dimanche 20 août 2017

Casablanca : Un think tank est né

Casablanca

Depuis l’arrivée de Khalid Safir au poste de wali de la région du Grand Casablanca, beaucoup de choses ont été appelées à changer. Il faudrait doter Casablanca d’une nouvelle vision stratégique, mais sur la base d’une approche participative.

Certes, participative en ce sens que la réflexion devra être l’apanage de toutes les forces vives de la cité, des opérateurs économiques, des gestionnaires de la chose publique, de la société civile et des habitants de la ville. Unir tout le monde autour d’une vision globale paraît une tâche difficile, mais la conviction du wali en fait un devoir. Si par certains aspects, la ville a pu sentir son arrivée, celle-ci est plus ressentie auprès de ses collaborateurs et les gens qu’il a impliqués dans son action.

Le think tank mis en place

C’est dans ce sens d’ailleurs et dans l’optique de faire contribuer un large éventail d’acteurs locaux à la dynamique de la Région du Grand Casablanca qu’un think tank élargi a été mis en place par la wilaya. Ce think tank, qui se veut le fruit de cette volonté effective de participation et de mobilisation collective, a pour mission d’apporter des réflexions et des idées devant aboutir à une réelle stratégie de développement intégré pour la capitale économique du Maroc. Il sera structuré en huit groupes de travail par thème de réflexion.
Lesdits groupes auront pour rôle de réfléchir, d’analyser et de concevoir des idées et des outils répondant aux différents défis et exigences de la métropole et englobant toutes les préoccupations du citoyen et de l’entreprise, dans une perspective de compétition internationale. Les 8 groupes de travail thématiques disposeront chacun d’un président à qui incombera la tâche de l’animation et de la coordination du travail du groupe.
Il s’agira ainsi de «Casa, lieu de vie», groupe qui sera présidé par Mostapha Mellouk (président de l’association Carrières centrales de Casablanca), de «Casa, ville pour tous» présidé par Ahmed Ghayet (président de l’association Maroc Pluriels), de «Casa, ville de loisirs, de culture et d’histoire» présidé par Aziz Daddane (président de l’association Nagham) et de «Casa, lieu de prospérité économique», dont la présidence est assurée par Mohamed Benamour (président du Conseil du développement et de la solidarité). À ceux-là s’ajoutent quatre autres groupes qui sont «Casa, ville d’avant-garde» présidé par Samir Aichaoui (DG du Centre Marocain de l’Innovation), «Casa, ville du savoir» présidé par Saad Charif de Ouazzane (président de l’Université Hassan II- Mohammedia), «Casa, modèle de déconcentration et de décentralisation» présidé par Idriss Mansouri (président de l’université Hassan II, Casablanca) et «Casa, ville qui fait rêver» présidé par Omar Kabbaj (président du groupe Interedec).
Il y a lieu de souligner que lesdits groupes seront constitués de différentes catégories, notamment des jeunes et des personnes âgées, femmes et hommes. Y participeront aussi différents profils, à savoir des intellectuels, des opérateurs économiques, des professeurs, des acteurs et des sportifs, marocains et étrangers résidants à Casablanca, le but étant d’assurer la pluralité et la pluridisciplinarité. Une synthèse des réflexions menées au cours des travaux des groupes devra être rendue au wali au cours du mois de mars 2014.

Hamid Dades

Voir aussi

Voyage… Ces jeunes qui bousculent les habitudes…

Diplôme en poche, nouveau boulot, les moins de 35 ans bousculent les habitudes et, surtout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.