vendredi 24 novembre 2017

Sahara : Quels sont les fondamentaux ?

Dans Son discours adressé à la nation, à l’occasion du 42ème anniversaire de la Marche Verte, SM le Roi Mohammed VI a réaffirmé les principes et les fondamentaux de la position marocaine concernant la question du Sahara. Le Discours royal a également rappelé les options défendues par le Maroc au sujet de la question du Sahara aux niveaux interne et international.

En effet, le Souverain a affirmé qu’aucun règlement de la question du Sahara n’est possible en dehors de la souveraineté  pleine et entière  du Maroc sur son Sahara et en dehors de l’Initiative d’autonomie, dont la communauté internationale a reconnu «le sérieux et la crédibilité».
Ainsi, Sa Majesté a insisté sur le plein respect des principes et fondamentaux retenus par le Conseil de Sécurité pour le traitement de ce conflit, l’organe onusien étant, de fait, la seule instance internationale chargée de superviser le processus de règlement, tout en appelant les autres parties, particulièrement l’Algérie, à assumer leurs responsabilités.
Le Roi a, par la même occasion, réitéré la position claire et sans ambiguïté du Maroc, au sujet des négociations sous l’égide du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Antonio Guterres et de son Envoyé personnel au Sahara, ce qui représente un tournant important dans la question de l’intégrité territoriale du Royaume.

Le Discours royal a également été marqué par ce lien entre le passé et le présent que le Souverain a établi, en vue de pouvoir entrevoir un avenir meilleur pour la résolution de cette question.

Des fondamentaux historiques et actuels

SM le Roi Mohammed VI a rappelé à cet égard le discours prononcé par feu SM Mohammed V à M’hamid El-Ghizlane, tout en soulignant que le Maroc a été le premier à porter la question du Sahara devant les Nations-Unies, après que le Royaume a conclu avec l’Espagne une convention d’indépendance.
C’est ainsi qu’ont été libérées ensuite les autres régions ne faisant pas partie de cette convention, notamment la récupération de la province de Tarfaya en 1959 avant d’inclure, en 1963, la question du Sahara parmi les régions qui ne jouissaient pas encore de leur liberté, dans le cadre du Comité de décolonisation.
Le Maroc est également parvenu, en 1969, à un accord avec l’Espagne concernant la région de Sidi Ifni. Et c’est la Marche verte qui a contraint l’Espagne à accéder aux revendications du Maroc pour la récupération de son Sahara.
Ainsi, ce rappel par SM le Roi du discours de M’hamid El Ghizlane vient souligner que, pour le Maroc, la question du Sahara est désormais close. En insistant sur le fait que seul le plan d’autonomie constitue une feuille de route applicable pour la résolution de la question du Sahara, sous l’égide des Nations-Unies, le Souverain a écarté tout autre proposition visant à extraire le plan de règlement des paramètres référentiels retenus.
Tout en insistant sur la solution politique du conflit, dans le cadre du respect des principes et des fondamentaux de la position marocaine, le Souverain a réitéré sa détermination à ériger les provinces du sud en un pôle économique intégré. La mise en œuvre de la régionalisation avancée donnera ainsi une dimension stratégique à une solution politique du conflit artificiel autour du Sahara marocain.
Le Maroc, a relevé Sa Majesté, n’a pas attendu que le conflit soit résolu pour entamer le processus de développement de ses provinces du sud. En effet, le développement économique de ces provinces est à même de contribuer au renforcement de l’intégration régionale. Un tel programme de développement économique est de nature à faire sortir le Sahel de l’instabilité et de l’insécurité dont pâtit la région depuis des années.

En insistant sur la question du développement économique dans les provinces du sud, SM le Roi a fait savoir que le Maroc continuera de soutenir avec force la consécration du choix démocratique dans la région, en vue de permettre à ses habitants de gérer leurs propres affaires et de ne pas rester les bras croisés à attendre que soit trouvée la solution souhaitée. Mais au-delà, le discours a montré que le Royaume ne se soucie pas seulement de la situation des populations sous sa souveraineté au Sahara, mais aussi de celle de ses citoyens encore à Tindouf, sous la tutelle de l’Algérie.

En résumé, le souverain a évoqué d’une manière très claire quatre points très importants. Le premier est qu’aucune solution ne peut et ne doit être adoptée dans le sens de porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume, le 2ème étant la nécessité de tirer les leçons de certains problèmes vécus aujourd’hui et qui renseignent que la question n’est pas d’aller vers une solution, mais plutôt de voir le cadre dans lequel cette solution s’inscrit.
Le 3ème point consiste en la nécessité de s’engager dans le cadre du référentiel adopté par le Conseil de sécurité qui envisage de trouver une solution politique négociée et acceptée par les parties concernées. Enfin, le 4ème point est le refus total de toute déviation sur le processus de règlement et le rejet de toute tentative d’introduire un quelconque sujet qui ne fait pas partie de ce cadre de règlement.

Un modèle porteur de développement

Par ailleurs, sur le plan interne, Sa Majesté a souligné l’importance du modèle de développement propre aux provinces du sud et des projets d’infrastructures lancés dans ces régions. Lequel modèle ne doit pas être ramené à sa seule dimension économique, puisqu’il accorde une place particulière à la sauvegarde du patrimoine culturel et civilisationnel, notamment la culture hassanie. C’est aussi un modèle de développement qui contribue à l’édification de l’unité de l’Etat marocain, étant donné que le développement du Royaume passe par le développement de ses régions et la préservation de son intégrité territoriale. Il est aussi à souligner que l’application de ce modèle de développement s’inscrit dans le cadre de la régionalisation avancée qui a pour objectif la bonne gouvernance territoriale et la réalisation du bien-être de la population.
Le souverain a aussi mis en avant les potentialités dont regorgent les provinces du sud qui sont de nature à les ériger en véritable pôle économique, propice à l’épanouissement et à l’approfondissement des relations économiques avec les pays de la région, ainsi qu’avec les autres pays d’Afrique.

Hamid Dades

Voir aussi

Maroc : Le Roi Mohammed VI reçoit le président de la Commission de l’UA

SM le roi Mohammed VI a reçu, vendredi 3 novembre 2017  au Palais royal de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.