Flash Infos

Reportage : Tourisme, Oriental et CGI…

Cgi tourisme alhoceima maroc

Loin de nous est aujourd’hui cette idée du «Maroc inutile». Ayant pris conscience de ses potentialités et des richesses authentiques de chacune de ses contrées, le Maroc s’est lancé dans un développement qui vise à mettre en relief le potentiel de chaque région et ses particularités.

Du nord au sud, des chantiers structurants, pensés dans un esprit d’émancipation régionale, sont lancés afin de doter chaque région d’une identité et d’une spécificité qui lui sont propres, mais aussi de lui permettre de profiter pleinement de ses richesses et ses ressources aussi bien naturelles qu’économiques et humaines.
Ainsi, le pays vit aujourd’hui l’émergence de plusieurs régions à fort potentiel qui prennent part à la marche de développement et de modernisation.

A la découverte…

Le voyage à travers ces régions est aujourd’hui instructif, car plein de sens et d’informations auxquels se joignent le confort (sur la route surtout), la détente (grâce à la présence d’infrastructures adéquates), le plaisir et la découverte de cette face oubliée du pays et de ses régions longtemps marginalisées. Une vue qui a cours aujourd’hui au Nord, notamment à Al Hoceima (chef-lieu de la région de Taza-Al Hoceima-Taounate) ou encore à l’Oriental, «giron de l’initiative royale pour le développement, initiative qui se traduit par une nouvelle vision du régional basée sur des projets adaptés aux spécificités et aux particularités des provinces incluses dans ce périmètre d’intervention», commente Mohammed Ali Ghannam, DG de la Compagnie générale immobilière (CGI), bras immobilier de la CDG.
La CGI prend part à ce développement et y est très impliquée aussi bien en matière de logement que de l’immobilier professionnel et touristique ou encore de la MOD (maîtrise d’ouvrage déléguée) et de la MOD clé en main.
En effet, filiale locomotive du Pôle Promotion & Développement Immobilier de CDG Développement, la CGI est le principal outil opérationnel de la Holding. Acteur global de l’immobilier, elle en aborde tous les secteurs (résidentiel, professionnel, touristique et équipements communautaires) et tous les segments (social, économique, moyen et haut standings) avec une même exigence de qualité et de créativité destinée à répondre pleinement aux attentes de ses clients.

Le rayonnement par le touristique

S’il est une réalité qui frappe aujourd’hui le visiteur d’Al Hoceima, c’est bien ce foisonnement d’infrastructures touristiques qui profitent bien et du climat de la région et de la richesse de la nature, en plus des potentialités locales. L’on retient essentiellement, comme exemple pour illustrer cela, les deux projets, Souani et Quemado Resort.
Souani est un complexe hôtelier intégré, orienté sport, culture et nature. Il est destiné à recevoir des unités hôtelières, résidentielles et de services (village de vacances, centre sportif, espaces de loisirs, etc.). Pour un investissement de 1,6 MMDH, le projet vise à développer un tourisme durable et responsable. Situé sur l’ancien site du Club Med Al Hoceima, Souani a une superficie globale de 67 ha et offre une diversité de paysage avec un tissu végétal, un front de mer étalé sur 1,8 km linéaire et un site archéologique de 9 ha. Respectueux de l’environnement, le projet observe un recul de 10 m sur le domaine maritime.
Dans la commune d’Ajdir, sur sa belle plage de Sfiha, l’Hôtel Al Hoceima Bay, qui a nécessité un investissement de 115 MDH, est opérationnel depuis juin 2013. Il est livré et en gestion par Atlas Hospitality.
A Al Hoceima, la CGI réalise, pour le compte de SHN, la rénovation de l’hôtel Mohammed V et la reconstruction de l’hôtel Quemado Resort, dans le cadre de la mise en valeur de la côte nord-est de la Méditerranée, pour un investissement de 429 MDH.
Pour ce qui est du logement, le nouveau pôle urbain de Madinat Bades est situé à l’est de la région d’Al Hoceima. Il s’étale sur 50 ha et présente une variété de zones résidentielles et commerciales. Le site offre un cadre de vie idéal avec une vue panoramique et imprenable sur la baie d’Al Hoceima. Ce nouveau pôle urbain propose un mode de vie à ses habitants et une large gamme de produits résidentiels réunissant appartements et villas organisés autour de nombreux commerces et lieux de loisirs. Le projet a nécessité une enveloppe budgétaire de 1 MMDH (hors foncier).

