samedi 14 décembre 2019

Education : Sauvés par les Benjelloun…

Imaginez que vous ayez pris en charge un enfant qui était perdu aux fins fonds de nos campagnes et dont le meilleur projet d’avenir aurait été de devenir berger, si c’est un garçon ; ou petite bonne expédiée en ville, si c’est une fillette…

Imaginez que vous ayez subvenu aux besoins de cet enfant en éducation ; que vous ayez veillé à tout lui fournir pour ses études –école, classe, enseignants, fournitures- jusqu’à ce qu’il obtienne son baccalauréat… Imaginez, enfin, que votre protégé se distingue par un parcours d’excellence et des notes se situant entre 17 sur 20 et 19 sur 20… Quel aurait été votre sentiment ? Quelle aurait été votre fierté ? Immense, bien sûr et à juste titre !

Maintenant, revenons à ce vendredi 22 novembre 2019, où des invités triés sur le volet étaient réunis au siège de BMCE Bank of Africa. Parmi eux, Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l’ambassadeur de Chine à Rabat, Mr Li Li, la conseillère culturelle de l’Ambassade de France au Maroc et Directrice générale de l’Institut Français du Maroc, Clélia Chevrier et de grands PDG d’établissements publics et d’entreprises privées, des experts européens…Sans compter tous les hauts cadres du Groupe BMCE.

Face à ces invités de marque, de jeunes adolescents, humbles mais fiers. Ils étaient une vingtaine, venus de différentes régions rurales et périurbaines du Maroc. Deux d’entre eux seulement ont pris la parole. Et cela a suffi pour plonger tout ce beau monde dans une émotion intense. Des larmes sont parfois montées aux yeux. Le PDG du Groupe, Othman Benjelloun, s’est penché vers son épouse, Leïla Mezian Benjelloun, lui demandant un mouchoir en papier. Elle-même était en train d’en prendre un dans son sac à main.

Dans l’ambiance feutrée du dernier étage de la Tour BMCE bank, qui surplombe la 1ère Silicon Valley de Casablanca, ces enfants étaient tout un symbole.

Brahim Benjelloun, président de Bank of Africa et administrateur de la Fondation BMCE Bank pour l’éducation et l’environnement, les a présentés. Ce sont les bacheliers méritants de la promotion 2019 du réseau «Medersat.com». 25 bacheliers qui ont obtenu la mention «très bien» ! Excusez du peu…

Avec des mots simples, mais bouleversants, ils ont dit leur bonheur d’en être arrivés là. Le 2ème est un bachelier d’une promotion précédente qui a expliqué en être aujourd’hui à sa 3ème année de formation pour devenir anesthésiste.

Ils étaient 25, ce jour-là, peloton d’excellence, recevant un ordinateur pour prix de mérite. 25 bacheliers avec mention «Très bien» dont 19 filles. Mais ils sont 257 à avoir obtenu leur baccalauréat en 2019, dans le réseau «Medersat.com», créé par la Fondation BMCE Bank ! Dont 43 avec mention «Bien», parmi lesquels 26 filles ! Et ce n’est pas fini. Pas moins de 1.670 bacheliers sont sortis des écoles «Medresat.com» depuis le lancement du programme de la Fondation en 2012 !

1.670 enfants, parmi les plus démunis de nos campagnes qui ont vu leur destin transformé, grâce aux écoles «Medresat.com» venues à eux, dans des régions enclavées, offrant éducation de qualité, technologie de pointe, enseignement de plusieurs langues (dont l’Amazigh et le chinois) et, surtout, suivi de bout en bout du cursus scolaire.

Nous, qu’un seul enfant sauvé aurait rendu si fiers, pouvons mesurer, en toute objectivité, la dimension que peut prendre cette fierté, face à 1.670 enfants sauvés… Sachant que le réseau n’a pas fini de semer le bonheur chez les enfants du monde rural…     

Le centre de recherche américain Middle East Institute semble avoir pris cette mesure, lui qui attribué le prix «Visionnary Award» à Othman Benjelloun, fondateur de la Fondation BMCE Bank et son épouse, Leila Mezian Benjelloun, présidente de la Fondation. Un prix pour visionnaires, qui rend hommage aux acteurs du changement, leaders culturels et philanthropes de la région pour leurs contributions positives au paysage politique, économique, social et culturel.

Les Benjelloun l’ont compris: le mécénat qui profite à l’éducation des démunis est le meilleur qui soit.

Bahia Amrani

Voir aussi

Algérie : Gaïd Salah menace le peuple, mais l’armée lui est-elle acquise ?

Les gigantesques et multiples manifestations du peuple algérien, que révolte la candidature du Président Abdelaziz …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.