Tanzanie | Appel à l’expulsion de la pseudo “rasd” de l’UA

Maroc-Tanzanie,Union Africaine,rasd,Sahara marocain,Algérie-Polisario

Un parterre d’experts, d’universitaires, de membres de Think-Tanks, de chercheurs et d’éminentes personnalités politiques africaines ont appelé, samedi à Dar Es Salaam, à l’expulsion de la pseudo “rasd” de l’Union Africaine (UA).

L’expulsion de la fantomatique “rasd”, un groupe armé soutenu par l’Algérie n’ayant aucun des attributs d’un État souverain, corrigera une “erreur fâcheuse” héritée de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine) et qui décrédibilise l’UA dans son Acte Constitutif stipulant qu’elle doit rassembler uniquement des Etats souverains, ont soutenu les participants à un séminaire sous le thème “L’impératif de la relance post-covid : Comment la résolution de la question du Sahara peut-elle renforcer la stabilité et l’intégration de l’Afrique”.

Les participants à cet événement, co-organisé par l’Institute of Peace and Conflict Studies (IPCS) et la Tanzania Peace Fondation (TPF), ont été unanimes à souligner que le règlement de la question du Sahara marocain passe nécessairement par l’expulsion de cette entité fantoche, une “source de division et d’instabilité” en Afrique.

“La présence de la +rasd+ au sein de l’UA constitue une violation grave du droit international et de la Charte de l’organisation panafricaine”, a ainsi souligné Fahmi Said Ibahim, ancien ministre comorien des Affaires étrangères, expliquant que la “rasd” ne dispose d’aucun des éléments juridiques constitutifs d’un Etat, à savoir le territoire, la population et un pouvoir à exercer.

L’Union Africaine devrait corriger cette “erreur historique” qui affecte la crédibilité et la neutralité de l’Union et constitue un obstacle à la résolution de la question du Sahara marocain, a fait observer M. Ibrahim, ajoutant que l’initiative marocaine d’autonomie pour le Sahara représente l’”unique solution réaliste et définitive” à ce différend de longue date.

Pour l’expert en diplomatie Amine Laghidi, seul marocain invité à cet important séminaire, la présence de la prétendue “rasd” au sein de l’UA oppose de fait le Maroc, un Etat qui s’engage à résoudre le conflit artificiel autour du Sahara par la voie diplomatique, à une entité non-étatique qui maintient et affiche son bellicisme, sans pouvoir, pour autant, être capable d’apporter la moindre contribution concrète à l’organisation.

Lire aussi
"Affaire Ghali Gate" | Un amateurisme irresponsable

Rappelant que cette entité “non-étatique” et “non-souveraine” avait été admise au sein de l’OUA dans le contexte d’un coup de force politique et idéologique, M. Laghidi a relevé que son maintien au sein de l’UA constitue une “violation avérée” de l’Acte Constitutif de l’organisation panafricaine.

Même son de cloche pour Orlando Simba, directeur exécutif du Panafrican Congress au Kenya, qui a affirmé que les deux tiers des membres de l’UA ne reconnaissent aucunement la “rasd”.

Il a ainsi appelé les États africains à mettre fin aux divisions au sein de l’organisation panafricaine et à œuvrer ensemble pour renforcer l’Union et l’intégration du Continent à travers l’expulsion de cette entité.

Abondant dans le même sens, le rédacteur en chef du groupe médiatique sud-africain “The star”, Sifiso Gift Mahlango, a relevé que ce conflit est le résultat des politiques “toxiques” de l’Algérie qui soutient et arme cette entité fantomatique depuis des décennies.

Le conflit artificiel autour du Sahara marocain constitue, malheureusement, un “obstacle majeur” à la marche de l’Afrique vers l’intégration, la paix, la stabilité et le progrès, a-t-il fait constater.

De son côté, le directeur exécutif de l’Institute of Peace and Conflict Studies (IPCS) Cosma Bahali, a mis l’accent sur l’importance d’initier une réflexion intellectuelle en vue de trouver des solutions pragmatiques à la question du Sahara marocain, sur la base de l’initiative marocaine de l’autonomie, qualifiée par l’ONU et la majorité des pays africains de “crédible” et “sérieuse”.

Pour Andre Gakwaya, directeur général de l’Agence rwandaise d’information (ARI), la présence de la “rasd” au sein de l’UA est en “contradiction absolue” avec la position de l’ONU qui appelle les parties à parvenir à une solution politique juste, définitive et mutuellement acceptable à ce différend régional.

Le séminaire a réuni une quarantaine de participants venus du Rwanda, du Kenya, des Iles Comores, du Burundi, de la Tanzanie, de l’Ouganda, du Mozambique et de l’Afrique du Sud, entre autres.

LR/MAP

Voir aussi

variant Omicron,Afrique du Sud

L’Afrique du Sud envisage de rendre le vaccin obligatoire pour « certaines activités »

Le gouvernement sud-africain envisage de rendre le vaccin contre la Covid-19 obligatoire pour « certaines activités », …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

WeePie Cookie Allow cookie category settings icon

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.

WeePie Cookie Allow close popup modal icon