samedi 19 août 2017

Aux larmes, citoyennes!

«Je n’aime pas ces nanas qui ne font que pleurnicher, pleurnicher!», criait souvent un homme révolté par ces dames… «Une femme, disait-il, c’est vivant, ça rit tout le temps et ça inspire. Ça, c’est une femme! Quiconque pense qu’il peut passer sa vie avec une ”pleurnicheuse”, eh ben mon vieux, il se trompe… Plutôt se taper un enterrement par jour ou gérer une société de pompes funèbres!». On en riait souvent pour se dire qu’à la fin, ce n’est qu’un être humain qui peut pleurer comme il peut rire. Tout n’est question que d’humeur et parfois d’amour aussi…

Sauf que des scientifiques viennent de prouver que larmes et amour sont tellement incompatibles que jamais ils ne feront un! Les larmes seraient même, d’après eux, un tue-l’amour pour les hommes! Les larmes des femmes auraient le pouvoir de faire baisser la libido des hommes. Allons, mesdames, séchez donc vos larmes! Voilà un tue-l’amour pour le moins surprenant. Il suffirait de quelques larmes féminines pour refroidir les ardeurs de ces messieurs (la révolte de notre ami est compréhensible). Une conclusion à laquelle sont parvenus les chercheurs dans le cadre de travaux destinés à évaluer le rôle des larmes dans la communication non verbale et particulièrement dans le comportement sexuel. Leur test était d’ailleurs très concluant. Ils ont mis vingt-quatre hommes, âgés de 23 à 32 ans et divisés en deux groupes, en présence de femmes pleurant devant un film triste! Il en a fallu des mouchoirs! Puis, le verdict est tombé. Ainsi, au lieu de l’empathie attendue, les chercheurs ont observé chez les volontaires une réduction du rythme cardiaque et respiratoire et du niveau de testostérone. Une découverte étonnante qui pourrait aider à la recherche de traitements contre certains cancers, selon les chercheurs: «Il y a un certain nombre de maladies qui sont traitées en diminuant les niveaux de testostérone qui joue un rôle dans le déclenchement du cancer de la prostate».
Voilà qui pourrait donner un jour une bonne raison de pleurer aux pleurnicheuses invétérées!…

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.