USA-Iran : Le test de l’uranium enrichi

Concrètement, Téhéran menace de reprendre des activités d’enrichissement d’uranium à un taux supérieur au degré maximal fixé par l’accord (3,67%). Pourquoi cela dérange-t-il les Occidentaux?

L’enrichissement (entre 3 et 5%) permet de produire du combustible pour les centrales nucléaires de production d’électricité. Mais, hautement enrichi et en quantité suffisante, l’uranium peut permettre la fabrication d’une bombe atomique. En effet, il faut 90% d’uranium 235 (fissile) pour la fabriquer. Dans le détail, l’uranium naturel est composé à 99,3% d’uranium 238, non fissile.

La part fissile, l’uranium 235, ne représente que 0,7% du minerai à l’état naturel. Afin de fabriquer du combustible pour une centrale nucléaire, l’uranium doit d’abord être converti en hexafluorure d’uranium (UF6), puis enrichi. Cela est possible grâce à des centrifugeuses qui permettent de faire passer le taux d’uranium 235 à entre 3 et 5%. C’est en raison du rôle crucial de ces dernières que la République islamique s’est engagée à limiter le nombre des centrifugeuses actives sur son territoire: seules 5.060 restent actives, contre 19.000 auparavant.

Le Président iranien, Hassan Rohani, a donc prévenu: «Le 7 juillet, notre degré d’enrichissement ne sera plus de 3,67%. Nous mettrons cet engagement de côté. Autant que nous le voudrons, autant que nécessaire, autant que nos besoins l’imposent, nous porterons cela au-dessus de 3,67%». Des menaces visiblement prises au sérieux: «Attention avec vos menaces, l’Iran. Elles peuvent se retourner contre vous d’une façon jamais vue auparavant!», a tweeté dans la soirée du 4 juillet le président américain, Donald Trump. Plus tôt, la France avait averti l’Iran que Téhéran ne gagnerait rien «en sortant de l’accord de Vienne» dont la «remise en cause ne ferait qu’accroître des tensions déjà vives» au Moyen-Orient.

P. Zehr

Voir aussi

Espagne/ Fin de l’état d’alerte | Reprise économique et angoisse d’une 2ème vague du virus

Espagne/ Fin de l’état d’alerte | Reprise économique et angoisse d’une 2ème vague du virus

Dans une tentative de sauver la saison touristique et de réaliser une relance économique, l’Espagne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.