vendredi 15 décembre 2017

Oh, happyEx!

«Oh, Happy Day»! Qui n’a pas au moins une fois fredonné cet air très rythmé? Eh bien, aujourd’hui, on peut le chanter autrement en faisant l’éloge des ruptures, amoureuses bien sûr! Les ruptures ont d’ailleurs toujours été une étape complexe à gérer. Quand on se fait larguer, l’égo en prend un sacré coup et tourner la page est plus simple à dire qu’à faire. Même d’un commun accord, l’un des deux est souvent plus d’accord que l’autre. Et la plupart du temps, beaucoup (trop!) de choses renvoient au souvenir de l’être aimé qui reste malgré tout… Comme ses affaires dans les placards!

Pour régler ce problème, un jeune français a trouvé un moyen pour aider tout un chacun à tourner la page. Il a monté un site internet de petites annonces qui permet de revendre exclusivement les affaires oubliées des ex, les cadeaux rendus et tout ce qui appartenait à celle/celui qu’on a aimé(e). Appelé «HappyEx», ce site est ainsi une belle alternative pour les malheureux en amour. Plus la peine de tenir entre ses mains le pull qui traîne dans la penderie depuis son départ. Plus besoin de regarder avec dépit la bague qu’elle a rendue après avoir quitté… Fini donc l’autel sur lequel on se recueille. On peut désormais se séparer de tous ces objets lourds de souvenir tout en faisant des affaires! Car derrière tout cela, il est question de donner aux gens la possibilité de faire de bonnes affaires, explique crûment le créateur. Certes, il y a de tout en vente, mais attention: il existe une condition sur ce site gratuit! Une fois qu’on a digéré la séparation, on passe à autre chose et, pour vendre un bien, il faut aussi raconter la rupture ou l’histoire du produit. Souvent en quelques courtes phrases. Outre la vente des vêtements, bijoux ou autre de son ex, happyex.fr devrait bientôt proposer de faire des rencontres, de chatter avec d’autres déçus de l’amour et -qui sait?- se délester d’un vieux jean et repartir en couple!

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.