dimanche 20 août 2017

Bid’â : L’islam «dé-islamisé»

Chef de boko haram aboubakar shekau

L’islam terroriste, l’islam qui appelle à la ségrégation et au chaos, l’islam qui tue sans raison, ni droit et l’islam qui prône la loi du plus fort…

C’est bien aujourd’hui cet islam «dé-islamisé» que veulent imposer au monde entier des bandes de mercenaires qui autorisent le crime au nom d’une religion dont ils s’éloignent de plus en plus et dont ils ne cessent de bafouer les préceptes et les principes fondamentaux, à tel point qu’ils se permettraient même de les changer et de les modifier selon leurs désirs…
Oulémas, grands penseurs et théologiens musulmans se sont longtemps révoltés contre le moindre changement ou la minuscule dérive qu’on pouvait alors laisser croire qu’elle touche le Coran… Leur rejet de la Bible et du christianisme venait justement de là. En tant que musulmans, ils étaient dans le devoir d’avoir foi en Dieu, ses livres, ses messagers et le jour du jugement dernier… Chose qu’ils faisaient tout en faisant noter que la Bible, tout comme la Thora ont été modifiées au gré de certains apôtres, prêtres et rabbins… Pour conclure que seul l’islam est resté intact car le Coran n’a pas été changé…

Nulle part ailleurs…

Le Coran, certes, mais aussi la «Sunna» qui, malgré quelques légères différences d’interprétation et de superficielles nuances de lecture, est aussi restée intacte…
Existe-t-il un «hadith», même ceux dont la narration est qualifiée de «faible» (Daïf), qui stipule qu’il faut réduire la durée du ramadan? Le Coran souligne pourtant bien qu’il s’agit d’un mois «Chahr», soit 29 ou 30 jours selon la lune… «Le mois de ramadan qui a connu la révélation du Coran»… «Quiconque parmi vous voit le mois (qui signifie ici le croissant lunaire, dit encore «Ach-Chahr»), qu’il jeûne»!
Voilà que les «daechiens» veulent aujourd’hui réduire ce «Chahr» à quelques jours, estimant qu’en été, les journées sont plus longues et plus chaudes et donc insupportables… En bons musulmans qu’ils se prétendent, auraient-ils oublié que ce mois est ainsi prescrit pour que les plus riches sentent la misère des démunis, pour qu’ils aient, comme eux faim et soif et qu’ils pensent à eux et à alléger leur souffrance par le partage et la solidarité et ce, durant toute l’année et pas seulement en hiver quand les journées sont moins courtes?
Bafouer les droits des autres à la liberté est aussi une caractéristique des «daechiens» qui, alors que la femme lutte pour son émancipation et sa place prépondérante dans la société en général et la société musulmane en particulier, sortent leur fameuse théorie du «cachot»… Eh oui, cette pauvre femme, «simple objet de désir et source du pêché», devrait rester chez elle pendant les journées du ramadan. Elle est cependant autorisée à sortir après la rupture du jeûne. C’est-à-dire, le soir!
Avant, il était strictement interdit de sortir le soir pour éviter la «débandade»! De toute manière, que ce soit de jour ou de nuit, de la façon dont les femmes doivent être vêtues, on voit mal comment, sous leur «burqa», elles vont bien pouvoir créer une déroute? Pour les oulémas et mouftis «daechiens», qui maudissent Satan qu’ils voient d’ailleurs partout, l’imaginaire de l’homme est fertile durant le ramadan, d’où il vaut mieux obliger ces femmes à rester chez elles… On pense bien, on en conviendra sans doute, aux droits de ces dames et leur liberté de circulation et d’expression!
Puis, ce qu’on prêche aussi de ridicule et d’anti islamique chez les «daechiens», c’est bien cette idée que l’ensemble de la Oumma islamique n’aura de son jeûne que la faim et la soif et rien d’autre. Parce que ceux et celles qui font le carême sans avoir fait acte d’allégeance au Calife de l’Etat islamique, leur ramadan est nul! Voilà encore une autre trouvaille qui fait du reste des musulmans de simples fanatiques de Satan contre les soldats duquel les «daechiens» sont en guerre. Celle-ci coûte cher, mais qu’importe aux «daechiens» qui, outre ce flagrant délit de modifier l’islam et ses préceptes, veulent aussi détruire tout le système économique mondial qu’ils qualifient de «diabolique», mais ne s’interdisent pas d’engranger chaque mois près de 90 millions de dollars que leur rapporte la vente, dans le marché noir, de pétrole provenant des champs irakiens et syriens qu’ils contrôlent. L’Islam autorise-t-il le marché noir?

