mardi 22 août 2017

L’OCP en Afrique : Conviction royale et philosophie du partenariat

Le groupe OCP, un des leaders mondiaux sur le marché du phosphate et de ses produits dérivés, opère en Afrique, mais aussi sur les quatre autres continents. Avec 90 ans d’expérience dans la mine et 45 ans dans l’industrie chimique, il peut offrir une des plus larges gammes de roches, mais il ne se contente pas de cela…

Il n’est pas de tournée africaine qu’entreprenne SM Mohammed VI sans que l’OCP ne soit de la partie. Et pour cause, l’OCP (Office chérifien des Phosphates), comme son nom l’indique, gère le minerai le plus essentiel pour l’Afrique, le phosphate (dont le Maroc est le 1er producteur mondial).

Car, qui dit phosphate, dit engrais. Or, l’Afrique est un vaste territoire agricole non exploité.

Deux chiffres donnent la mesure du «drame». D’une part, 60 % des terres arables non exploitées, dans le monde, se trouvent en Afrique. Tandis que, d’autre part, cette même Afrique importe 70% de ses besoins alimentaires.

L’Afrique pourrait, cela a été dit et répété, nourrir la planète. Hélas, ses enfants meurent de faim.

L’agriculture peut changer la donne.

C’est la conviction de SM Mohammed VI qui, conscient de la révolution que peuvent engendrer les engrais sur les terres africaines arables non exploitées (et même celles exploitées) a multiplié les initiatives dans ce sens.

Opérateur de premier choix dans cette stratégie, l’OCP  a alors déployé d’immenses moyens. C’est ainsi que l’Office, que dirige Mostapha Terrab, a signé de nombreux accords de partenariats avec les pays africains, à l’occasion de visites royales, dont certains stratégiques. C’est le cas, par exemple, de l’accord entre l’Ethiopie et le Maroc pour la construction d’une usine de production d’engrais de 1er rang, dont le projet a été lancé par SM Mohammed VI et le Premier ministre éthiopien, en novembre 2016 (coût de l’investissement: 3,7 milliards de dollars).

Ne faisant pas les choses à moitié, le Maroc a construit une nouvelle unité de production d’engrais à Jorf Lasfar, entièrement dédiée à l’Afrique.

La philosophie de l’OCP est large. A la base de son activité, il y a le commerce, certes, mais les accords signés avec les partenaires africains vont au-delà. L’OCP partage volontiers son expertise. Le Groupe n’hésite pas à faciliter le transfert de technologie. De même qu’il ne rechigne pas à aider les pays amis à prospecter leurs propres mines de phosphate. Enfin, il s’investit d’une mission citoyenne. Plusieurs projets pilotes ont ainsi été lancés chez les partenaires, après l’avoir été au Maroc.

C’est le cas, par exemple, de la Carte de fertilité du sol. 5 pays, à ce jour, en ont une (en plus du Maroc): le Sénégal, l’Ethiopie, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Nigéria. C’est aussi le cas, de la Caravane OCP, déployée en Guinée, entre autre… Sans compter la formation de plusieurs cadres et techniciens.

Voir aussi

Shopping : Tout un festival à Casablanca

«Shop In Casablanca», premier festival du shopping à l’échelle de la ville de Casablanca, aura …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.