lundi 18 décembre 2017

Maroc-Elections : Le rendez-vous manqué

Elections maroc

Autre report! Mais est-ce bien le dernier?
En effet, le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, vient d’annoncer le report au mois de septembre prochain de la date des élections. C’est «en réponse à la demande des partis politiques», a-t-il souligné, que cette décision a été prise. Cependant, les partis politiques, notamment l’Istiqlal, continuent de refuser de porter le chapeau précisant qu’ils sont pour le maintien de la date de juin et que si report il faut, c’est plutôt parce que le gouvernement a mal géré ce dossier. Ils en veulent pour preuve, ces listes électorales qui peinent toujours à être finalisées, ces lois afférentes qui sont encore loin d’être prêtes et certains partis dans l’incapacité de suivre… Outre un manque flagrant de concertation, ajoutent-ils, avec les parties concernées et le parti pris d’une certaine commission de contrôle.
La décision prise déclenche la polémique et ils se demandent encore: pourquoi le report? Décryptage.

«La plupart des partis politiques, à l’exception de deux formations, ont demandé le report de ces élections (…). Nous avons donc accédé à la demande de ces partis politiques». Voilà comment Abdelilah Benkirane a argumenté cette décision de report de la date des élections. Il s’est basé sur une information émanant du ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad.

Pourtant, il y a un an…

L’an dernier, lors d’une séance mensuelle sur la politique générale du gouvernement tenue par la Chambre des représentants, Benkirane annonçait que le calendrier général des prochaines échéances électorales débuterait en mai 2015 avec l’élection des représentants des salariés, suivie de celles communales et régionales qui devraient se tenir en juin 2015, des Chambres professionnelles (juillet 2015) et des conseils des préfectures et provinces (août 2015), tandis que les élections de la Chambre des conseillers devraient se dérouler en septembre 2015.
Le chef de gouvernement affirmait que les préparatifs concernant ces échéances se déroulaient dans de bonnes conditions et que toutes les lois encadrant ces élections allaient être adoptées dans les délais fixés!
Pas si fixés que cela, puisque aujourd’hui on parle de concomitance avec le baccalauréat, le Ramadan… Petits détails apparemment omis lors de la fixation de la date! Certains n’y trouvent que de simples prétextes. C’est surtout le manque -voire l’absence- de toute concertation et de consultation des partis et la décision unilatérale qui ont suscité la colère et donc le refus de cette date «imposée». Certains partis ont fait preuve d’honnêteté en se disant «pas prêts». Cette attitude n’est pas partagée, parce que d’autres se disent fins prêts et que c’est le cadre législatif qui ne l’est pas.
Certes, des réunions ont été organisées à cet effet avec le ministère de l’Intérieur, mais celles-ci, reproche-t-on (surtout du côté de l’Istiqlal), ont été axées sur des détails techniques, l’Intérieur estimant que c’est au Parlement que les détails politiques doivent être traités. Ce qui n’a pas eu lieu.

Le contrôle et pas la censure

Pour ce qui est de la gestion du processus électoral, Benkirane a souligné: «Le gouvernement veillera à faire montre de neutralité durant toutes les étapes de ce processus, afin de réunir les conditions d’une concurrence libre, sans distinction entre candidats ou partis et d’instaurer les bases d’une pratique démocratique qui soit au niveau des réalisations tous azimuts du Royaume, sur les plans national et international, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI». Oui, mais… Le Parti de l’Istiqlal est revenu à la charge en rejetant la manière dont se fera le contrôle administratif et estimant qu’il s’agira plutôt d’une «censure» qui agira en faveur de certains partis au détriment d’autres…
Rappelant d’anciennes pratiques, le Groupe istiqlalien a relevé l’absence de toute garantie de neutralité et pourtant… Benkirane se réfère aux travaux du conseil des ministres, tenu le 14 octobre 2014, lors duquel, conformément aux Hautes orientations de SM le Roi, le Souverain, en sa qualité de garant du choix démocratique national, avait donné ses instructions aux ministres de l’Intérieur et de la Justice et des libertés pour veiller à la réussite du processus électoral et lutter contre toutes les pratiques nuisibles. Une commission centrale du suivi des élections, présidée par ces deux ministres, a été activée. Preuve que sur ce plan, il n’y a rien à dire et que le processus de contrôle est là, en attendant la tenue des élections. L’administratif suit bien… Surtout qu’au niveau territorial, des commissions régionales et provinciales composées des walis, gouverneurs, procureurs généraux et procureurs du Roi ont été activées pour la même finalité.

