vendredi 28 avril 2017

4ème Rendez-vous de Casablanca : Quelle assurance à l’ère du digital?

Et de quatre pour «Le Rendez-vous de Casablanca de l’assurance» qui, au fil des éditions, prend de l’envergure et s’impose en tant qu’un des événements majeurs du secteur de l’assurance en Afrique.

En effet, lors de l’ouverture de la 4ème édition du rendez-vous de Casablanca de l’assurance, organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, autour du thème «Réinventer l’expérience client à l’ère du digital», Mohamed Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR), a fait savoir que le secteur de l’assurance se transforme à grande vitesse en utilisant les nouvelles technologies. Bensalah a ainsi expliqué que le Web 2.0, la démocratisation des mobiles et l’avènement des Big-data sont autant d’évolutions qui vont bouleverser les fonctions marketing de l’assurance.
Les produits d’assurance restent perçus comme complexes, a-t-il précisé, appelant à réfléchir à fluidifier, à simplifier la relation-client et à la rendre moins rigide et surtout plus intelligente.
Pour le président de la FMSAR, le digital va permettre de rencontrer les clients là où ils sont sur internet, sur les réseaux sociaux, Facebook ou Twitter, appelant à les accompagner, de l’âge du cyclomoteur aux contrats d’assurance-vie ou d’habitation et faire preuve de pédagogie, jusqu’à la décision de souscription.
Il a expliqué que le digital sera déterminant dans la réussite des stratégies de développement dans nos sociétés émergentes. Encore faut-il, a ajouté Bensalah, que les Etats accompagnent les assureurs, en rendant applicables les textes qui les autorisent à mettre en place tous ces changements. Il a par ailleurs souligné que beaucoup d’autres questions se posent, à commencer par l’avenir des réseaux classiques qui vont devoir se réinventer et opérer eux-mêmes leur propre transformation.
Dans ce sillage, Bensallah a expliqué que la révolution digitale pousse à entrevoir les possibilités qu’ouvre l’analyse de masses de données pour ce métier, notamment pour définir les profils de risque et anticiper sur la prévention.
Enrichir la connaissance des clients, croiser les informations entre les différents métiers (automobile, habitation, santé), avoir une vision à 360° des assurés, c’est l’une des possibilités offertes par le développement du digital et du Big Data, a dit Bensalah, pour rappeler qu’outre l’enjeu du calcul du risque et de la tarification, il faut voir dans cette avancée technologique un enjeu «majeur» de fidélisation et un levier de personnalisation des interactions avec les clients.

Un riche programme

Ainsi, ce rendez-vous de deux jours, auquel ont pris part la présidente de la CGEM, Miriem Bensalah-Chaqroun et le wali de la région de Casablanca-Settat, Khalid Safir, outre des ambassadeurs et des professionnels du secteur venant de plusieurs pays, a examiné plusieurs problématiques liées au digital dans son introduction dans le monde de l’assurance. Les six panels au programme ont été animés par des notoriétés étrangères et marocaines du domaine des Assurances, telles que Dirk Kempthorne (Chairman of Global Federation of Insurance Associations (GFIA)) et Charles F. Lowrey, (Executive Vice President and Chief Operating Officer, International Business Prudential Financial Inc) ou encore Patrick Raffort (Président, Fédération des Garanties et des Assurances Affinitaires (FG2A)) et Adama Ndiaye, (Président, Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines (FANAF)), auxquelles se sont jointes de grosses pointures du monde de la banque et de la finance, comme Adil Douiri (Président, CFG Bank), Ahmed Rahhou (PDG, CIH Bank), Ali Harraj (PDG, Wafa Assurance) et Pierre De Villeneuve (Président Executif, BNP Paribas Cardif).

Au menu, plusieurs sujets ont été relevés et débattus, à commencer par la nature de la stratégie digitale pour les assureurs et le digital comme moyen de développement de l’assurance dans les marchés émergents. Les intervenants se sont également penchés sur l’Internet des objets et Big Data et s’il représentait une menace ou plutôt une opportunité pour les assureurs. L’impact du digital sur l’industrie et la distribution de l’assurance a aussi été largement débattu, en plus des synergies entre les banques et les assurances qui devraient voir le jour à l’heure du Digital.

Sur le plan continental, le débat a été un peu plus élargi pour définir les mesures dans lesquelles le digital peut être un réel levier de croissance pour l’assurance en Afrique.

Au menu également, des rencontres B to B entre différents opérateurs du monde de l’assurance, de la réassurance et de la finance. Au fil des éditions, la fréquentation se fait de plus en plus forte avec 900 participants attendus, représentant une quarantaine de nationalités, dont 25 africaines.

Et un grand invité d’honneur

Pour sa part, le président de la Fédération Sénégalaise des Sociétés d’Assurances (FSSA), Adj Mor, a indiqué que le rendez-vous de Casablanca est devenu un temps fort de la vie professionnelle des assureurs et des réassureurs d’une région de plus en plus large, qui déborde l’Afrique et le monde arabe. De même cette rencontre exprime à la fois une vieille tradition d’ouverture du Maroc, au-delà de l’horizon immédiat et d’hospitalité, vis-à-vis des apports fécondants de l’extérieur. Il a rappelé que le Sénégal, invité d’honneur de cette édition, jouit d’un climat favorable à la confiance et à l’investissement étranger des entreprises marocaines, principalement de transport aérien, de génie civil et de finance (banque et assurance), qui figurent parmi les partenaires, anciens ou nouveaux qui apportent leur contribution. Il a aussi souligné que le marché d’assurance, régi par une législation communautaire partagée avec 14 pays de la Conférence interafricaine des marchés d’assurance (CIMA), connaît depuis deux ans une croissance à deux chiffres, supérieure à 16% par an.
Comme par le passé, la croissance est surtout portée par l’Assurance Vie qui a augmenté de 26% en 2015 et de 34% en 2016, a-t-il expliqué. Pour accompagner l’émergence prônée et mise en pratique par les autorités, la Fédération est en train d’élaborer un plan stratégique fondé, en partie, sur le renforcement de l’orientation client, comme moyen d’élargir la profondeur du marché.

Il est à rappeler que les travaux de ce 4ème Rendez-vous ont été ponctués par la signature d’une convention de coopération technique entre la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR) et la Fédération Sénégalaise des Sociétés d’Assurances (FSSA).

HD

Voir aussi

Parti de l’Istiqlal : Grandeur et décadence

Le Parti de l’Istiqlal est un parti nationaliste marocain de la première heure. Il a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.