lundi 18 décembre 2017

Reportage : Coulisses d’une folle semaine à Madagascar

roi_mohammed_6_a_madagascar

Visite royale, Sommet de la francophonie, Assises de l’UPF… Tour d’horizon complet d’une semaine sans précédent sur la «Grande île».

Reportage de Patrice Zehr.

On sait maintenant que c’est grâce à l’hospitalité active de certains malgaches que le sultan Mohammed V a pu transformer sa déportation imposée par la France au cœur de la «Grande île» en action-réflexion pour son grand retour et le nouveau rôle international du Maroc.

Quand se préparait la naissance des «Non alignés»

Ainsi, le «prisonnier d’Antsirabe» a fait passer des messages clandestins permettant au Maroc de préparer la naissance des «Non alignés» aux côtés de Nasser, Tito, Nehru, Castro, Soekarno… L’indépendance du Maroc fut au centre des préoccupations  de la conférence fondatrice de1955. L’arrestation puis la déportation du sultan, d’abord en Corse, puis à Madagascar, ont eu le contraire de l’effet escompté. Elles ont soudé les Marocains derrière leur  sultan. Le 16 novembre 1955, il a fait son retour au Maroc avec son jeune fils, le prince Moulay El Hassan et a été accueilli triomphalement à Rabat.Le Roi Mohammed VI avait tout cela en tête, bien sûr, en se rendant à l’Hôtel des Thermes où son grand père résidait et en visitant sa chambre privée.

Plus de 60 ans après, le pèlerinage…

La belle bâtisse, de style colonial aux vastes jardins, n’avait pas connu depuis longtemps une telle effervescence.Cette visite  a permis au Souverain de rencontrer des représentants de la petite communauté marocaine de la ville avec les journalistes marocains présents, accompagnés du nouvel ambassadeur. Il ira ensuite se recueillir dans la mosquée de la ville devenue mosquée Mohammed V. 

En effet, le Roi Mohammed VI s’est rendu, le mercredi 23 novembre 2016, à la Mosquée d’Antsirabe rebaptisée du nom de son grand-père. La Mosquée d’Antsirabe, construite en 1930, était le premier édifice qu’avait visité  le Sultan Mohammed V, où il rencontrait la communauté musulmane, dont les membres sont majoritairement indo-pakistanais ou comoriens. Un mois après,  il commençait à diriger lui-même la Prière dans ce lieu de culte. Après chaque prière, il offrait à manger, comme il avait l’habitude de le faire durant le mois de Ramadan, à l’heure de la rupture du jeûne.La générosité pour honorer l’hospitalité dans une démarche humanitaire et diplomatique de l’axe Sud-Sud et les symboles entre émotions familiales et solidarité africaine étaient très forts.

Le Sud au cœur, mais tâche immense

La visite officielle du Roi Mohammed VI à Madagascar s’inscrit donc en droite ligne dans l’orientation du Maroc tendant à multiplier les accords de coopération avec les autres pays africains (plus de 20 accords ont été signés) dans un objectif de renforcement du partenariat Sud-Sud, dont le principe fondamental est d’assurer au continent africain stabilité et sécurité et aux peuples africains de meilleures conditions de vie, de la prospérité et du développement durable.Des projets de construction du plus grand hôpital «Mères-Enfants» de l’Océan Indien et d’un centre de formation professionnelle ont également été lancés à Antsirabe.La tâche s’annonce cependant immense dans l’un des pays les plus pauvres de la planète, malgré ses richesses minières et ses attraits touristiques.

Après le quinquennat de l’exclusion…

La «Grande île» a été exclue pendant cinq ans de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF, qui regroupe 80 membres) qu’elle a réintégrée en 2014. Cette sanction visait à condamner une nouvelle crise politique et institutionnelle majeure qui a ébranlé Madagascar entre 2009, année du coup d’Etat contre le président Marc Ravalomanana et 2013. Après cinq années d’impasse politique, le nouveau président, Hery Rajaonarimampianina, a pris ses fonctions le 25 janvier 2014. Ce sommet de la francophonie est donc pour Madagascar une forme de réhabilitation sur la scène internationale. De plus, les projecteurs médiatiques de la francophonie ont été braqués plusieurs jours sur la Grande île où la situation sociale, alimentaire et économique est très critique.

Il faut secourir la «Grande île» !