Des listes incomplètes

Ne fallait-il pas procéder par usage de la CIN, plutôt que de se lancer dans une campagne interminable de révisions des listes électorales? La mise au point de ces listes ayant pris plus de temps qu’il ne fallait, c’est donc aussi une cause de report. Chose que Benkirane rejette en précisant, pour ce qui est de la révision des listes électorales, que les mesures organisationnelles et techniques nécessaires ont été prises pour réussir cette opération.
Afin d’accompagner la révision exceptionnelle, les pouvoirs publics ont veillé à l’organisation d’une large campagne de communication, laquelle comprend des slogans de sensibilisation et des appels en la matière diffusés par la radio et les télévisions publiques, ainsi que la presse écrite et celle électronique.
Un total de 800.000 demandes ont été présentées jusqu’au 31 janvier, dont 218.000 ont été formulées via le site électronique. Oui, mais que représentent les 800.000 comme poids, reprochera-t-on encore et qu’est-ce qui garantit que ces voix potentielles ne sont pas manipulables, si elles ne l’ont déjà été?

Se mobiliser pour réussir

La réussite de ce rendez-vous majeur pour l’avenir du Maroc et des Marocains est tributaire, selon Benkirane, de la mobilisation des citoyens via l’inscription sur les listes électorales, le vote lors des élections et l’impératif pour les partis politiques de s’acquitter du rôle constitutionnel qui est le leur.
La Constitution stipule en effet, dans son article 7: «Les partis politiques œuvrent à l’encadrement et à la formation politique des citoyennes et citoyens, à la promotion de leur participation à la vie nationale et à la gestion des affaires publiques. Ils concourent à l’expression de la volonté des électeurs et participent à l’exercice du pouvoir, sur la base du pluralisme et de l’alternance par les moyens démocratiques, dans le cadre des institutions constitutionnelles». La question qu’on se pose aujourd’hui est de savoir si, au Maroc, nos partis répondent à cette description.
Plus aucun parti ne contribue effectivement et efficacement à la vie politique à travers l’encadrement des citoyens. En crise ou par manque d’élite en mesure d’assurer la relève et de jouer un rôle prépondérant dans la vie politique, ces partis se débattent pour continuer d’exister. Qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, leur seul rôle aujourd’hui est de surfer sur la vague de vaines polémiques ou de se ruer sur les techniques qui leur permettront d’avoir un nombre reposant de voix qui leur assure une place… Mais rien ne se fait pour «conquérir» ces voix. Les partis, tant celui au pouvoir que ceux de la majorité ou de l’opposition, vivent même des guerres intestines qui les gangrènent. Et pour dissimuler ces tares, certains «jouent» l’opposition. Une opposition qui n’a d’ailleurs de cela que le nom. Dans son article 10, la loi suprême affirme: «La Constitution garantit à l’opposition parlementaire un statut lui conférant des droits à même de lui permettre de s’acquitter convenablement de ses missions afférentes au travail parlementaire et à la vie politique». Mais, s’acquitte-t-on vraiment convenablement de ses missions? L’absence d’une action des partis éloigne de plus en plus ces citoyens qui doivent aujourd’hui s’inscrire sur les listes électorales pour qu’ils soient «de vrais acteurs dans la construction de leur avenir et de celui de leur patrie». Qui les y incite? N’est-ce pas là, une autre preuve que vraiment personne n’est prêt et que tout ce qui a bien pu se dire n’est que prétextes? Les lois tardent certes, mais est-ce le seul motif du report? Un report bien décidé sans qu’on ne sache réellement où ça a coincé et à qui est la faute?

Hamid Dades

…………………………………………………………..

Le plus important, c’est la loi


Les projets de lois régissant les prochaines échéances électorales visent à approfondir l’exercice de la démocratie locale basée sur le principe de la libre gestion énoncé dans l’article 136 de la Constitution.
Ces projets de lois ont pour objectif de réaliser un bond qualitatif vers un système global de la gouvernance territoriale, d’instaurer un développement régional intégré et durable, de contribuer à la modernisation de la gestion des structures de l’Etat et d’optimiser l’efficience et la qualité de leurs actions.
Le gouvernement a procédé à l’élaboration des projets de lois organiques conformément aux dispositions de la Constitution et aux hautes orientations royales, ainsi qu’aux conclusions du rapport de la Commission consultative de la régionalisation et à l’expérience nationale accumulée dans ce domaine. Les projets de lois organiques ont consacré une série de principes constitutionnels, dont l’organisation décentralisée fondée sur la régionalisation avancée et la gouvernance, l’équité, l’encouragement de l’approche participative et la garantie des droits de l’opposition.
Conformément aux dispositions de l’article 146 de la Constitution, les trois projets de lois organiques ont déterminé les modes de gestion libres et démocratiques des régions et des collectivités territoriales, les conditions d’exécution par leur président des délibérations des conseils, les mécanismes susceptibles de faciliter la contribution des citoyens et des associations à la préparation et au suivi des programmes de développement et de garantir leur droit à présenter des pétitions pour demander au conseil l’inscription d’un point particulier à l’ordre du jour, tout en fixant les conditions et les modalités y afférentes… Encore une fois, les lois sont bien là, mais qu’est-il fait et que faut-il encore pour leur mise en œuvre? Le chef de gouvernement impute ce retard au parlement qui tarde à se mettre à l’étude de ces lois. Ailleurs, on lui reproche de ne les avoir soumis au parlement que tard, soit à quelques jours de la fin de sa session… Benkirane aurait oublié que les vacances passent même avant la loi!

