samedi 23 novembre 2019
Flash Infos

Yémen : La liberté de la presse sous pression en France

Yémen : La liberté de la presse sous pression en France

L’organisation «Reporters sans frontières» dénonce une «tentative d’intimidation». En quatre mois, une dizaine de journalistes ont été convoqués par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Tous ont en commun d’avoir enquêté sur des sujets sensibles concernant les plus hauts sommets de l’Etat. Dernière de cette série inédite touchant la profession en France, la journaliste du Monde, Ariane Chemin, a été entendue mercredi 29 mai par les services de renseignement, au siège de la DGSI à Levallois-Perret, dans le cadre d’une enquête pour «révélation de l’identité d’un membre des forces spéciales» après des révélations sur l’affaire Benalla. 

Mais si cette convocation concerne le scandale politique le plus suivi de la dernière année, c’est une autre affaire qui a contraint la plupart des journalistes convoqués à se rendre devant la police.

Le journaliste Michel Despratx, comme d’autres de ses collègues du nouveau site web d’investigation Disclose, a été convoqué au sujet de son travail sur l’usage d’armes françaises vendues à l’Arabie saoudite.

Selon des documents révélés par le jeune média en avril, le deuxième plus gros client mondial d’armement français utiliserait des armes fabriquées dans l’Hexagone contre des zones civiles yéménites. Des révélations choc qui contredisent les multiples démentis du gouvernement à ce sujet depuis plusieurs mois. Au micro du HuffPost, Michel Despratx raconte son passage devant les services de renseignement, mardi 28 mai. «La majorité des questions étaient destinées à en savoir plus sur nos sources», rapporte le journaliste, surpris d’avoir fait face à des interrogations portant parfois davantage sur le «civisme» des journalistes que son travail.

Comme ses autres confrères et consœurs convoqués, le journaliste a refusé de répondre aux questions de la DGSI, prétextant que des réponses porteraient «atteinte à la protection de ses sources». 

Patrice Zehr

Voir aussi

Liban : Soutien international à Hariri

Liban : Saad Hariri annonce sa démission

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé sa démission, ce mardi 29 octobre, au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.