dimanche 24 septembre 2017

TICAD : Le grand «Flop» du plan mozambiquo-polisarien

A la Réunion ministérielle de suivi de la TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique), le Mozambique a voulu imposer le Polisario… Ils  ont juste récolté la plus vive des condamnations du Japon… Et la réaffirmation de la non-reconnaissance par le Japon de l’auto-proclamée RASD !! Voici les explications d’une source autorisée au ministère des Affaires étrangères.

«Vendredi 25 août 2017, le ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, Nasser Bourita, a eu un entretien avec son homologue du Japon, M. Kono Taro, en marge de la réunion ministérielle de suivi de la TICAD, à Maputo (Mozambique).

Lors de cet entretien le ministre japonais a exprimé son vif regret s’agissant des incidents et la confusion, durant la séance d’ouverture de la réunion ministérielle de suivi de la TICAD. Il a également fait part de sa  stupéfaction que les autorités du Mozambique aient contourné les procédures d’accès pour  faire introduire les membres non invités du «Polisario» par une porte dérobée, tout en refusant l’accès à des délégations disposant de badges et dûment accrédités. Même des membres de l’ambassade du Japon ont été brutalisés.

Selon le responsable japonais, cela représente un problème grave de sécurité. À ce sujet, le Japon a protesté vigoureusement auprès du pays hôte pour ce comportement inadmissible. Il a précisé par ailleurs que le Japon œuvrera pour régler ce problème organisationnel définitivement. 

Dans ce même contexte, M. Kono Taro a réitéré la non-reconnaissance par son pays de la pseudo ‘rasd’, et a insisté sur le fait que la position du Japon de ne pas les inviter aux travaux du processus de la TICAD demeure inchangée. 

Il a déclaré que la prochaine réunion ministérielle et le Sommet de la TICAD auront lieu au Japon, et de tels incidents ne se reproduiront plus. 

Cela étant, malgré le blocage, le Maroc a pris part à la réunion».

La TICAD (Tokyo International Conference on African Development) est une initiative lancée, en 1993, par le gouvernement japonais, avec la participation du bureau du Conseiller spécial pour l’Afrique de l’ONU, du PNUD, auxquels s’est jointe, en 2000, la Banque mondiale. L’objectif est de promouvoir des échanges de haut niveau entre les dirigeants africains et leurs partenaires, en matière de développement.

Ce mois d’août, le Mozambique était juste le pays hôte de la réunion ministérielle de la TICAD. Mais les autorités mozambicaines ont empêché le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, ainsi que des diplomates du pays organisateur (le Japon) d’accéder à la salle de réunion. Alors que les séparatistes du Polisario –qui, eux, n’étaient pas invités- ont été introduits, en violation de toutes les règles internationales qui régissent de tels fora.

Voir aussi

Le Centre régional de transfusion de Meknès a-t-il encore jeté des poches de sang ?

Les réseaux sociaux se sont enflammés autour de l’affaire «des poches de sang jetées à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.