Hamid Dades

………………………………………………………………..

Prévention : 27 cellules terroristes démantelées depuis 2013

Hassad ministre de l interieur maroc 2015

Dans un entretien publié par l’hebdomadaire international «Jeune Afrique», dans son édition du 21 au 27 juin 2015, Mohamed Hassad a dressé un bilan détaillé de la lutte menée par le Maroc contre le terrorisme.

Il a précisé que depuis 2013, le Royaume a démantelé 27 cellules de ce type «dont quatorze en 2014 et huit en janvier et mai de cette année», soulignant que le Royaume adopte à la fois une approche opérationnelle et préventive pour lutter contre la menace terroriste, relevant que celle-ci est «réelle au Maroc, comme ailleurs». Le ministre a également indiqué que les opérations de lutte antiterroriste, aussi bien en interne que dans le cadre de la coopération avec les partenaires étrangers, notamment l’Espagne, sont «concluantes». Et de souligner: «Rien n’est possible sans un travail de prévention». Il a, à cet égard, mis l’accent sur l’importance de l’encadrement religieux, la mise à niveau de la législation pénale, la lutte contre la précarité et l’exclusion à travers l’INDH et le dispositif de sécurité renforcée Hadar mis en place sur tout le territoire. Il a affirmé dans ce sens: «Cet engagement multidimensionnel a été plus d’une fois salué par la communauté internationale». «Ce n’est pas un hasard si le Maroc a été élu en mai à la coprésidence du forum global de lutte contre le terrorisme», a-t-il fait valoir.

Combattants marocains

Quant aux Marocains dans les rangs de Daech en Irak et en Syrie, ils sont désormais quelque 1.350 combattants. Parmi eux figurent 220 ex-détenus. Le ministre de l’Intérieur a dit ne pas craindre un quelconque recrutement dans les cellules des prisons, car des «mesures de dé-radicalisation ont été engagées» à travers la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus et les programmes d’appui aux micro-projets et à l’auto-emploi.

Zéro coopération sécuritaire avec l’Algérie

A la question de savoir si Rabat et Alger maintiennent une coopération minimale dans le domaine de la lutte antiterroriste, le ministre de l’Intérieur a répliqué: «Malheureusement, non. Nous en sommes au niveau zéro de coopération sécuritaire avec l’Algérie». Plus encore: «Nous nous sommes organisés pour passer outre», a tranché le responsable marocain. Il a évoqué la question des frontières fermées depuis déjà vingt ans. Sur la question de savoir «jusqu’où descendra la barrière protectrice érigée par le royaume le long de sa frontière est avec l’Algérie», il a rétorqué par un «Nous verrons» en précisant: «l’Algérie, de son côté, creuse des tranchées dans le même but». Et d’ajouter: «Deux voisins faits pour s’entendre se tournent le dos. Chacun se barricade. C’est regrettable, mais ce n’est pas notre fait». Il a invité le Premier ministre du pays, Abdelmalek Sellal, à visiter les provinces du sud. Une visite qui, selon le ministre, sera une occasion pour le responsable algérien d’effectuer «d’intéressantes comparaisons avec certaines régions de son propre pays». Pour rappel, le numéro deux algérien avait prétendu lors du dernier sommet de l’Union africaine à Johannesburg que le Sahara marocain «continue de subir les affres d’un colonialisme d’un autre âge»! «Ce sont des dogmes dans lesquels s’enferment les dirigeants algériens qui datent d’un autre âge», a rétorqué le ministre marocain de l’Intérieur.

Relations avec la France

Selon Mohamed Hassad, la coopération sécuritaire entre les deux pays a repris son «cours normal à la faveur de la rencontre de Sa Majesté avec le président Hollande début février». «Les relations avec la France demeurent très fortes […] en dépit des agissements de certains milieux qui visent à nuire à leur qualité en utilisant des individus au passé criminel notoire».

Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Voyage… Ces jeunes qui bousculent les habitudes…

Diplôme en poche, nouveau boulot, les moins de 35 ans bousculent les habitudes et, surtout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.