A qui la faute?


La majorité estime et croit même dur comme fer que la réussite des prochaines élections découle de la responsabilité de toutes les parties concernées, alors que l’opposition insiste sur la responsabilité du gouvernement.
En effet, les élections ne peuvent réussir que si le gouvernement, le parlement, les partis politiques, la société civile et les citoyens assument leurs responsabilités. Le gouvernement doit accélérer la publication du reste des lois électorales et garantir leur neutralité. Les partis politiques doivent à leur tour approuver des candidats qui remplissent les conditions de la compétence et de la probité et s’ouvrir davantage sur les jeunes et les femmes pour rétablir la confiance du citoyen dans l’action politique et garantir une grande efficience dans la gestion de la chose locale. Ils doivent aussi saisir l’opportunité pour enrichir les projets de lois organiques qui seront soumis à l’institution législative, a-t-on ajouté.
Et la société civile est appelée à mettre à nu toutes les pratiques nuisibles au processus électoral et à exhorter les citoyens à s’inscrire massivement sur les listes électorales. Vision très simpliste de la majorité, dont les partis vivent tous des problèmes les empêchant de remplir pleinement leur rôle de mobilisateurs… Mais, en clair, ce message s’adresse plutôt à l’opposition vue plutôt comme le perturbateur qui a fait manquer au Maroc ce rendez-vous historique…
L’opposition, tous groupes confondus, insiste pour sa part sur la responsabilité du gouvernement pour garantir le succès des élections et critique le retard dans l’adoption des lois encadrant l’opération électorale. Les projets de lois adoptés par le gouvernement sont à courte portée et ne sont pas à la hauteur de l’esprit de la Constitution. Les concertations entre le gouvernement et les partis politiques sur l’élaboration de ces projets sont d’ordre «technique» et donc incapables de développer l’édifice démocratique du pays.
L’opposition critique aussi le renouvellement des listes électorales, au lieu d’opter pour le vote par la carte d’identité nationale et le recul constaté dans la mise en œuvre du principe de la parité en ce qui concerne la place de la femme dans les institutions représentatives. La réalisation de la parité n’est pas un luxe, mais plutôt une nécessité pour la promotion des conditions sociales et économique des Marocains, estime-t-on encore du côté de l’opposition.
C’est ainsi qu’on s’amuse à jouer au chat et à la souris. A qui épinglera qui. Et on passe à côté de grands rendez-vous avec l’Histoire qu’on néglige pour des histoires à dormir debout… Et quand on se sent gêné, on reporte. Comme ce fut le cas. Reste à espérer que ça sera l’ultime report et qu’à l’instar du Bac et du Ramadan, la rentrée scolaire ne donne pas un autre bon motif pour encore reporter. Car, il y a lieu de le rappeler -sait-on jamais-, c’est en septembre qu’elle aura lieu!

HD

………………………………………………………..

Report des élections communales : Benkirane refuse de porter le chapeau

benkirane

C’est devant les députés, à l’occasion d’un nouvel oral sur la politique générale du gouvernement, que le chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, a mis fin au suspense. Il a annoncé lors d’une séance très animée le report des prochaines élections communales et régionales au mois de septembre 2015, au lieu du mois de juin. Refusant de porter le chapeau de ce report, Benkirane a préféré crever l’abcès en précisant: «Ce report a été décidé conformément à la demande de la plupart des partis politiques». Et, plus pointilleux, il a enfoncé le clou: «Le nouveau calendrier, c’est vous qui l’avez demandé et plus particulièrement les partis de l’opposition». Et se tournant vers M. Hassad, ministre de l’Intérieur: «C’est ce qui s’est réellement passé, oui ou non?».
Le chef de gouvernement a passé en revue les initiatives prises tant au niveau de l’arsenal juridique qu’à celui de la préparation matérielle des échéances électorales. «Elles concernent, a-t-il dit, les projets de lois organiques relatives aux collectivités territoriales, en plus d’un projet de décret qui définit les régions et leur appellation, ainsi que leurs centres, les préfectures et provinces».
Le débat qui a suivi l’exposé de Benkirane a été on ne peut plus animé. Une occasion pour le chef de l’Exécutif de s’adonner à sa pratique: malmener une opposition qui a du mal à éviter les coups qu’il lui assène.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Maroc/Crypto-monnaie : Pourquoi ces tirs croisés sur les Bitcoins…

L’Office des Changes, le ministère des Finances, Bank Al-Maghrib et l’AMMC sont unanimes: les Bitcoins, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.