Lever de rideau sur le 12è Festival international du film de Dakhla

La 12ème édition du Festival international du film de Dakhla s’est ouverte, mardi soir, en présence d’une pléiade d’artistes, de cinéastes et de personnalités du monde de l’art, de la culture et des médias.

La cérémonie d’ouverture de ce festival, initié par l’association pour l’animation culturelle et artistique dans les provinces du Sud, sous le slogan “Dakhla, porte de l’Afrique” et qui se poursuivra jusqu’au 9 juin, a été marquée par un hommage rendu aux artistes et cinéastes marocains et africains, en plus de la projection du long métrage marocain “Ana machi ana” de son réalisateur Hicham Jabbari.

Ainsi, des hommages ont été rendus aux réalisateurs Joseph Kumbela de la République démocratique du Congo, Mohamed Abderrahman Tazi du Maroc et à l’actrice marocaine Majdouline Idrissi.

Un autre hommage a été également rendu au directeur du Centre cinématographique marocain (CCM), Abdelaziz El Bouzdaini, en reconnaissance de sa contribution distinguée à l’enrichissement de la scène cinématographique marocaine.

S’exprimant à cette occasion, le président du festival, Zine El Abidine Charafeddine, a indiqué qu’après 11 éditions, ce festival est désormais un rendez-vous cinématographique afro-arabe important, qui a su se tailler une place de choix dans la scène culturelle africaine et au Moyen-Orient.

M. Charafeddine a aussi fait part de sa détermination à développer davantage ce festival cinématographique et à promouvoir la destination Dakhla, via la culture en général et le cinéma en particulier, se disant impressionné par l’engouement suscité par ce rendez-vous annuel.

7ème art : Hommage au cinéma marocain à Berlin

La nouveauté de cette édition, a-t-il poursuivi, est la mise place de la plateforme “Dakhla Project”, visant à soutenir les projets de scénarios de long-métrages en cours, ajoutant que cette messe cinématographique se veut une occasion pour promouvoir l’animation culturelle et artistique dans la région de Dakhla-Oued Eddahab.

La 12ème édition du festival international du film de Dakhla verra la projection d’une série de longs métrages, à savoir “Goodbye Julia” de Mohammed Kordofani (Soudan), “Le Fantôme de Boko Haram” de Cyrille Raingou (Cameroun), “Moi, capitaine” de Matteo Garrone (Italie), “À quand l’Afrique” de David-Pierre Fila (Congo Brazzaville), “Mami Wata” de J.S. Obasi (Nigéria), “Amakor” de Ahmed Alkhudari (Koweït), “Three” de Nayla Al Khaja (Émirats arabes unis) et “Verre de l’amitié” de Naoufel Berraoui (Maroc).

Présidé par le réalisateur belge Manuel Poutte, le jury de la compétition officielle de ce rendez-vous cinématographique est composé du professeur universitaire Sanaa Ghouati du Maroc, l’écrivaine et réalisatrice Rahmatou Keita du Niger, l’actrice égyptienne Salwa Mohammad Ali et le réalisateur Michael Rayburn du Zimbabwe.

Pour ce qui est de la compétition des courts-métrages, il s’agit de “Legacy” de Hussein Hijazi (Liban), “Lobi Ekosimba” de Kumbuka Maini (République Démocratique du Congo), “Sous silence” de Mazigna Barros (Sénégal), “Envoyée de Dieu” de Amina Mamani (Niger), “Al-Banjeri” de Moosa Nasser Al-Kindi (Oman), “Deasparence de Mrs.V” de Mena Yuosry – (Egypte), “Miss selfie” de Naima Ziani (Maroc) et “Salon de coiffure” de Fatima Wardy (Soudan).

Dakhla | Appel à réinventer des modèles de développement résilients et solidaires en Afrique

Le jury des courts-métrages, qui est présidé par le réalisateur marocain Adil Fadili, est composé de la réalisatrice camerounaise Mary-Noel Niba, du directeur de la photographie Amine Messadi de Tunisie, de la journaliste marocaine Laila Ellab et de la réalisatrice et cheffe monteuse Catherine Mantion de France.

Dans le cadre des activités parallèles de cet événement figurent un colloque sur “Le cinéma et l’intelligence artificielle: un cadeau piégé ?” et une table ronde sur “Le cinéma et le récit national”, en plus de deux rencontres sur “Le cinéma et la distribution: Stratégies de diffusion audiovisuelle” et sur “L’expertise cinématographique du réalisateur Mohamed Abderrahman Tazi”, ainsi qu’un atelier axé sur les principes de la réalisation.

De même, des projections cinématographiques ouvertes au public sont prévues, comprenant notamment le film marocain “Les divorcées de Casablanca” de Mohamed Ahed Bensouda, en plus de films d’animation destinés aux enfants.

Par ailleurs, cette édition sera marquée par la mise en place de la plateforme “Dakhla Project” visant à soutenir les projets de scénarios de long-métrages en cours des producteurs et réalisateurs, arabes, africains ou ceux de la diaspora.

LR/MAP

,

Voir aussi

Utilisation pacifique de l’énergie nucléaire | Le Maroc expose son expérience à Washington

L’ambassadeur du Maroc aux États-Unis, Youssef Amrani a pris part, lundi à Washington, à une …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...