contre l’Entente Sportive de Sétif. «L’Association a suivi avec beaucoup de tristesse et d’étonnement l’agression et les provocations contraires aux valeurs sportives et humaines subies par la délégation médiatique marocaine ayant accompagné le Raja de Casablanca», selon l’AMPS. Ladite association a noté avec une grande surprise les différentes formes de provocations dont ont été victimes les journalistes marocains ayant couvert ce match et la violence physique et verbale exercée à leur encontre, avant, durant et après la rencontre, ce qui les a empêchés d’accomplir leur travail dans des conditions professionnelles respectant leur dignité. L’AMPS juge «injustifiée» cette agression ignoble subie par les journalistes sportifs marocains, les joueurs, le staff et les supporteurs du Raja de Casablanca, de la part des éléments de la police algérienne et de hooligans mobilisés à cet effet; rappelant le bon accueil réservé à la délégation de l’Entente Sportive de Sétif et aux journalistes l’accompagnant lors du match Aller à Casablanca. L’Association met toutes les institutions algériennes en charge des secteurs des médias et du sport devant leur responsabilité pour ouvrir une enquête approfondie en vue d’identifier les personnes impliquées dans cette affaire. L’AMPS a également décidé d’envoyer des correspondances aux instances internationales et continentales en charge du journalisme sportif pour leur notifier ces événements. L’Association assure par ailleurs aux journalistes sportifs algériens que sa position à leur égard ne changera point, en leur réservant un traitement conforme à l’éthique journalistique et aux valeurs de bon voisinage.

 

Des pirates marocains réagissent
Suite aux agressions subies par la délégation marocaine en Algérie, un groupe de hackers marocains dénommé «Moroccan Ghosts» ont réagi en piratant le site du ministère algérien de la Culture. Ces pirates ont publié un message sur le même site qui s’adresse «au peuple algérien et à ses commandants» et mettent en garde «les généraux qui touchent à l’unité territoriale du Maroc et leurs serviteurs qui font tout pour accentuer la division entre deux pays musulmans et arabes». Aussi, Moroccan Ghosts regrettent-ils que les autorités algériennes «touchent à tout ce qui est marocain, au point de s’en prendre à une équipe de football, le Raja qui n’a aucune relation avec la politique».

Voir aussi

Nizar Baraka : Nouveau chef de l’Istiqlal ?

Il y avait bien quelques mois que tous ceux que la vie politique au Maroc …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.