Flash Infos

Espace : La lune s’éloigne de la terre de 1,5 cm par jour

L’Association Marocaine des Ingénieurs Supélec a organisé, le mardi 14 mai 2013 à Casablanca, en partenariat avec l’Association des Centraliens du Maroc et l’Association Grove of Hope, la «Soirée de la science et de l’espace». Une rencontre animée par des scientifiques de l’agence spatiale américaine NASA.

NASA

Au début de cette rencontre, les organisateurs ont tenu à remercier les scientifiques, dont le Marocain Kamal Oudrhiri, Anita Sengnupta et Paulo Younse. «Je tiens à remercier les experts scientifiques qui vont partager avec nous leurs expériences scientifiques quant à l’accomplissement des découvertes planétaires et le développement des propulseurs et des types de robots, meilleurs moyens de la NASA pour explorer le système solaire. Cette soirée permettra d’élucider quelques mystères de l’espace. Ces experts seront là pour nous guider et pour un échange de connaissances», a souligné le président de l’Association Marocaine des Ingénieurs Supélec, Hafid Kamal.

Découvrir la planète Mars

Anita Sengnupta, ingénieur scientifique de la NASA spécialisée dans l’exploration du système planétaire -ou plus exactement de l’exploration de la planète Mars- a dit: «Les scientifiques disent toujours que la planète Mars ressemble à la Terre, parce qu’il y a des surfaces d’eau, mais que son climat est sec et poussiéreux, ce qui la rend inhabitable. La chaleur dépasse 100 degrés le jour et -15 degrés le soir. Pour en savoir plus sur Mars, la NASA a donc décidé de lancer le projet Curiosity en installant des orbites autour de cette planète et en envoyant sur les lieux un robot nommé Phoenix. A travers cette opération, nous essayons de comprendre la géologie et la biologie de cette planète. Comme Olympus est le plus haut mont de Mars (trois fois l’Everest) et comme il y avait des nappes d’eau qui ont été découvertes dans ce lieu, il y a des années, il a été décidé d’y envoyer le robot Phoenix. Cela a été une mission difficile, mais qu’on a pu réussir». Et d’ajouter: «nous cherchons des traces d’eau sur Mars. L’eau ne s’est pas décongelée puisqu’il y a des taches blanches. Ma mission était de faire décoller et atterrir Phoenix sur la planète Mars. J’ai mis le robot dans une capsule qui le protégeait des radiations et de la chaleur extrême lors de l’atterrissage. Il fallait atterrir le robot à l’aide d’un parachute supersonique manœuvrant l’engin à travers trois câbles, à 20 mètres de Mars, afin d’éviter de l’endommager. On n’avait pas le droit à l’erreur, mais on a réussi».

Les mystères de la lune dévoilée

 L’éminent scientifique marocain, Kamal Oudrhiri, a de son côté parlé des «mystères de la Lune» durant cette soirée scientifique. Selon le savant, spécialiste de la planète Mars et également de la Lune, la NASA a mis des sondes jumelles GRAIL (Gravity Recovery And Interior Laboratory) pour découvrir la face cachée de la Lune. Les deux sondes lunaires placées en orbite autour de la Lune permettront de connaître la structure, la composition interne et la taille lunaire. La taille de la Lune est de 3.476 km, tandis que celle de la Terre est de 12.742 km. La Lune est l’unique satellite naturel de la Terre. Elle est le cinquième plus grand satellite du système solaire. À ce jour, elle est le seul objet non terrestre visité par l’homme. Elle a un petit noyau formé d’une couche légère. Parmi ses influences les plus connues, des plus réelles aux plus romantiques: la marée et la vitesse des vents. «La lune absorbe aussi 95% de la chaleur produite par la soleil. Mais il faut savoir qu’elle s’éloigne de la Terre de 1,5 cm par jour. La Terre sans la Lune veut dire plus de chaleur et plus de vents, des nuits sans rêves, des ”Dark Night”. On trouve beaucoup d’aluminium sur la Lune, ce qui rend possible la construction d’une colonie. La Lune protège la vie sur Terre. L’eau existe à l’état de glace dans les deux pôles lunaires, nord et sud», a précisé Kamal Oudrhiri.

 

Le robot performant Phoenix

 

C’est Paulo Younse, spécialiste des robots pour l’exploration de l’espace, qui a conçu le robot Phoenix. «Ce robot pèse 900 kg. Ses dimensions sont de 3m x 2,7m x 2,1m. C’est un laboratoire ambulant doté d’outils pour faire des analyses biologistes. Il est muni d’appareils pour radiation, analyser les échantillons relevés et prendre des photos de très haute définition. D’après les analyses des échantillons, nous pensons qu’il y a de l’eau et qu’il y a plein de minéraux. Phoenix dispose aussi d’un bras robotique, des instruments (un microscope, une pelle, une perceuse de roches, une brosse…). Ce laboratoire ambulant permet donc l’analyse des minéraux et la définition de la composition des roches. Cet appareil permet l’étude de l’atmosphère et du climat sur Mars. C’est également une station météorologique qui informe de la température qui y règne, la vitesse du vent et le taux d’humidité», relève Paulo Younse.

 


Voir aussi

SpaceX Crew Dragon | Les 2 astronautes sont arrivés à la Station spatiale internationale

SpaceX Crew Dragon | Les 2 astronautes sont arrivés à la Station spatiale internationale

Les deux astronautes de la NASA transportés par la capsule de SpaceX sont entrés dimanche …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.