dimanche 20 août 2017

Evénements «Charlie» : Nos flashs…

Attentat contre siege de charlie hebdo paris janvier 2015

Marche de solidarité avec les Français

Le symbole était grandiose avec la participation d’une cinquantaine de chefs d’Etat ou de gouvernement qui se sont déplacés, marchant côte à côte contre le terrorisme et en solidarité avec les victimes de Charlie et de la prise d’otage de l’Hyper Cacher. Dans le cortège, il y avait le Roi Abdallah II de Jordanie et la Reine Rania, la chancelière Angela Merkel, le président malien Ibrahim Boubacar Keita, le Britannique David Cameron, l’Italien Matteo Renzi, l’Espagnol Mariano Rajoy, le président palestinien Mahmoud Abbas ou encore Benjamin Netanyahu, le président ukrainien Petro Porochenko, le chef de la diplomatie russe Sergeï Lavrov, le tunisien Mehdi Jomaa…

……………………………………………………………

Netanyahou s’est invité…

Plusieurs médias israéliens rapportent que, devant l’insistance du Premier ministre israélien à participer à la marche du dimanche 11 janvier, Paris aurait décidé d’inviter le Président palestinien Mahmoud Abbas. En fait, quand la France a commencé à envoyer les invitations, le conseiller diplomatique de l’Elysée, Jacques Audibert, a indiqué au conseiller à la sécurité nationale de Netanyahou, Yossi Cohen, que le Président français préférerait que le Premier ministre ne vienne pas, écrit sur son site le quotidien Haaretz en citant une source israélienne informée des contacts entre les deux pays. François Hollande ne voulait pas que le conflit israélo-palestinien ou la question des relations entre juifs et musulmans, par exemple, détourne l’attention du message de la manifestation, a dit Jacques Audibert à son interlocuteur en espérant la compréhension israélienne, selon Haaretz. Netanyahou aurait dans un premier temps accepté.

Mais quand il a appris samedi soir (10 janvier) que les ministres des Affaires étrangères (Avigdor Lieberman) et de l’Economie (Naftali Bennett) se rendraient à Paris pour défiler et rencontrer la communauté juive, il a informé les Français qu’il participerait également, poursuit le journal. Lieberman et Bennett conduisent tous deux des listes de droite concurrentes à celle de Netanyahou aux législatives. Paris, énervé, a alors décidé d’inviter Abbas, écrit le Haaretz. Un forcing qui s’explique par la campagne en cours pour les législatives anticipées du 17 mars.

…………………………………………………………….

Barbarie : Les musulmans aussi !

L’atrocité et la soif de sang ne choisissent pas. En témoigne cette présence de musulmans parmi les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo. On n’oubliera pas de si tôt l’image de ce policier qui s’est écroulé du fait d’un tir des assaillants qu’il a croisés, puis a été achevé de sang-froid bien qu’il ait supplié l’un des agresseurs… Il avait 42 ans, il s’appelait Ahmed et était musulman. Ahmed Merabet est mort en héro aux yeux de la France, mais il a succombé en «martyr»… L’autre musulman n’est autre que le correcteur de Charlie Hebdo. Mustapha Ourrad a laissé deux orphelins… Personne n’est donc épargné. Voilà pourquoi il faut éviter tout amalgame entre la tragédie de Charlie Hebdo et la stigmatisation de l’islam dans son ensemble.

……………………………………………………………

Lassana Bathily : Le héros musulman

Héroïque! Un jeune Malien musulman a sauvé plusieurs Français de confession juive. Lassana Bathily a protégé la vie de nombreuses personnes lors de la prise d’otages de Vincennes. Le musulman malien est salarié de l’épicerie dans laquelle Amedy Coulibaly s’était retranché avec des otages. Il a eu le réflexe de protéger la vie des autres avant la sienne. Plusieurs témoins ont en effet expliqué que l’homme les avait cachés dans la chambre froide de l’hypercacher. «Lorsque Coulibaly est rentré dans le magasin, des gens sont descendus en courant au sous-sol disant qu’il y avait un fou armé. Je me suis dit que la seule issue était de nous cacher dans le congélateur. Alors, je l’ai éteint et j’ai fait entrer dedans tout le monde. Après, je leur ai dit: vous restez calmes, moi je sors. Quand ils sont sortis, ils m’ont félicité», raconte le jeune musulman. Une fois sorti, il a aidé les autorités, leur fournissant de précieux renseignements. Un acte de bravoure salué unanimement sur les réseaux sociaux.
Heureusement que des personnes comme Lassana Bathily sont là pour prouver que l’Islam ne signifie pas terrorisme. Un Malien a terrorisé et tué: Koulibaly ; un autre a sauvé: Bathily.

…………………………………………………………..

L’Allemagne avec ses musulmans

En réponse aux rassemblements anti-musulmans du mouvement Pegida, dix mille personnes se sont retrouvées, mardi 13 janvier, au cœur de Berlin, à l’initiative d’organisations musulmanes allemandes et en présence de la chancelière Angela Merkel, pour condamner l’islamophobie après les attentats jihadistes en France. «Nous tous, nous sommes l’Allemagne! Nous, les démocrates qui sommes marqués si différemment, politiquement, culturellement et religieusement», a lancé le président de la république, Joachim Gauck, sur une tribune érigée devant la Porte de Brandebourg parfois illuminée aux couleurs françaises (bleu, blanc et rouge). Angela Merkel, qui n’a pas pris la parole à cette occasion, était déjà montée en première ligne la veille en répétant que l’islam faisait partie de l’Allemagne et elle avait souhaité que ce rassemblement envoie «un signal très fort (…) pour la cohabitation paisible des différentes religions». Plusieurs de ses ministres, les présidents des groupes parlementaires du Bundestag, des responsables syndicaux, politiques ou associatifs participaient aussi au rassemblement. Pays de 81 millions d’habitants, l’Allemagne compte environ trois millions de personnes turques ou d’origine turque, formant la majorité de la communauté musulmane allemande qui compte environ quatre millions de personnes.