La misère visuelle est insupportable avec ces vieux, tirant pieds nus dans la boue des pluies de l’été austral, des pousse-pousse d’un autre âge, ou ces enfants que l’on perçoit si beaux sous leurs guenilles.Elle montre que ce pays a besoin d’une aide pour qu’il puisse s’aider lui-même à retrouver une dignité en rapport avec sa beauté et ses potentialités.La presse francophone de l’Upf a vu; elle a été choyée au-delà des possibilités de ses hôtes. Elle se doit donc de témoigner et de sensibiliser la francophonie, car il faut aider les Malgaches. Sinon, l’instabilité restera menaçante, la misère aussi. Et cette terre d’histoire dynastique unique entre Afrique,  Asie et monde austral pourrait bien attirer les fanatiques qui se servent du malheur des peuples qui se sentent abandonnés.

Patrice Zehr

Les grands témoins

roi_du_maroc_et_president_de_madagascar_avec_compagnons_d_exil_du_roi_mohammed_5

Ils sont des acteurs de la grande histoire et pourtant, ils sont impressionnés. Ils ont pris la parole fermement, avec une mémoire intacte, malgré le grand âge, lors d’une soirée marocaine qui précédait la visite à Antsirabe du Roi Mohamed VI, dans le cadre de ces 45èmes Assises de la presse francophone. Envoyé spécial du «Reporter», aux côtés des journalistes marocains présents, dont la présidente de l’Upf Maroc, Meriem Oudghiri (secrétaire générale de la rédaction de l’Economiste) et de la secrétaire générale adjointe de l’Upf Internationale, la Marocaine Khadija Ridouane, j’ai eu l’honneur, plus en tant que journaliste «marocain» que président de l’Upf Monaco, de les présenter lors de la grande soirée marocaine des témoignages-révélations. …………………………

7 avions pour la délégation royale et investissement spectaculaire !

Il a fallu sept avions pour emmener les 500 personnes de la délégation marocaine à Madagascar. Mohammed VI et ses collaborateurs, les premiers arrivés dans l’île, n’ont pas traîné pour finaliser plusieurs accords de coopération et de partenariats entre les deux pays. Après un tête-à-tête, Hery Rajaonarimampianina et Mohammed VI ont signé 22 conventions et accords de coopération entre le Maroc et Madagascar. Ces partenariats concernent divers secteurs, de l’agriculture à l’exploitation minière, en passant par la sauvegarde du canal des Pangalanes, une des plus longues voies navigables au monde. Ils concernent également les énergies renouvelables, la modernisation de l’administration, l’eau et la météorologie. Le président de la République et le ministre marocain de l’Agriculture et de la Pêche maritime se sont accordés autour de la Caravane de la fertilité. Ce projet, prévu pour démarrer en 2017, consiste à mettre en place un laboratoire d’analyse de la fertilité du sol à Madagascar pour un meilleur rendement agricole. Le projet devrait permettre par ailleurs d’expérimenter des engrais plus adaptés à l’agriculture locale. «Il est temps pour le Maroc et Madagascar d’engager un partenariat économique win-win dans tous les domaines», ont affirmé les responsables marocains. De son côté, le gouvernement malgache a vanté les bénéfices de cette liste de coopération, sans s’attarder sur les détails.

………………………………..

Coopération sécuritaire : Ce sera le Maroc…

Puisque l’Algérie a renoncé Le Royaume du Maroc a offert un important lot de matériels de sécurité à la République de Madagascar, à l’occasion du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie, organisé du 26 au 27 novembre au Centre de Conférence d’Ivato (CCI), à Antananarivo. Convoyé à Antananarivo par un cargo militaire marocain, le matériel est composé notamment de portiques et de scanners haute définition, de magnétomètres et autres appareils pour la détection des métaux et des produits chimiques. Ce don entre dans le cadre de la dynamique de coopération Sud-Sud impulsée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc à travers le continent africain. Compte tenu de l’importance que la Grande île accorde au volet sécuritaire, une équipe technique et sécuritaire marocaine est arrivée, vendredi 25 novembre, dans la capitale pour apporter du soutien aux services malgaches. Le choix porté sur le Maroc, suite à la défection de l’Algérie, s’explique par l’expérience marocaine dans la lutte anti-terroriste. Cette expérience a été magnifiée lors de la COP22 à Marrakech, dont la réussite a permis au Maroc de recevoir le certificat de conformité aux normes ISO 20121.

P. Zehr

……………………………..

Voir aussi

Maroc/Crypto-monnaie : Pourquoi ces tirs croisés sur les Bitcoins…

L’Office des Changes, le ministère des Finances, Bank Al-Maghrib et l’AMMC sont unanimes: les Bitcoins, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.