mardi 17 octobre 2017

CIH : La banque universelle s’affirme

Lotfi sekkat ahmed rahou dg et pdg cih septembre 2014

Le groupe dirigé par Ahmed Rahhou a affiché de bonnes performances lors de ce premier semestre. CIH poursuit également ses efforts d’investissements.

«Au cours de ce premier semestre (2014), CIH Bank a réalisé des résultats commerciaux et financiers performants tout en consolidant ses indicateurs de productivité, de maîtrise des risques et de rentabilité», a d’emblée lancé Ahmed Rahhou, Président-directeur général (PDG) du groupe lors de la présentation des résultats sociaux et consolidés du CIH au titre du 1er semestre 2014. En effet, les comptes consolidés et sociaux de la banque font ressortir de bonnes performances financières durant les six premiers mois de l’année en cours.
Les ressources clientèle se sont élevées à plus de 22 millions de dirhams (MDH) au terme du premier semestre 2014, avec une progression de 4,2% des dépôts à vue (DAV) par rapport à la même période en 2013. Cette croissance revient à l’évolution des comptes d’épargne (+10%) et des comptes courants (+9,3%). D’autre part, l’encours des ressources à terme s’est situé à 10,8 MDH à fin juin 2014, enregistrant une hausse de 25% sur une année glissante. Cette évolution s’explique par l’effet conjugué de la baisse des dépôts à terme de 3,1% et leur remplacement par de nouvelles émissions de certificats de dépôts pour atteindre un encours de 6 milliards de dirhams (MMDH), optimisant ainsi le coût des ressources. «On a décidé de diminuer les dépôts à terme volontairement et de les remplacer par les certificats de dépôts. Ces derniers sont moins coûteux que les dépôts à terme», a expliqué le PDG du groupe CIH. L’encours des crédits sains s’est situé à près de 33 MMDH lors du premier semestre 2014, soit une évolution de 3,3% par rapport à juin 2013, tandis que l’encours des crédits hors immobiliers a réalisé un bond de 17,3%, s’affichant à 7 MMDH environ, confirmant ainsi la politique de diversification de la banque. De ce fait, les crédits de trésorerie et les crédits à l’équipement ont crû de 170% et 127% respectivement. Pareillement, l’encours des crédits immobiliers a affiché une croissance de 1,3% en s’établissant à 24,6 MMDH.

Indicateurs financiers au vert

Le total bilan consolidé de CIH a atteint 41,6 MMDH à fin juin 2014, en hausse de 5,9% grâce à la croissance du bilan de SOFAC et du bilan de CIH Bank sur base individuelle intégrant CrédiLog IV. Le produit net bancaire (PNB) consolidé s’est situé à 848 MDH, accusant un léger recul de 2,3% en comparaison avec juin 2013. «Cette baisse s’explique par la contribution exceptionnelle de la filiale hôtelière TIVOLI dans le PNB en juin 2013. Retraité de cet élément non récurrent, le PNB évolue de 3,8 %», a précisé Lotfi Sekkat, Directeur général-délégué en charge des Finances, Ressources et Risques.
S’agissant du coût du risque consolidé, il s’est établi à -81 MDH grâce à la poursuite des efforts de recouvrement des dossiers historiques et la maîtrise des risques. Cette performance a contribué positivement au résultat d’exploitation qui a progressé de plus de 6%, pour atteindre 408 MDH. La marge d’exploitation, quant à elle, est passée de 44,4% en juin 2013 à 48,2% en juin 2014. De ce fait, le résultat net part du groupe s’est positionné à 268 MDH en juin 2014, en croissance de 9,1% par rapport à la même période en 2013. Ce résultat s’explique par la contribution de CIH Bank pour 250 MDH (en croissance de 13,4%), ainsi que par celle de Sofac pour 20 MDH. A fin juin 2014, le résultat net consolidé a progressé de plus de 15% par rapport à fin juin 2013.

Poursuite du développement

Lors du premier semestre, CIH Bank a poursuivi son offensive sur le marché marocain. En effet, la banque marocaine a procédé au changement d’identité visuelle, au déploiement du projet gestion pour le compte de Sofac et à la réalisation de la quatrième opération de titrisation portant sur 1,2 MMDH. A cela s’ajoute l’enrichissement de l’offre aux particuliers et aux professionnels avec des produits à forte connotation technologique.
Le groupe ne compte pas s’arrêter là. D’un point de vue stratégique, le Conseil d’administration du groupe CIH a autorisé l’émission de l’emprunt obligataire subordonné d’un montant de 1 MMDH. Cette opération devrait permettre de renforcer les fonds propres de la banque et conforter ses ratios prudentiels. Les bénéfices viendront également renforcer l’assise financière. Mais l’objectif derrière cet emprunt est de financer l’acquisition des actions Atlanta. Le CIH va racheter 10% d’Atlanta auprès de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) pour un montant total de 409 MDH. «Pour renforcer notre force de frappe, nous avons décidé d’émettre l’emprunt obligataire d’un milliard de dirhams. Grâce à nos fonds propres, nous pouvons financer l’acquisition de 10% d’Atlanta», a souligné Ahmed Rahhou.
Après Sofac dans le crédit à la consommation et Maroc Leasing dans le crédit-bail, le groupe CIH poursuit donc sa diversification. Cette prise de participation va permettre à CIH Bank de monter en régime dans la bancassurance. Actuellement, le marché de la bancassurance est largement dominé par Attijariwafa bank et BMCE Bank grâce à leur lien capitalistique avec Wafa Assurance et RMA Watanya respectivement. «Aujourd’hui, nous vendons près de 10 millions de contrats par an. Nous avons donc décidé de renforcer les liens avec Atlanta, ce qui impactera positivement notre offre bancassurance», affirme le PDG du groupe CIH.

Anas Hassy

……………………………………………………….

Il a déclaré…

Ahmed Rahhou, Président-directeur général du groupe CIH

Ahmed rahhou cih pdg

«Depuis l’année 2007, les professionnels du secteur ont constaté un ralentissement des crédits bancaires, alors que les encours continuaient d’augmenter. Nous espérons une reprise de l’activité bancaire sur le marché national. Au cours de ce premier semestre 2014, CIH Bank a réalisé des résultats commerciaux et financiers performants tout en consolidant ses indicateurs de productivité, de maîtrise des risques et de rentabilité. Pour ce qui est de Sofac, l’entité se porte bien actuellement. Elle est en train de retrouver son positionnement normal. En outre, le Conseil d’administration a décidé de sauver les hôtels pour les revendre après. La procédure est bien simple. On va reprendre un hôtel, le remettre à un gestionnaire professionnel, investir s’il le faut (réhabilitation, modernisation,…) et enfin le revendre pour dégager une marge bénéficiaire. D’autre part, nous sommes intéressés par la bancassurance. C’est pour cela qu’on va émettre un emprunt obligataire subordonné d’un milliard de dirhams. Il va nous permettre d’acquérir 10% d’Atlanta dans les semaines qui viennent. Aujourd’hui, nous vendons près de 10 millions de contrats par an. Nous avons donc décidé de renforcer les liens avec Atlanta, ce qui impactera positivement notre offre bancassurance. En outre, nous sommes arrivés à certifier deux processus en juillet dernier. Il s’agit du processus crédit et du processus monétique».

Propos recueillis par Anas Hassy

Voir aussi

Médina de Casablanca : La corruption qui tue!

A moins que de nouvelles actions ne soient menées pour le relogement des habitants de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.