jeudi 14 décembre 2017

Mawazine, rencontre avec Maroon 5 et highlights

Maoon5 mawazine 2015

Ah ! Notre rencontre avec Maroon 5…

Même si Adam Levine, le plus ancien membre du groupe, avait dit «je crois qu’on va la jouer ce soir. Ce sera intéressant de la jouer devant une foule géante et massive. Je pense que c’est génial. Plus c’est grand, mieux c’est», lors du point de presse, Maroon 5 n’a finalement pas joué leur titre «This Summer’s Gonna Hurt Like A motherfu****» le morceau estival que le groupe a concocté pour l’été 2015 et qui a par ailleurs déchaîné les membres du groupe sur leurs comptes personnels instagram, twitter, facebook… Criant à la censure de Youtube du clip dans lequel Adam Levine, le leader du groupe, expose durant deux secondes ses fesses d’«homme le plus sexy du Monde» de 2013, en plus de ce qu’Adam qualifie lui-même de «gros mots» dans la chanson.
La majorité du public était composée d’enfants ou d’adolescents accompagnés de leurs parents qui ne savaient pas trop ce qu’ils faisaient là. Néanmoins l’amour qu’ils portaient à leurs petits était plus fort. Nous avons vu une maman porter sa fille, qui ne devait pas avoir plus de 7 ans, sur les épaules pendant les trois-quarts du concert, essoufflée par le poids de la fillette.

Elle luttait tant bien que mal, la portant parfois sur le côté et faisant des pauses pour retrouver un peu de force. Un public hystérique, bien qu’il ne connaisse que les derniers tubes du groupe, comme Payphone, Moves Like Jagger et le dernier en date, «Sugar», où le groupe a fait un tabac avec son clip dans lequel il s’invite par surprise dans des mariages pour jouer le morceau. La presse internationale avait relayé l’information disant que tous les mariages étaient vrais, qu’il n’y avait pas de mise en scène pour le clip; une erreur, puisqu’Adam Levine a assuré, durant la conférence de presse pour le compte du festival Mawazine, qu’il y avait une part de vrai et une part de faux dans le clip. «Je voudrais mettre au clair cette information. La moitié des mariages étaient vrais, l’autre moitié a été montée pour couvrir nos besoins en images», expliquait le chanteur.
Un show similaire à ceux qu’ils ont fait au Zénith de Paris ou encore à Amsterdam. Ils n’ont pas joué certains de leurs morceaux très connus comme «Misery», peut-être parce qu’ils ne les ont pas inclus dans la tournée ou en raison du public qui ne répondait pas aux titres de leur tout premier album Songs About Jane -et pas uniquement- comme pour «Makes Me Wonder» et «Wake Up Call» de l’album It Won’t be Soon Before Long et «Harder To Breath», leur tout premier single. Le titre interplanétaire «She Will Be Loved» a quand même été chanté en chœur par la foule. Concernant le titre «Lucky Strike» de leur 4ème album Overexposed et aussi piste numéro 4 dans ledit album, un silence total régnait jusqu’au refrain. Le public a vite compris la mélodie répétitive consistant en des «oh, oh, oh» et donc, emporté, n’a pas arrêté avec ces «oh, oh, oh», au lieu de s’arrêter… Le chanteur a essayé de reprendre le dessus sur la chanson, mais ce n’était pas une mince affaire, le rythme était cassé. Pourtant, le groupe a vite enchaîné avec d’autres titres, le public n’y a vu que du feu. La liesse générale a fait que le morceau «Lucky Strike» est passé comme une lettre à la poste, au grand détriment des «anciens» fans qui n’ont pas pu savourer le morceau.
Maroon 5 a eu le mérite de déchaîner le public Rbati, folle énergie et assurance du chanteur, ainsi que de tous les membres du groupe, tous en sueur. James Valentine, l’un des guitaristes, a joué des solos spectaculaires tout au long du concert, ce qui a ravi les fans du groupe de pop-rock au plus haut point. Aussi, lui qui se cantonne normalement à la guitare, a-t-il chanté sur l’un des morceaux. Et oui, il ne chante pas comme une casserole. Il a vraiment un bon grain de voix. Dommage qu’on ne l’entende pas plus souvent.
Nous leur avons demandé le secret de leur assurance sur scène. Jesse Carmichael, très humble, nous répond que c’est une question d’habitude puisqu’ils jouent ensemble depuis l’âge de 12 ans. «Ça fait si longtemps. On a commencé le groupe quand on était au collège… C’est presque toute notre vie. C’est pour cela que c’est devenu très naturel. En plus des fans qui sont si merveilleux, qui chantent avec nous et qui nous donnent de l’énergie». Adam Levine, blagueur, nous répond: «Ça fait tellement longtemps que cela doit faire 100 ans, ou peut-être un petit peu moins». Plus jeunes, «on se sentait tellement plus confiants en nous-mêmes quand on jouait sur scène ou quand on s’entraînait dans un garage ou n’importe quel endroit, qu’à l’école ou devant les gens. On a construit ce lien et cette confiance en soi avec les années et, maintenant, même si l’on joue devant des millions de gens, ça ne change rien, on se sent bien…, parce qu’on est bons et que ça fait 100 ans qu’on joue ensemble…» (rires). Quant à James Valentine, le guitariste aux cheveux blonds, il nous répond: «Il est plus facile de gratter ma guitare, je suis beaucoup plus nerveux quand je parle devant vous. Je me sentirais beaucoup mieux si j’avais ma guitare» (rires).
La formation pop-rock Maroon 5 a vendu plus de billets que n’importe quel autre artiste cette année. Pour le chanteur du groupe, le plus important était de battre Usher. Une chose faite. Leur énergie débordante était telle que la plupart des gens gardent un souvenir extraordinaire du concert. Nous-mêmes avons été conquis.

