Libye Désordres persistants

La Libye vit toujours à l’heure des milices. En atteste l’affrontement entre la milice de Benghazi, le «Bouclier de la Libye» et la population. Parallèlement, la situation politique est devenue précaire depuis la démission de Mohamed Megharief, le président du Congrès national général (CGN), suite au vote de la loi sur l’exclusion politique de certains responsables du régime, laquelle apparaît comme une politique de grignotage mise en œuvre notamment par les islamistes.

L’échec de la politique d’intégration des milices, l’armée régulière étant jusqu’à présent menée par le gouvernement, est un échec. Si le «Bouclier de la Libye» a en effet bien intégré l’armée, c’est toutefois en gardant ses propres structures et son chef, l’islamiste Imad Balam.

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.