Le gouvernement s’attache à faire aboutir la réforme globale et intégrante du système d’éducation et de formation

Gouvernement,système éducatif,Maroc,Réforme de l’enseignement

Le gouvernement s’attache à faire aboutir la réforme globale et intégrante du système d’éducation et de formation dans le Royaume, a affirmé, mardi à Rabat, le Chef du gouvernement, M. Aziz Akhannouch.

En réponse à des questions orales devant la Chambre des Conseillers autour du thème “La réalité de l’enseignement et le plan de la réforme”, dans le cadre de la séance mensuelle de politique publique, M. Akhannouch a noté que gagner le pari d’un enseignement équitable et de qualité nécessite une gestion performante axée sur la valorisation des acquis, tout en mettant à profit les expériences réussies et en tirant les leçons des échecs.

L’état actuel de l’enseignement au Maroc “reste en deçà des attentes de SM le Roi Mohammed VI et de larges franges de citoyens”, et ce malgré les acquis réalisés sur les plans de l’élargissement de l’offre scolaire et du soutien social, a-t-il souligné.

Dans ce sens, le Chef du gouvernement a fait remarquer que malgré les progrès palpables réalisés sur le plan de la généralisation de l’enseignement préscolaire, dans le cadre du programme national de généralisation et de développement de l’enseignement préscolaire, des lacunes persistent au niveau des salles équipées et des cadres qualifiés à même de réunir les conditions adaptées aux besoins moteurs, affectifs, linguistiques et cognitifs des enfants de 4 ans.

Chaque année, près de 300 mille élèves quittent l’école dès le cycle primaire, et seuls 30 pc des élèves ont montré qu’ils disposent des compétences cibles à la fin du cycle primaire, contre 10 pc seulement au cycle préparatoire, a précisé M. Akhannouch.

Prendre la mesure de ces défis et dysfonctionnements dont souffre le système éducatif constitue une étape essentielle pour identifier les points forts et les points faibles, afin de prospecter l’avenir en proposant des solutions concrètes et mesurables, dans le cadre d’une action gouvernementale responsable et transparente, visant à accélérer la cadence des réalisations, surmonter les obstacles en matière d’éducation, de formation, de conditions socioéconomiques et de gestion, qui ont toujours empêché un accès équitable à l’enseignement pour tous les élèves, a-t-il estimé.

A cet égard, M. Akhannouch a affirmé que le gouvernement s’est attelé, depuis le début de son mandat, à l’élaboration d’une feuille de route ambitieuse, en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, en vue de réaliser un saut qualitatif au niveau des apprentissages, et ce à travers une réflexion sur le “triangle” élève/enseignant/école, tout en lançant un ensemble de chantiers de réforme pour répondre aux besoins urgents des élèves et des cadres éducatifs et administratifs.

Lire aussi
Conseil de gouvernement | Adoption d’un projet de décret relatif à l’indemnité de garde et à l’indemnité d’astreinte dans les établissements de santé

Le gouvernement a adopté une approche participative prenant en considération les visions et espoirs de toutes les catégories, dont les élèves, les parents d’élèves, les enseignants et les instances administratives, ainsi que l’ensemble des intervenants en lien avec la question du droit à l’éducation et de la qualité des apprentissages, a-t-il ajouté.

Ainsi, les consultations nationales pour l’amélioration de la qualité de l’école publique constituent, pour le gouvernement, une méthode d’action commune transparente et efficace, visant à permettre la contribution du plus grand nombre aux efforts de réforme et garantir l’adhésion de l’ensemble des composantes de la société au chantier d’élaboration et de mise en œuvre de la feuille de route 2022-2026, au centre de ce processus de concertation, a expliqué M. Akhannouch.

Par ailleurs, il a affirmé que le gouvernement œuvrera avec détermination pour garantir la convergence des attentes exprimées par les acteurs du secteur de l’enseignement à travers le Royaume avec les grands axes du chantier de réforme, qui a fixé un certain nombre d’objectifs à l’horizon 2026.

Il s’agit notamment de la diminution d’un tiers du taux de déperdition scolaire et de l’amélioration de la qualité des apprentissages reçus à l’école, en augmentant à 70 pc le taux d’acquisition des compétences de base, en plus de la création d’un environnement favorable et de conditions adéquates propices à la participation et la réussite au sein des écoles, et ce en doublant le nombre d’élèves bénéficiant des activités intégrantes en milieu scolaire.

Atteindre ces objectifs stratégiques nécessite de détailler leurs contenus à travers des mesures opérationnelles claires et réalisables, afin de permettre aux instances gouvernementales concernées de garantir une bonne mise en œuvre de cette feuille de route, a conclu M. Akhannouch.

LR/MAP

Voir aussi

protection sociale,maroc,CGEM,Entreprises

Maroc | La généralisation de la protection sociale, une responsabilité partagée

La généralisation de la protection sociale est une responsabilité partagée qui requiert l’adhésion de tous …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...