Covid-19 : La France officialise l’utilisation de la chloroquine

Covid-19 : la France officialise l’utilisation de la chloroquine

Le gouvernement français a autorisé, jeudi, la prescription de l’hydroxychloroquine en traitement du . Un décret, signé par le Premier ministre et le Olivier Véran, est paru ce jeudi au Journal Officiel, autorisant la prescription de l’hydroxychloroquine aux patients atteints du .

L’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le , dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile, détaille le décret.Le texte encadre toutefois de façon stricte la distribution du traitement qui ne pourra être dispensé que par les pharmacies à usage intérieur, c’est-à-dire au sein des établissements hospitaliers concernés.

En ce qui concerne le médicament Plaquenil et les préparations à base d’hydroxychloroquine, elles pourront être dispensées par les pharmacies d’officine mais uniquement dans le cadre d’une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d’un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.

Lire aussi
France | Le coup de massue du couvre-feu

Ces mesures s’appuient sur l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HSCP) publié mardi, excluant, hors protocole d’essai, l’utilisation de l’hydroxychloroquine en prophylaxie (prévention et traitement, ndlr) sauf pour les cas présentant des signes de gravité.

Réagissant à la publication de ce décret, l’infectiologue français Didider Raoult, directeur de l’Institut Méditerranée Infection basé à Marseille, et fervent promoteur de l’utilisation de la a exprimé ses remerciements au .

Dans le cadre de l’urgence sanitaire, l’hydroxychloroquine peut être prescrite en traitement du COVID-19. Merci à @olivierveran pour son écoute, a-t-il écrit sur Twitter.

L’utilisation de la pour traiter des personnes atteintes du coronavirus suscite un débat houleux qui vire à la polémique au sein de la communauté scientifique et médicale en . Certains médecins y sont favorables et ont déjà commencé à le prescrire quand d’autres appellent à la vigilance sur ses effets secondaires.

Avec MAP

Voir aussi

Mali,France

Mali | Crainte des conséquences du retrait français

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, redoute le «vide» sécuritaire au Mali provoqué par le retrait en cours …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...