Sur la route de l’Oriental

Un arrêt à Nador permet de toucher de très près cet engouement pour le tourisme et son infrastructure. En effet, l’édifice principal de Nador, le grand hôtel Rif, a été complétement rénové et sera livré en mars 2014. En parallèle, les Apparts-hôtel relevant de cette structure sont terminés. Le projet, dans sa globalité, a été réalisé grâce à un investissement de l’ordre de 430 MDH.
Et c’est l’arrivée à Oujda, capitale de l’Oriental, région qui vit à l’heure du développement et de la modernisation, en parfaite harmonie avec les axes majeurs de développement de la région, à savoir l’amélioration de la compétitivité territoriale et le renforcement de l’attractivité et du développement humain. Perçue comme principal levier de croissance et de valorisation des ressources touristiques de la région, l’offre touristique y fait l’objet d’attention particulière à travers des programmes de développement, notamment «Mediterranea Saïdia» et «Marchica» auxquels s’ajoutent d’autres programmes de mise à niveau urbaine. S’il est un exemple à citer, c’est bien celui de l’Urba pôle Oujda qui a nécessité un investissement de 2,5 MMDH. Situé au cœur de la ville, c’est un nouveau pôle urbain multifonctionnel, intégré et structurant. Conçu comme le nouveau centre-ville, Urba Pôle Oujda créera une nouvelle dynamique à travers une offre variée et complète, proposant un business center, un shopping center, un pôle résidentiel et une nouvelle gare ferroviaire aménagée selon les normes internationales. Urba pole Oujda sera érigé de part et d’autre de la gare ferroviaire de la ville.
Les Quais Verts sont développés sur une aire d’environ 4,7 ha tout au long d’une allée piétonne commerçante qui aboutit sur un grand parc. Le projet regroupe deux zones: une zone dédiée au résidentiel, développée sous forme d’immeubles groupés en résidences fermées et une deuxième zone comprenant des bureaux et des équipements de proximité.
Depuis le retour de ce voyage, d’autres projets ont dû certainement voir le jour. La région avance à grand pas sur sa voie de développement et ça, il faut vraiment le voir pour y croire.

DNES à Oujda, Hamid Dades
………………………………………………………………….

Entretien avec Othmane Hannaoui, directeur des opérations CGI

Othmane hannaoui cgi

«La CGI a un rôle dans le développement des régions»

Présente depuis un certain temps au nord et dans l’Oriental, la Compagnie générale immobilière prend en charge des projets structurants dans le cadre de ses métiers de base, mais aussi dans le tourisme. Sur le choix de la région, l’intervention de la CGI, ses projets et son intérêt pour l’infrastructure touristique, Le Reporter s’est entretenu avec le directeur des opérations CGI, Othmane Hannaoui. Le point.

Depuis un certain temps, la CGI est présente au nord et dans l’Oriental. Qu’est-ce qui motive cette présence?

L’intérêt de la présence de la Compagnie générale immobilière dans cette région s’explique par le fait que la CGI est d’abord une filière de la CDG. À partir de là, nous avons un rôle à jouer dans le développement territorial des régions. Nous nous plaçons donc dans cette logique d’être précurseurs pour ce qui est de l’initiation de projets structurants et d’infrastructures, notamment dans l’Oriental et à Al Hoceima qui sont des régions à fort potentiel et où il y a lieu d’initier des projets en mesure de mettre en valeur leur attractivité. Ce n’est là qu’un début pour démontrer que les projets qui vont être réalisés sont effectivement porteurs de développement et ont un intérêt d’ordre commercial. Au final, ce sont des investissements qui auront, sur le long et le moyen termes, des retombées bénéfiques aussi bien pour la Région que pour la CGI et la CDG de façon générale.
Il faut rappeler qu’il s’agit de projets à vocation touristique et de projets en matière urbanistique pour dire que la diversité se justifie par les besoins ressentis dans la région.

Essentiellement portée sur l’immobilier, on constate que la CGI développe une activité à vocation touristique. Qu’est ce qui lui dicte ce revirement?

