Afrique | La marche turque

Turquie,Afrique,Ankara

Une quarantaine de hauts responsables africains, dont treize chefs d’Etat et deux premiers ministres,  sont venus à Istanbul pour prendre part au troisième Sommet Turquie-Afrique, vendredi 17 et samedi 18 décembre 2021, pour discuter du renforcement de la coopération sur les fronts économique, sécuritaire et culturel, mise en place ces dernières années par Ankara.

La rencontre se déroule sous la houlette du président turc, Recep Tayyip Erdogan, plus que jamais soucieux d’accentuer la percée fulgurante de son pays sur le continent. A l’heure où les relations avec l’Union européenne sont distendues, où les révolutions arabes n’ont pas apporté les résultats escomptés, l’Afrique apparaît comme son terrain de prédilection. Isolé sur la scène internationale, affaibli en interne par la chute vertigineuse de la devise turque, qui a perdu 45 % de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l’année, M. Erdogan compte sur ce sommet pour redorer son blason, notamment auprès de ses exportateurs, avides de nouveaux marchés en ces temps de crise monétaire.

Le président turc a déjà effectué 46 visites dans 30 pays et emmène toujours dans son sillage des dizaines d’hommes d’affaires et d’entrepreneurs. Le résultat est là. En dix-huit ans, le volume des échanges commerciaux a quintuplé, passant de 5,5 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros) en 2003 à 25,3 milliards de dollars en 2020. Autrefois terre inconnue pour la diplomatie d’Ankara, l’Afrique compte actuellement 43 ambassades turques, contre 12 il y a vingt ans. Turkish Airlines dessert 61 villes du continent.

Lire aussi
Investissement : 41 millions de dollars au Congo

Les entrepreneurs turcs ont gagné des parts de marché en Afrique en construisant des routes, des stades et des aéroports, en vendant des matériaux de construction, des produits agroalimentaires, des machines textiles, des équipements médicaux, des produits d’hygiène. Vendus 20 % à 30 % moins cher que leurs équivalents européens, les produits turcs ont souvent meilleure réputation, auprès des consommateurs africains, que ceux fabriqués en Chine. Pour autant, les investissements directs turcs sur le continent, estimés à 6,5 milliards de dollars en dix-huit ans, ne sont pas grand-chose au regard des dizaines de milliards investis par la Chine ou l’Union européenne sur la même période.

P. Zehr

Voir aussi

Omicron,variants,OMS

Omicron pourrait générer des variants plus dangereux (OMS)

La multiplication des cas d’Omicron dans le monde pourrait accroître le risque d’apparition d’un nouveau …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...