lundi 18 décembre 2017

L’adultère de mon amie…

Zineb, 38 ans, chef de magasin, est mariée et mère de 2 enfants.
Elle n’aurait jamais pu imaginer que partager un secret avec sa meilleure amie allait la rendre aussi vulnérable. Elle a peur de tout ce que peut engendrer cette histoire et d’être éclaboussée par un scandale qui ne saurait tarder…

«Ma meilleure amie, Amina, est une personne agréable, généreuse, une jeune femme exceptionnelle sur qui l’on peut compter. Cela fait 20 ans que nous nous apprécions. Depuis l’école, nous sommes inséparables. Ensemble, nous avons fait les quatre cents coups et jamais au grand jamais nous n’avons eu de querelles. Une belle amitié qui perdure jusqu’à maintenant. Si seulement je pouvais arrêter le temps pour que rien ne change! Hélas!
Nous avons connu nos maris respectifs en même temps, eux-mêmes étaient amis. Amina et moi, nous nous connaissons vraiment à fond, à tel point qu’il m’a toujours semblé que rien ne pourrait entacher notre belle amitié. Nous n’avons jamais eu de secret l’une pour l’autre.

On se raconte tout. Pourtant, ces derniers temps, je n’en ai plus envie. Cela me soulagerait même de ne plus rien savoir. Et dire que nous nous sommes toujours concertées pour toutes les choses importantes de la vie et même pour ce qui semble anodin. Si seulement la seule personne, après mon mari, à me soutenir, me comprendre et me supporter, pouvait se remettre en question et abandonner ses abjectes manigances.
Ce qui arrive est tellement incompréhensible, parce qu’il y a quelques années, quel bonheur que d’avoir pu célébrer nos mariages respectifs le même jour, en même temps. Nous avons eu également des enfants et avons toujours été indispensables l’une à l’autre. Follement amoureuses de nos maris -du moins, c’est ce qu’il me semblait en ce qui la concerne- nous nous sommes entraidées pour l’achat de nos appartements, de nos voitures, de nos bijoux, toujours l’une accompagnant l’autre à toutes les étapes.
Mais les choses ont mal évolué au cours de cette année. J’ai l’amère conviction que ce triomphe de l’amitié risque de s’écrouler.
Depuis que mon amie me demande de parrainer un lourd secret, je me sens mal, ne sachant pas jusqu’à quand je vais tenir le coup et continuer de fermer mon clapet.
Mon amie me tient pour confidente dans une histoire d’adultère. Elle vit une idylle avec un collègue de travail, une histoire trop dangereuse. D’abord, parce les deux sont mariés et ont des enfants et, ensuite, parce qu’un scandale risque de leur faire perdre leur emploi. Il est malheureusement vain de tenter de la raisonner, elle ne veut rien entendre. Ce qui est désespérant dans cette histoire, c’est cette comédie qu’elle est capable de jouer à son adorable mari qui ne jure que par l’amour qu’il lui porte. Honnêtement, il m’a toujours semblé qu’elle tenait à son mari, que leur couple fonctionnait à merveille. Que s’est-il passé? Pourquoi se prend-elle le droit de mener une double vie sans prendre garde aux conséquences? Je suis sa meilleure amie, sa confidente et elle ne m’avait jamais rien dit auparavant. Elle m’a mise devant le fait accompli.
Et moi? Pense-t-elle à moi? Parce que moi aussi, je me trouve dans la plus mauvaise des situations qui soit. Elle monte des scénarii que je suis obligée d’approuver, d’apprendre par cœur et de jouer. Ces gros bobards qu’elle concocte savamment, ils lui servent d’alibis pour voir son amoureux. Et moi, dans tout scénario, je suis toujours une partie -la plus importante- de l’alibi. Parce que son mari, dit-elle, a confiance en moi. Ses mensonges sont tellement précis et minutieux que j’ai le sentiment que c’est un don inné qu’elle a. D’ailleurs, elle se fiche de tout et ne se soucie de rien; je suis la seule à trembler que son secret soit mis au jour. Plus d’une fois, je l’ai sermonnée, menacée en lui demandant de cesser de jouer avec le feu, que les histoires d’adultère finissent toujours par être découvertes et que les conséquences risquent d’être désastreuses. Mon amie a le toupet de me rétorquer que je devrais la laisser tranquille, que mes idées de bigotes ne peuvent l’atteindre et qu’elle prend toutes ses précautions. Franchement, elle ne manque pas d’air, parce que moi aussi je risque gros dans cette ignoble histoire. S’imagine-t-elle une seconde la réaction de mon mari, s’il venait à découvrir que je suis sa complice et sa confidente? Je ne sais plus vraiment quoi faire».

Mariem Bennani

Voir aussi

Mes enfants, mariés trop tôt, m’ont anéantie…

Halima, 56 ans, salariée, mariée, a 3 enfants. Cette mère dénonce le manque de maturité …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.