…………………………………………………..

Highlights of the festival

On n’oubliera pas le spectacle de J-Lo (Jennifer Lopez) qui s’est donnée à fond sur scène, reproduisant, ici, au Maroc, le spectacle qu’elle a l’habitude de faire durant sa tournée internationale.
On n’oubliera pas non plus les réactions saignantes de certains. Comme Hafida, une trentenaire et très conservatrice: «Personnellement, je trouve que, cette année, Mawazine était nul. On n’avait pas besoin que Jennifer Lopez vienne nous montrer son derrière!», dit-elle. Hafida, qui aime bien la musique orientale, se fiche pas mal qu’Assala, une de ses chanteuses préférées, ait donné un concert, elle aussi…
Les jeunes, quant à eux, s’enflamment sur les réseaux sociaux et clament la liberté de choisir ce qu’on veut regarder… Pour Amine, 27 ans, le concert de J-Lo était tout à fait normal. «S’il n’y avait pas eu le film Much Loved de Nabil Ayouch, personne n’aurait rien dit, parce que tout le monde connaît J-Lo. Elle a toujours été comme ça. Nous vivons libres, nous avons la possibilité de choisir si l’on veut regarder ou pas Jennifer Lopez. Je salue sa prestation!», s’exclame-t-il.
Avicii, un rêve pour les amateurs d’électro et de house a donné l’un de ses plus imposants concerts, réunissant à lui seul 200.000 personnes. Sur Instagram, lui-même n’en croit pas ses yeux en postant une photo. «J’ai joué devant 200.000 beaux Marocains hier ! C’était vraiment incroyable and définitivement et de loin, l’un de mes meilleurs shows. #Amour».
Akon qui s’est littéralement jeté dans le public, a eu l’idée de plonger dans un ballon gonflable et de se laisser porter par ses fans. De quoi lui retourner l’estomac et lui donner le tournis par la même occasion.
Black M, avec son entrée en scène digne des plus grandes stars, un public hystérique et réactif qui a sauté à l’unisson sur de nombreux tubes, notamment «Sur Ma Route». Un public connaissant toutes ses chansons par cœur et un Black M ne voulant pas laisser son public «magnifique Rabat!». Sa dernière chanson, il l’a chantée le drapeau du Maroc sur le dos. Il en était heureux. Un cœur formé de ses deux mains, un signe d’amour pour son public pour clore le spectacle.
Le sympathique Usher, émerveillé par le Maroc et amateur d’art. Il a carrément fait une campagne touriste pour le Maroc sur les réseaux sociaux, surtout sur Instagram, la plate-forme de partage de photos. La réaction des internautes ne tarde pas et des commentaires, comme «Le Maroc, c’est mon rêve», «J’ai envie d’aller là-bas», sont laissés par ses fans.
Tahour qui aimerait se lancer dans la chanson religieuse… avant de prendre sa retraite. Un peu comme Abdelhadi Belkhayat qui a rempli le Théâtre Mohammed V en aussi peu de temps qu’il faut pour le dire.
Dounia Batma qui venait d’arriver de l’aéroport pour se joindre à la conférence de presse. Récompensée d’un Murex d’Or au Liban, elle attire de plus en plus la sympathie de ses fervents détracteurs.
En conclusion, Mawazine peut bien se targuer d’être l’un de festivals les plus importants du monde. En 14 éditions, il ne cesse de se surpasser et de marquer au fer rouge son ancrage définitivement tourné vers les musiques du monde entier. Cette édition n’échappe pas à la règle, une programmation riche en stars internationales et nationales. Les Marocains n’ont pas été mis de côté et heureusement d’ailleurs.

Yasmine Saih

Voir aussi

Abdelkebir El Hadidi : Celui par qui la catastrophe est arrivée

Une quinzaine de personnes ont été tuées dans la bousculade survenue, dimanche 19 novembre 2017, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.