mercredi 16 août 2017

Maroc-Algérie, une guerre non conventionnelle

Abdelhamid El Ouali

Abdelhamid El Ouali : «L’Algérie nous mène une guerre qui n’utilise pas les armes traditionnelles»

L’Algérie, a expliqué le Professeur Abdelhamid El Ouali, s’est engagée dans une guerre contre le Maroc, pas avec des armes traditionnelles, mais avec des études d’experts étrangers.

Le Forum de la MAP a invité le Professeur universitaire, Abdelhamid El Ouali, auteur de plusieurs publications, dont dernièrement «Le visage caché du conflit du Sahara». Devant un parterre de représentants de médias, de politiciens, d’intellectuels et de la société civile, l’invité a développé le thème «Les droits de l’homme et la question du Sahara».

Dévier la question du Sahara

Abdelhamid El Ouali a rappelé d’emblée la décision du gouvernement marocain de répondre favorablement au rapport du CNDH et de considérer la proposition de créer un système de surveillance des droits de l’homme au Sahara comme une opération qui vise à dévier la question du Sahara de son contexte normal. Car on ne s’explique pas pourquoi la situation au Sahara devrait requérir un tel système et pourquoi confier cette question à la Minurso. Que cherchent les adversaires du Maroc par cette acrobatie? Le plus important, précise M. El Ouali, est de remettre le règlement de l’affaire du Sahara sur les rails.

Le Sahara est stable

L’Universitaire El Ouali répond à ces adversaires du Maroc, qui ne cessent de clamer que la Minurso est habilitée à superviser des opérations de maintien de la paix et à surveiller la situation des droits de l’homme. Il souligne sans détour: «Le Maroc n’est pas dans la situation chaotique comme dans nombre de pays Africains et de désordre total comme c’est le cas en Centrafrique». Et de conclure qu’au Sahara, il y a un Etat respecté et responsable, doublé d’une stabilité. A la fin des années 90 et à la veille du décès de feu Hassan II et de l’avènement du règne de SM le Roi Mohammed VI, la situation allait changer pour le Sahara. «Il y a eu des acquis fondamentaux importants, notamment la création du CNDH et des réformes qui font du Maroc un pays leader en matière des droits de l’homme». Dans les grandes démocraties, la Grande-Bretagne par exemple, souligne M. El Ouali, les droits de l’homme n’ont vu le jour qu’au 13ème siècle. Il a fallu un siècle pour asseoir ces mêmes droits en France (1789).

L’Algérie prise de court

Donc, au Sahara marocain, nous ne sommes pas dans une situation nécessitant que la Minurso surveille la situation des droits de l’homme. «Au Sahara, rien ne justifie cette initiative (de surveillance par la Minurso)», assure le Professeur.
Il faut donc en déduire que les adversaires du Maroc aspirent à atteindre trois objectifs, selon l’orateur. Le premier, c’est torpiller la proposition marocaine d’autonomie au Sahara, celle-ci ayant causé des problèmes à l’Algérie du fait qu’elle a créé un réel élan d’enthousiasme dans le monde et pris de court le voisin algérien qui a choisi d’agir dans les coulisses et d’opérer par ONG interposées. Deuxième objectif: dire au Maroc et surtout à la communauté internationale que le Royaume n’est pas à sa place au Sahara et qu’il est une puissance coloniale. Ce qui revient à jeter à la poubelle l’accord de Madrid (1975), les résolutions du Conseil de sécurité et les résolutions de l’Assemblée générale cautionnant l’accord de Madrid… Mais, relève M. Abdelhamid El Ouali: «On ne peut fermer les yeux sur tout cela».
Le troisième objectif et le plus important consiste à recourir à la «timorisation» du Sahara. «Non à la ”timorisation” du Sahara», s’exclame le Professeur en affirmant: «La tentative de timorisation du Sahara, ça nous renvoie à l’affaire de Timor en Indonésie aiguillonnée par des ONG internationales». Il faut donc veiller, du côté marocain et des puissances internationales éprises de paix, à assurer le règlement de l’affaire du Sahara tel qu’il a été conçu dans le cadre de la proposition du projet d’autonomie au Sahara, recommande l’universitaire.

Politique incendiaire

Pointant du doigt les Nations Unies, le Professeur El Ouali souligne qu’elles doivent arrêter leur politique actuelle qui est incendiaire, parce qu’elle risque de poser des problèmes, vu que le Sahara n’est pas le Timor oriental. De ce fait, assure l’invité du forum de la MAP, «on ne peut détacher le Sahara du Maroc. Aucun marocain ne l’accepterait, sinon nous nous acheminerons vers un état de guerre avec l’Algérie qui s’étendrait à l’Europe».

