jeudi 19 octobre 2017

Gabon : Fin du périple royal en Afrique

Roi MohammedVI President Bongo au gabon mars 2014

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a entamé, le 18 février dernier, sa deuxième tournée africaine. Hautement stratégique, cette tournée, qui a duré 20 jours, a été marquée par la signature de plusieurs accords de coopération économique structurants et l’inauguration de projets socioéconomiques de grande envergure.

S’il est un projet particulier à retenir, c’est bien celui de l’usine de production d’engrais, d’un investissement de 600 millions de dollars, dont la réalisation sera assurée par l’OCP et la production entièrement dédiée à l’Afrique.
La tournée royale, qui s’est achevée au Gabon, a en outre été pleine de sens et d’actions touchant différents aspects, notamment diplomatique, économique, social et religieux. Au terme de la visite royale, un communiqué conjoint a illustré toute l’importance et la teneur des échanges qui ont eu lieu entre le Souverain et le président gabonais et des actions communes menées ou à mener dans un proche avenir sur différents plans. Principalement, «cette visite a constitué une opportunité pour magnifier l’amitié profonde qui existe si heureusement entre la République gabonaise et le Royaume du Maroc», lit-on dans le communiqué final.
Le document salue aussi la signature de l’accord entre les deux pays instituant un partenariat stratégique sud-sud dans le domaine de l’industrie des fertilisants et des industries connexes.
Ce partenariat unique en son genre entre deux pays africains met en commun les richesses minières des deux pays en phosphate, en potasse et en gaz naturel pour l’émergence d’une industrie majeure qui sera le vecteur du développement agricole et de la sécurité alimentaire en Afrique.
Il traduit aussi la vision et la volonté politique des deux chefs d’Etat d’assurer le décollage et l’émancipation économique du continent africain.
S’agissant de la question du Sahara marocain, le président Ali Bongo Ondimba a tenu à renouveler l’appui ferme et constant de la République gabonaise à la marocanité du Sahara et à l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc. Par ailleurs, le président gabonais a réaffirmé toute l’importance qu’il attache au retour du Maroc au sein de l’organisation panafricaine et a fait part à sa Majesté de son engagement à œuvrer à cet effet dans le cadre de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale du Royaume.
En outre, les deux parties ont fortement réaffirmé la nécessité de la mise en place rapide d’un Conseil d’affaires maroco-gabonais, mécanisme dont l’objectif est de dynamiser les liens économiques en vue de les hisser au niveau d’excellence des relations politiques entre le Gabon et le Maroc. Les deux Chefs d’Etat ont aussi réaffirmé leur volonté de renforcer la sécurité en Afrique à travers une collaboration plus étroite tant au niveau bilatéral régional qu’à celui international, afin de lutter efficacement contre le terrorisme, la piraterie maritime et la criminalité transfrontalière qui constituent des menaces pour la paix et la stabilité dans le monde.
Sur le plan international, il faut surtout retenir que les deux chefs d’Etat ont fait part de leur volonté de se concerter et de coordonner leurs positions respectives en prévision de la tenue du prochain Sommet Afrique-Union européenne, qui se tiendra début avril 2014 à Bruxelles et de celle du Sommet Etats-Unis-Afrique prévu pour le mois d’août de la même année, afin de contribuer à l’émergence de véritables partenariats nord-sud qui favoriseraient le développement et l’essor du continent africain.

