Thaïlande | Un nouveau concept pour relancer avec prudence le tourisme

Thaïlande | Un nouveau concept pour relancer avec prudence le tourisme

Après une lutte dantesque contre la pandémie qui a nécessité près de trois mois de confinement, une mise à l’arrêt de l’économie et le verrouillage des frontières, des mesures qui ont fini par payer avec une situation épidémiologique apparemment sous contrôle, la Thaïlande veut bien retrouver sa manne touristique sans pour autant s’exposer à une nouvelle vague qui risque d’anéantir les acquis de la lutte contre le Covid-19.

Dans une démarche où prévaut la prudence et la priorité à la santé publique, les autorités thaïlandaises parlent de « bulles de tourisme », un concept insolite et inédit pour ce pays qui a pourtant expérimenté une panoplie de formules et de programmes de promotion de son tourisme qui pèse près de 20% de l’économie du pays et constitue le premier pourvoyeur d’emplois.

La formule a été évoquée pour la première fois par de hauts responsables du pays à l’occasion du lancement des phases successives de déconfinement dans l’objectif de relancer l’économie du pays sinistrée et pour la première fois en récession depuis des décennies.

Tous les discours ont pour leitmotive « vigilance et risque de nouvelle vague de la pandémie », notamment pour la reprise du tourisme puisque le pays, qui enregistre depuis des semaines des bilans de nouvelles contamination à un seul chiffre, redoute particulièrement les « cas importés ».

Le gouvernement prévoit de créer ces “bulles de tourisme” par le biais d’accords bilatéraux destinés à garder le coronavirus sous contrôle lorsque les frontières de la Thaïlande seront partiellement rouvertes.

Une fois que la situation le permettra, nous autoriserons les voyages entre les pays avec lesquels nous avons un accord sur un protocole sanitaire, a déclaré le Premier ministre Prayut Chan-o-cha lors d’un briefing à Bangkok mardi, ajoutant qu’aucun accord de ce type n’était encore parvenu à son cabinet.

Il n’y aura pas de libre circulation parce que nous ne voulons pas d’une nouvelle vague de l’épidémie qui pourrait nuire à la fois aux pays d’origine et à la destination Thaïlande, a-t-il tenu à préciser pour couper court aux spéculations sur l’ouverture imminente des frontières aériennes du pays.

Les frontières du pays sont contrôlées dans le cadre de l’état d’urgence et les vols internationaux sont interdits depuis mars dernier. Après des espoirs de la reprise des vols internationaux en juin, le verrouillage des frontières a été de nouveau prolongé d’un mois et aucun calendrier de reprise des vols dans un proche avenir n’a été annoncé, au grand désespoir des milliers de touristes bloqués en Thaïlande et des nombreux thaïlandais dans l’impossibilité de regagner leur pays.

La géographie du pays est favorable à ce concept de « bulles de tourisme » puisque le pays compte le long de son littoral un chapelet d’îles, plus ou moins grandes, qui abritent l’essentiel du tourisme balnéaire.

Tout dépend de la situation de l’épidémie, mais je pense que nous pourrions voir un début de retour des touristes au plus tôt au quatrième trimestre de cette année, déclare Yuthasak Supasorn, gouverneur de l’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT).

Une fois que la Thaïlande s’ouvrira de nouveau aux touristes internationaux, il est probable qu’ils ne pourront visiter que certains endroits, explique M. Yuthasak.

Nous avons étudié la possibilité d’offrir des forfaits spéciaux dans des zones isolées et fermées où la surveillance sanitaire peut être facilement assurée, comme par exemple les îles de Koh Pha Ngan et Koh Samui (golfe de Thaïlande), a-t-il dit.

Cela sera bénéfique à la fois pour les touristes et les thaïlandais puisqu’il s’agit presque d’une sorte de quarantaine, a-t-il ajouté. En effet, la presse a souvent fait état de l’irritation des populations locales face à des touristes peu soucieux des règles de prévention.

L’industrie du tourisme en Thaïlande, le secteur le plus sinistré par la crise de Covid-19, devrait subir cette année une perte de revenus estimée à 1.690 milliards de bahts (52 milliards de dollars US), selon des estimations établies par l’institution Kasikorn Research Center.

D’après le rapport de l’institution, le secteur du tourisme en Thaïlande ne peut espérer une réelle reprise avant l’année prochaine et qu’un long processus est à envisager pour revenir aux niveaux de l’avant Covid-19.

Plusieurs mesures de verrouillage et de restriction resteront en vigueur pour protéger la santé publique, comme le dépistage strict des voyageurs à l’arrivée et au départ, la mise en quarantaine et la distanciation sociale qui rebutera de nombreux touristes et les dissuadera de voyager à l’étranger, estime l’institution.

Les opérateurs touristiques se trouvent aussi devant le défi de pouvoir adapter leurs offres au nouveau contexte et se concentrer sur les normes préventives anti-covid19 dans les hôtels, les sites touristiques et les stations balnéaires. Un pari qui nécessite un énorme effort d’adaptation d’une industrie qui compte plus de 30.000 hôtels et où les arrivées ont atteint près de 40 millions de touristes en 2019.

L’appât de l’énorme manne touristique et les pressions des opérateurs pour la réouverture des frontières ne parviennent pas à fléchir la position des autorités et son crédo de vigilance. Un enseignement tiré de la nouvelle vague de la pandémie à Singapour, au Japon ou encore en Corée du Sud.

LR/MAP

Voir aussi

Wall Street débute la semaine en hausse

Bourse US | Wall Street débute la semaine en hausse

La Bourse de New York évoluait dans le vert lundi en début de séance, rassurée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.