……………………………………………………………

Position du Maroc

Le Maroc avait annoncé sa participation à cette manifestation, mais le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, ne s’y est pas rendu «en raison de la présence de caricatures blasphématoires du Prophète», a justifié le ministère des Affaires étrangères qui avait prévenu qu’aucun officiel marocain ne participerait s’il y avait caricatures du Prophète. A rappeler que, juste après l’annonce de cet attentat, SM le Roi a adressé au Président français, ainsi qu’aux familles des victimes et au peuple français ami, «ses condoléances les plus attristées et ses souhaits de prompt rétablissement aux blessés. La décision du Maroc de se retirer de la marche peut se comprendre par le fait que le royaume est contre le terrorisme, mais aussi contre le blasphème religieux!

…………………………………………………………….

Les Oulémas marocains d’ailleurs réagissent

Le Conseil européen des oulémas marocains (CEOM) a réagi aux attaques meurtrières qui ont frappé la France, appelant à l’union pour contrer le terrorisme, faire face au risque d’un regain d’islamophobie suite à ces attentats sanguinaires et dénoncer «l’attentat ignoble contre la publication française», affirmant que cet attentat «condamné par les musulmans à travers le monde, ne peut être attribué à l’islam, ni, comme le prétendent ses auteurs, à une quelconque vengeance du Prophète». C’est ainsi que s’est exprimé à Copenhague le président du Conseil, Taher Tujgani, devant une assemblée de représentants de toutes confessions. Chrétiens, juifs et musulmans étaient là pour écouter, aux côtés des diplomates, cet appel à l’action contre la terreur, a rappelé Taher Tujgani cité par Libération. «Nous exprimons l’attachement indéfectible de la communauté musulmane en Europe aux valeurs démocratiques qui assurent notre vivre-ensemble dans le respect mutuel, en dépit de nos différences», a-t-il ajouté.
Mostafa Chendid, président du Conseil islamique marocain en Scandinavie, a de son côté appelé au dialogue pour une «meilleure connaissance et une compréhension de l’autre» afin de «faire échec aux idéologises qui divisent, tout en insistant que la religion ne peut être un prétexte, ni un alibi pour les fanatiques de tous bords et les auteurs de la violence». Il a été appuyé dans ses dires par Khalid Haji, secrétaire général du Conseil des oulémas marocains en Europe qui prônait également la communication pour endiguer le fléau des radicalisations aveugles et œuvrer pour une cohésion sociale, tributaire d’une reconnaissance de l’autre pour un mieux vivre-ensemble.

……………………………………………………………..

Pasqua, Sarkozy et les autres

Après la sortie de Charles Pasqua (l’ancien ministre de l’Intérieur), dans une interview au Figaro, quelques heures après l’attaque contre Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier, regrettant «le manque de coopération sécuritaire entre la France et le Maroc», c’est au tour de Nicolas Sarkozy, ancien Président français et nouveau président du parti d’opposition, l’UMP, de revenir à la charge. Au micro de RTL, lors des Matinales du lundi 12 janvier, Sarkozy a appelé au «renforcement des liens entre les services de renseignements intérieurs français, notamment avec le Maroc». Et ils ne sont pas les seuls. Intervenant dimanche 11 janvier, dans le cadre de l’émission Zone interdite (M6), un ancien directeur central du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, a de son côté déploré «le refroidissement des relations entre la France et le Maroc» en disant: «Dommage qu’on soit sur le blocus diplomatique, même avec le Maroc»! «Tout le reste ne suit plus», a-t-il regretté, en allusion à la suspension de la coopération avec le Maroc, plus particulièrement entre les services du contre-espionnage marocain et leurs homologues français, la DGSI.

……………………………………………………………..

Des fêtes en Algérie suite aux tueries

Tout le monde savait que les relations entre Algériens et Français n’étaient pas vraiment bonnes. Mais de là à se féliciter de cette tuerie de Charlie Hebdo, c’est monstrueux! Certains Algériens ont fêté l’attentat contre l’hebdomadaire satirique français. En effet, le portail siwel.info rapporte qu’il y a eu des scènes de liesse un peu partout en Algérie, plus précisément à Belouizdad et à Bab El Oued après la prière de vendredi 9 janvier, avec des cris de joie. «Allah akbar», «Charlie est mort», «A bat la France et les juifs»…, ont scandé des personnes juste après la fin de la prière du soir. «On était vraiment stupéfait. La plupart des personnes qui fréquentent cette mosquée ont exprimé leur joie et ont salué les deux terroristes qui ont, selon leurs dires, vengé le prophète», ont rapporté des journalistes de Tamurt qui ont récolté le témoignage d’un commerçant kabyle d’Alger. La même joie s’était effusée à Bab El Oued, juste devant l’ancienne synagogue du marché Randon, dans la Casbah. Des dizaines de jeunes ont dansé jusque tard pour fêter l’attaque contre «les mécréants» de Charlie Hebdo, selon les témoins.

HD, BEK, AH

Voir aussi

Voyage… Ces jeunes qui bousculent les habitudes…

Diplôme en poche, nouveau boulot, les moins de 35 ans bousculent les habitudes et, surtout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.