Une politique plus active

Quant au Maroc, El Ouali explique: «Ce qui lui manque, c’est une politique plus active dans l’affaire du Sahara. Nous avons fait la proposition d’autonomie, donc une autre façon d’être et de vivre au Maroc. Le sacrifice et le consensus sont énormes de la part du Maroc». Pour les juristes, l’autonomie est une belle idée, mais elle ne pourra être crédible si nous ne l’adaptons pas par le biais d’une dynamique de réformes.
Le Maroc, précise Abdelhamid El Ouali, a adopté une Constitution à la pointe des droits de l’homme. «Mais nous n’avons pas mis en pratique tout cela», déplore-t-il. Il fallait aller courageusement vers l’autonomie, construire quelque chose qui permette d’aller de l’avant. Il faut redonner vie à l’idée de régionalisation qui s’est perdue; une régionalisation bien mûrie et adaptée au contexte actuel.

La partie est très serrée

Le Professeur El Ouali conclut que la partie est très serrée, la marge de manœuvre du Maroc s’étant beaucoup réduite ces derniers temps. Il explique pourquoi: «Nous n’avons pas pris la mesure de ce que fait l’Algérie. Celle-ci a engagé une guerre qui n’utilise pas les armes traditionnelles. Nous sommes restés spectateurs, alors qu’elle a mobilisé moult experts étrangers en matière des droits de l’homme et des ressources naturelles, au moment où, au Maroc, l’Etat n’a ni initié, ni encouragé les Marocains à ce travail et surtout à contrecarrer les études d’Alger et à porter le coup adéquat à l’adversaire. «La diplomatie marocaine est, à mon sens, bien timide», a été le mot de la fin de M. El Ouali.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Affaire Gdim Izik : Enfin, le verdict…

La Chambre criminelle près la Cour d’appel à Salé a enfin prononcé, mercredi 19 juillet …

9 Commentaires

  1. Enfin des paroles sages! Ce que dit ce monsieur est vrai, on a laissé le champs libre à l’Algerie pour qu’elle puisse distiller librement ses mensonges à l’encontre du Maroc. Si aujourd’hui des ONG et pas des moindres comme HWR considèrent le Maroc comme un occupant c’est grâce à une forte mobilisation des responsables algériens,et… gràce aussi à la poltique du chéquier ! A nous de rendre coup pour coup en portant ce problème des Droits de l:Homme dans les camps de Tindouf. Car il est anormal qu’on considère les populations de ces camps comme éotant des Marocains séquestrés et rester en même temps les bras croisés.

  2. Allah, Le très Haut, a dit (dans ce sens): « Et cramponnez-vous tous ensemble au «Habl» (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés; et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous: lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. * Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable.

  3. Car ce seront eux qui réussiront. * Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues, et ceux-là auront un énorme châtiment. » [S03 .v103/105]. Allah – Glorifié Soit-Il – a ordonné de se cramponner à Son «Habl» (câble) qui est le Coran et la Sounna prophétique : « Et cramponnez-vous tous ensemble au «Habl» (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés », car la division est un châtiment et l’union est miséricorde.

  4. Il (Allah) leur rappelle ensuite l’état dans lequel ils étaient pendant la période de l’ignorance (la jahiliya), avant l’envoi du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui). En effet, ils vivaient dans l’ignorance, ils étaient divisés, c’étaient des ennemis et des adversaires, ils s’entre-tuaient, ils se volaient les uns les autres, ils dépouillaient les biens des uns et des autres : voilà ce qu’était leur quotidien pendant la période de l’ignorance. Ils vivaient dans le chaos parce qu’ils n’avaient pas de chef (à leur tête) pour les rassembler, ni de groupe pour les réunir, ils étaient dispersés.

  5. Chaque tribu jugeait avec ses propres lois, le plus fort exploitait le plus faible sans que ce dernier ne puisse trouver un quelconque soutien, car il n’y avait pas d’imam ni de gouverneur (à leur tête) chez qui il irait se plaindre. Chaque clan s’attaquait à l’autre, même au sein d’une même tribu, les enfants de l’oncle se faisaient la guerre. Voilà à quoi ressemblait leur société et leur quotidien durant la période de l’ignorance.

  6. Mr ouali je pense que même sebta et mililia ,le rocher de Leila ,appartient au Maroc ? donc l’Espagne mène une guerre contre le Maroc . pourquoi , que l’Algérie seulement ? réponse SVP .

  7. la réponse la plus juste est la mise en application de toutes les dispositions de la nouvelle constitution, en particulier la mise à niveau de la langue amazigh et commencer à appliquer l’autonomie élargie en meme temps à la région d’oujda et du sahara et avant l’année 2016

  8. Mr EL OUALI,
    réclamer Sebta et Mlilia et je te promet que je serai le 1er r à prendre l’arme pour l’intégrer au Maroc

  9. Je souhaite que cet “éminence grise” répond à cette simple question, Si le Sahara occidental était réellement un territoire Marocain, pourquoi le Maroc l’avait il partagé en 1975 avec la Mauritanie ?.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.