mercredi 18 octobre 2017

La consoude ou oreille d’âne

La consoude ou oreille d’âne (nom latin: symphytum officinale), chez nous, on l’appelle «oudne el hamar». Cette plante sauvage pousse en touffe, ses feuilles sont vertes, épaisses, velues et pointues et ses fleurs ont la forme de clochettes bleutées tirant vers le mauve. Elle est connue depuis des siècles. Il semblerait, selon les chercheurs archéologiques, que l’homme préhistorique l’utilisait déjà. C’est une plante qui possède de nombreuses propriétés thérapeutiques. Actuellement, elle ne jouit pas d’une bonne notoriété, parce qu’il a été établi que sa consommation a été la cause de graves maladies hépatiques.

La consoude est riche en silice, en allantoïne, en mucilage, en tanin, en acides phénols, en terpènes, en potassium, en fer, en calcium, en phosphore et en vitamine B12. En médecine phytothérapique, les feuilles fraîches, hachées et mélangées à d’autres plantes sont utilisées pour fabriquer des cataplasmes destinés à soigner les fractures, les entorses, les contusions, les douleurs ou les cicatrices. On utilise principalement la racine de la plante pour des soins externes visant à guérir les plaies, les brûlures, les escarres, les ulcères des jambes, les gerçures et les hémorroïdes. En Occident, les feuilles de consoude se cuisinent; chez nous, pas du tout.

Voir aussi

L’huile d’olive championne du démaquillage express

Se démaquiller, c’est le geste de beauté le plus important pour une femme. Bien sûr, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.