L’activité à vocation touristique est pratiquée à la CGI de deux manières. Il y a le cas du Resort Souani à Al Hoceima, réalisé en Maîtrise d’Ouvrage et qui fait que c’est la CGI qui porte cet actif. La partie exploitation et gestion de la composante touristique va être assurée par des professionnels, en l’occurrence Atlas Hospitality pour l’hôtel 4 étoiles et Kenzi pour le village de vacances. L’autre façon de réaliser les projets touristiques par la CGI est la Maîtrise d’ouvrage déléguée clé en main (MOD CEM). C’est ce que nous faisons dans le cas de l’hôtel «Quemado» à Al Hoceima qui est porté par la CDG à travers sa filiale SHM. Nous estimons que la MOD CEM est un créneau qui est très porteur, vu l’expertise qui est développée par la CGI, aussi bien l’expertise technique en matière de réalisation des projets que l’expertise en management de projets. Cela fait que nous pouvons assurer, de manière très performante la MOD comme ce que nous faisons pour le compte de la CDG et que nous pouvons faire pour d’autres organismes qui souhaiteraient mettre à profit le service et l’expertise technique dans ce créneau. Dans ce cadre, il y a aussi le cas de l’hôtel Rif à Nador que nous réalisons pour la CDG.
L’activité de réalisation d’ouvrages à vocation touristique émane ainsi de notre rôle en qualité de développeur et c’est notre valeur ajoutée dans le cadre de la mise à profit de notre savoir et de notre expertise pour la réalisation de projets structurants aussi bien dans le résidentiel qui est notre activité de base que dans le domaine touristique où nous avons développé une expertise technique. Enfin, comme cette région dispose de potentialités qui la prêtent très bien à recevoir des projets touristiques d’envergure, nous sommes très engagés pour contribuer au développement touristique de cette région à travers ces projets.

Quel avenir pour les projets de la CGI dans le nord et l’Oriental?

Je pense que, dans la région, nous sommes arrivés à un niveau de maturité sur les projets que nous avons démarrés depuis quelques années, sachant que le contexte dans la région est plus contraignant que le contexte au niveau de l’axe Casa-Rabat, vu l’effet de l’éloignement et des difficultés quant à la mobilisation des ressources, des entreprises, des bureaux d’études et des architectes qui ont l’habitude de travailler avec la CGI. Durant les trois dernières années, nous avons quand même réussi à bien nous introduire dans la région et à y introduire des entreprises très qualifiées. A partir de là, nous avons pu développer un relationnel avec les organismes locaux et les instances dirigeantes de cette région. Tout cela fait que nous assistons aujourd’hui à l’aboutissement et à l’accomplissement de plusieurs de nos projets. Je citerais l’hôtel Souani, les Apparts-hôtel du Quemado qui sont déjà en exploitation et la partie RIPT (Résidence immobilière de promotion touristique) de l’hôtel Rif (à Nador) qui sera mise en exploitation dans les prochaines semaines, ainsi que les deux premières tranches des «Quais verts» (à Oujda) qui sont en phase de livraison. Donc, nous assistons à la fois à une phase de livraison et à l’accomplissement d’une bonne partie de nos projets. Nous allons continuer à réaliser ce qui reste avec toujours plus de performance, parce que, à ce stade, nous avons stabilisé notre positionnement dans la région.

Qu’en est-il des autres régions?

Pour les autres régions, le positionnement est tout aussi important. Les projets se développent entre l’axe Casa-Rabat-Kénitra et en allant vers El Jadida. Il y a aussi d’autres projets qui sont développés à Marrakech et Agadir. Notre présence est assurée sur le plan territorial dans pratiquement toutes les régions. Sur l’Oriental et la région d’Al Hoceima, nous n’avons fait que commencer, mais nous évoluons bien et nous sommes très contents de voir les résultats qui y sont atteints. Nous sommes aussi contents d’avoir pu apporter notre contribution au développement de cette région, d’autant plus qu’il s’agit d’un développement stratégique sous l’impulsion de Sa Majesté. Nous ne pouvons qu’être fiers d’être partenaires dans ce développement territorial.

Oujda- Propos recueillis par Hamid Dades

Voir aussi

Diplomatie | Bourita porteur d’un message de SM le Roi au président Kaïs Saïed

Diplomatie | Bourita porteur d’un message de SM le Roi au président Kaïs Saïed

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.