L’UA appelle le CS de l’ONU à contribuer à la lutte contre le COVID-19 en Afrique

L’UA appelle le CS de l’ONU à contribuer à la lutte contre le COVID-19 en Afrique

Le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à contribuer à la lutte contre le COVID-19 en Afrique par l’adoption des mesures nécessaires contre la pandémie.

Le CPS «souligne que la pandémie de COVID-19 constitue une menace existentielle pour la vie humaine, la paix et la sécurité dans le monde et, à cet égard, appelle le Conseil de sécurité des Nations unies, conformément à sa responsabilité principale de promouvoir la paix et la sécurité internationales, à contribuer aux efforts aussi bien en Afrique qu’au niveau mondial, y compris par l’adoption des mesures nécessaires à la lutte actuelle contre la pandémie de COVID-19», indique un communiqué publié mardi.

Le CPS de l’Union africaine s’est dit «profondément préoccupé par la propagation continue de la pandémie de COVID-19 sur le continent africain et toutes ses ramifications qui en découlent pour la paix et la sécurité, ainsi que par l’impact socio-économique» dans les pays africains, souligne le communiqué publié par le Conseil à l’issue de sa 922ème réunion «sur la propagation, le contrôle et les implications du nouveau coronavirus (COVID-19) en Afrique».

Le Conseil a toutefois reconnu les résultats positifs des mesures nécessaires mises en œuvre par les pays africains pour prévenir efficacement la propagation de la pandémie, y compris les tests, le traçage des contacts et le traitement des personnes contaminées, ainsi que les confinements et l’application des pratiques d’hygiène personnelle.

Le Conseil a également encouragé les pays africains «à assurer que les mesures prises contre le COVID-19 ne compromettent ni ne sapent les efforts en cours concernant les programmes de prévention et de sauvetage, y compris contre le paludisme, la tuberculose et le VIH/sida ».

Le Conseil encourage également les Etats à rester vigilants et à renforcer davantage la coopération transfrontalière et à partager les informations liées à la santé, afin de prévenir la propagation des infections, en particulier dans les zones touchées par les passages frontaliers illégaux.

Avec MAP

Voir aussi

Journée d’étude sur la protection juridique de la femme marocaine à l’étranger

Journée d’étude sur la protection juridique de la femme marocaine à l’étranger

La ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger (MRE), Nezha El Ouafi, a affirmé, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.