Hamid Dades

Coopération
24 conventions et accords bilatéraux signés

Lors de son séjour au Gabon, Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, ont présidé la cérémonie de signature de 24 accords, dont des conventions gouvernementales et d’autres concernant les opérateurs économiques des secteurs privés dans les 2 pays.
Ces conventions, qui portent sur différents secteurs tels l’agriculture, la santé, l’habitat, la formation professionnelle, le secteur financier et bancaire, les nouvelles technologies, le transport et le tourisme visent à renforcer le cadre juridique de la coopération entre les deux pays.
Il s’agit d’un accord dans le domaine de l’agriculture, d’un accord entre l’Agence de Développement Agricole (ADA) et l’Office National de Développement Rural (ONDER), d’un accord entre l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) et l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA) et d’un accord de coopération en matière de marine marchande. A ceux-là s’ajoutent un projet de mémorandum d’entente en matière de transport maritime et un programme d’application 2014-2016 en matière de tourisme.
Côté conventions, notons la convention de partenariat entre l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et l’agence nationale de promotion du tourisme et de l’hôtellerie au Gabon; la convention-cadre relative à la mise en œuvre d’un programme de partenariat entre la société Medz et le ministère gabonais de l’Agriculture, de l’Elevage, de la Pêche et de la Sécurité alimentaire, pour la réalisation de zones d’activités de nouvelle génération, particulièrement dans le secteur agro-industriel; la convention de coopération entre le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle du Gabon et l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) du Maroc; la convention de partenariat entre le Groupe Banque Centrale Populaire (BCP) du Maroc et le ministère de l’Economie, de l’Emploi et du Développement durable du Gabon; la convention de partenariat entre la République gabonaise et le groupe Attijariwafa bank (Plan Gabon Emergent); la convention relative au projet de construction d’un programme immobilier sur le site d’Avorbam à Libreville; la convention de partenariat entre la république gabonaise et le groupe Attijariwafa bank pour les activités de marché et de conseil en instrument de dette; la convention de coopération entre la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la Confédération patronale gabonaise (CPG); la convention-cadre de coopération entre l’Académie africaine de l’énergie Mohammedia (ACAFI) et la société gabonaise de raffinage (SOGARA) et la Convention fiscale, douanière et sociale entre la République gabonaise, la société Ciments d’Afrique (CIMAF) Gabon et le Consortium bancaire UGB et BGFI.
Ont aussi été signés entre les deux pays un projet de protocole de coopération industrielle, un mémorandum d’entente sur la coopération en matière de domaines et d’infrastructures industrielles entre la société Medz et le ministère en charge de l’Industrie de la République gabonaise, un protocole d’accord entre l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) et la Société équatoriale des mines (SEM) portant sur la coopération scientifique et technique, un projet de convention de coopération entre la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) du Royaume du Maroc et la Caisse des dépôts et consignations (CDC) de la République gabonaise, un protocole d’accord pour la mise en place d’un centre national de courrier hybride pour la poste gabonaise, un accord relatif à l’attribution d’une licence d’établissement et d’exploitation de réseau de 3ème et 4ème générations (3G et 4G) à Gabon Telecom et un accord entre l’Universiapolis-Université internationale d’Agadir et l’Institut Berthe et Jean.

HD
………………………………………………………………………….

Visite au Gabon : De grandes étapes

Cimenterie
Un projet de 30 millions d’euros à Libreville

Le Roi Mohammed VI et le président gabonais Ali Bongo Ondimba ont visité à Owendo, dans la banlieue sud de Libreville, le chantier de réalisation d’une unité de production du ciment qui mobilise un investissement de près de 30 millions d’euros réalisé par Ciments d’Afrique (CIMAF, groupe Anas Sefrioui). Cette nouvelle unité industrielle créera, en phase de réalisation, un millier d’emplois indirects et, en phase d’exploitation, quelque 200 emplois directs. Le délai de réalisation de cette installation cimentière est de 18 mois. A noter que, pour les besoins de cet investissement marocain en terre africaine, à l’instar de toutes les implantations de CIMAF dans le continent noir, une société de droit gabonais a été créée. Elle a été baptisée Ciments de l’Afrique Gabon SA.
……………………………………………………………..

Religion
10.000 exemplaires du Coran aux mosquées gabonaises

Le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, a fait don de 10.000 exemplaires du Saint Coran au profit de la partie gabonaise en charge de la gestion des affaires religieuses et ce, à l’issue de la prière du vendredi 7 mars que le Souverain a accomplie à la Mosquée Hassan II à Libreville. Ces exemplaires, édités par la Fondation Mohammed VI pour l’édition du Saint Coran, seront distribués dans les différentes mosquées de la République du Gabon. Il s’agit d’un 1er lot d’exemplaires du Saint Coran offerts par cette Fondation, dans le cadre de l’application des instructions royales relatives à la satisfaction des besoins des mosquées des pays de la région en exemplaires du Saint Coran selon la version Warch, d’après Nafie, adoptée par le Royaume et ces pays.
……………………………………………………………………………

Rénovation
8 MDH pour la mosquée Hassan II

La mosquée Hassan II de Libreville, où le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, avait accompli la prière du vendredi, a fait l’objet, sur instructions royales, d’une rénovation réalisée par le ministère des Habous et des Affaires islamiques avec un coût global de 8 MDH. Outre les travaux d’entretien et de maintenance, cette mosquée a été équipée en climatiseurs et en matériel de sonorisation et dotée de tapis dans la pure tradition marocaine.
……………………………………………………………….

Santé
La Fondation Lalla Salma exporte son savoir-faire

Le Roi Mohammed VI et le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, ont visité l’institut de cancérologie de Libreville situé au sein du CHU d’Agondjé, au nord de la capitale gabonaise. Cet institut ultra-moderne a été réalisé en partenariat avec la Fondation Lalla Salma Prévention et Traitement des cancers. Un staff médical marocain, chargé de la formation et de la fourniture des soins médicaux au sein de cet établissement, a été mis à disposition par la Fondation. Auparavant, cette dernière avait procédé à la formation au Maroc de 10 médecins spécialistes et de 80 techniciens gabonais.

Voir aussi

Maroc/Croissance économique : Le yo-yo que décrit Jouahri

Croissance économique, inflation, déficit… Tout a été passé en revue par Abdellatif Jouahri, wali de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.