lundi 17 décembre 2018

Hôpital provincial de Sidi Slimane : Mystère autour de «plusieurs décès de bébés» !

L’hôpital provincial de Sidi Slimane est dans la tourmente. Depuis quelques jours, il est pointé du doigt par un certain nombre d’acteurs associatifs, pour une affaire mystérieuse de «mort inexpliquée de bébés après seulement quelques heures de leur naissance».

Le Forum Marocain pour la Démocratie et les Droits de l’Homme, pour ne citer que cette ONG, tire la sonnette d’alarme par le biais d’une lettre adressée, le 17 octobre, au ministre de la Santé, au Procureur général du Roi près la Cour de cassation, au gouverneur de Sidi Slimane et au directeur régional de la Santé à Rabat-Salé- Kénitra.

Dans cette lettre, dont Le Reporter détient une copie, le Forum demande l’ouverture d’une enquête pour déterminer les raisons exactes du décès de ces bébés. «L’état de santé des nouveau-nés était normal, mais celui-ci s’est nettement dégradé après plus de douze heures de leur naissance et ce, pour des raisons qui restent encore inconnues. Par conséquent, la responsabilité de la direction de l’hôpital provincial de Sidi Slimane est établie, en ce qui concerne la négligence et le non accomplissement du devoir de donner des explications de la mort de ces bébés», souligne le Forum, qui parle aussi d’une éventuelle contamination par un virus. Le ministère de la Santé, poursuit le Forum dans sa lettre, «doit intervenir de manière urgente, pour connaître ce qui s’est réellement passé et sauver la vie des autres bébés».

Alors que la direction de l’hôpital se défend en affirmant qu’il n’y a eu que deux décès, des sources locales -contactées cette semaine par Le Reporter- affirment que le nombre s’élève à sept. «Les 11,12 et 13 octobre, sept bébés meurent à la suite d’une dégradation brutale de leur état général. Ainsi, jeudi 11 octobre, trois bébés sont décédés à l’hôpital provincial de Sidi Slimane, alors que trois autres ont été transportés à l’hôpital Souissi à Rabat, avant d’y trouver la mort, le vendredi. Un autre décès est survenu le samedi 13 octobre, à l’hôpital provincial de Sidi Slimane. Les parents rapportent que la naissance de leurs enfants était pourtant naturelle», souligne Said Chaiti, adjoint du président du réseau de la société civile dans la commune rurale de Dar Ben El amri. Et d’ajouter: «La direction de l’hôpital provincial de Sidi Slimane doit donner des explications sur la mort de ces bébés et des autres. Car, dois-je le signaler, il ne s’agit pas seulement de ces bébés décédés les 11,12 et 13 octobre. Nos sources font savoir que chaque semaine, un bébé meurt dans cet établissement, mais que la direction refuse d’en parler».

Du côté des parents, c’est l’affliction. Les parents de deux bébés décédés ont parlé au Reporter, en soulignant «la responsabilité du personnel de l’hôpital dans la mort de leurs enfants».

Les parents témoignent…

La joie de Karima Bouhal, après avoir donné naissance à son bébé à l’hôpital provincial de Sidi Slimane, a été de très courte durée. Car son enfant, après quelques heures seulement de sa naissance, est mort samedi 13 octobre. Ainsi, ce qui devait être un événement heureux s’est transformé en tragédie. Dans une déclaration au Reporter, la jeune femme, originaire de la commune rurale de Moussa Béni Hssain, fait endosser la responsabilité à l’hôpital et l’accuse de négligence. «Mon bébé était normal, Il se portait très bien. Je l’ai même porté dans mes mains. Je n’ai pas eu de problèmes pendant ma grossesse. J’ai été suivie par un médecin. Mon bébé est mort à cause de la négligence du personnel de l’hôpital», dit Karima, qui peine à trouver les mots pour décrire sa peine. Et d’ajouter: «L’état de mon enfant s’est brusquement détérioré. On nous a dit qu’on devait l’emmener à l’hôpital Souissi à Rabat, où il est d’ailleurs décédé».

Les raisons de cette détérioration? Karima l’ignore encore. «Plusieurs explications ont été avancées par le personnel de l’hôpital. D’abord, on me dit que mon enfant avait une hypoglycémie. Puis, on me dit qu’il a été contaminé par un virus qu’il avait attrapé de moi. Enfin, on me dit que si son état s’était dégradé, c’était à cause d’un manque d’oxygène», souligne Karima.

Dans un entretien téléphonique, Al Khadem Driouch, de la communue Dar Ben El Amri, assure, lui aussi, que l’état de son enfant -né le vendredi 12 octobre- ne suscitait aucune inquiétude à sa naissance. Mais quelques heures après, le bébé allait rendre l’âme dans la chambre 307, à l’hôpital Souissi, avec deux autres bébés. Lui aussi parle de négligence et de manque d’oxygène. «Le jour de la mort de mon bébé, la panique s’est emparée du pavillon de maternité. Tous avaient des troubles de rythme cardiaque et une difficulté de respiration», affirme Al Khadem Driouch.

De quoi sont morts ces nouveaux nés? S’agit-il de négligence, comme souligné par les parents? Est-ce à cause d’un manque d’oxygène? Ou est-ce une contamination par un virus ayant conduit à la mort de ces nouveau-nés?

La véritable raison de la mort de ces enfants relève encore du mystère. Pour l’heure, aucune explication n’est donnée par la direction de l’hôpital provincial de Sidi Slimane. Au ministère, on soutient qu’une enquête aurait été ouverte à ce sujet. En effet, le mystère reste entier dans cet hôpital où nos sources affirment, en tout cas, que sept bébés sont morts les 11, 12 et 13 octobre. Une affaire à suivre…

Naima Cherii

Voir aussi

Thaïlande : World Robot Olympiad, de jeunes marocains se mesurer aux meilleurs équipes de la Robotique au Monde

Trois équipes de jeunes élèves marocains férus de la High-tech ont fait le déplacement jusqu’en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.