jeudi 23 novembre 2017

Primaire : une surprise Hamon, bonne pour Macron !

Le premier tour de la primaire du PS et de ses alliés de la «belle alliance populaire» apporte des enseignements évidents.

Le tournant libéral de la présidence Hollande, incarné par Manuel Valls, a été rejeté. C’est ce qui explique la sortie en tête de Benoît Hamon qui était dans la dynamique des sondages, mais reste tout de même une surprise. Il distance donc Manuel Valls qui a peu de chances de l’emporter au second tour. Les 18% de Montebourg, l’un des battus du vote, devraient assurer le succès d’Hamon. La victoire d’une gauche idéologique par rapport à la gauche pragmatique est une excellente nouvelle pour Macron. En effet, si Valls est sorti, le courant centre gauche du PS ira plutôt chez Macron que chez Hamon. Le rejet du bilan Hollande sert celui qui a été tout de même au coeur du virage libéral de la présidence, avant de quitter le navire dans la tempête… La politique est toujours surprenante.

Pour la plupart des éditorialistes, les résultats de la primaire à gauche sont un désaveu de François Hollande et l’annonce d’un affrontement de deux conceptions de la gauche qui pourrait sonner le glas des ambitions de gouvernement du PS.

«En dépassant à eux deux les 50%, les frondeurs tiennent un début de revanche. Ce succès montre que la gauche perd son âme si elle ne convainc pas ses électeurs qu’elle veut changer la société, en dépit de toutes les difficultés du gouvernement», estime ainsi Laurent Joffrin dans Libération. «La première place du frondeur Benoît Hamon est une gifle pour le chef de l’Etat qui l’avait viré sans ménagement de son gouvernement», affirme, quant à lui, Nicolas Beytout dans L’Opinion. Tandis que, dans Sud-Ouest, Bruno Dive estime: «Si Benoît Hamon l’emporte dimanche prochain (29 janvier), comme tout le laisse penser aujourd’hui, c’est d’abord le quinquennat sortant qui sera une deuxième fois désavoué par la défaite de Manuel Valls, deux mois après le renoncement contraint de François Hollande». Et l’avenir ne s’annonce pas serein, la plupart des éditorialistes relevant combien les deux hommes qui s’affronteront au deuxième tour défendent des idées opposées. «(…) Ce sera, sur à peu près tous les sujets (économie, social, laïcité, etc.), un constat de désaccord qui montrera au grand jour la grande fracture des socialistes. Qui désormais jouent leur survie», résume Paul-Henri du Lambert, dans Le Figaro.

Pour la presse étrangère, l’avance de Hamon constitue une surprise, même si l’ancien ministre avait «déjà gagné la bataille des idées». «Benoît Hamon était donné vainqueur sur le plan des idées, avance la Tribune de Genève. Son revenu universel avait monopolisé les débats. Chacun se demandait si cette percée médiatique allait se concrétiser dans les urnes. De toute évidence, c’est le cas».

Pour Le Temps, «l’alternative» Benoît Hamon constituait «la principale surprise» possible de ce premier tour. Ce résultat «inflige un coup à Manuel Valls», assure The Financial Times, pour qui «cette issue va probablement intensifier les divisions au sein du Parti socialiste, qui se déchire autour du tournant pro-business du président François Hollande et se débat pour empêcher une défaite humiliante à l’élection présidentielle». Arnaud Montebourg n’a recueilli que 18,56% des suffrages mais a appelé très rapidement à voter pour Benoît Hamon. Une hypothèse par le quotidien italien La Repubblica, qui parlait d’un résultat “à la Jeremy Corbyn”, comme au Royaume-Uni, “avec la prédominance d’une gauche radicale et utopiste sur les réformistes modérés”. 

Mais cette gauche radicale a-t-elle une chance pour la présidentielle ? Pour le moment la réponse est non. Et certains envisagent, après un petit score à la présidentielle, une déroute finale du Ps aux législatives qui suivent. Ce scénario favorise Macron, l’homme qui monte, monte, monte… Et qui se réjouit du résultat de la primaire qui renforce sa candidature.

Patrice Zehr

Voir aussi

Doing Business 2018 : Le Maroc recule d’un point, mais confirme son leadership

La 15ème édition du rapport Doing Business 2018, publiée par la Banque Mondiale, place le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.