vendredi 15 décembre 2017

Je suis en train de couler!

Hind, 40 ans, fonctionnaire, mariée, a 3 enfants. Cette femme se sent dévalorisée, dépassée, malgré tous les efforts qu’elle fournit. Son cri.

«Je n’arrive plus à gérer correctement ma vie. Je me trouve dans un tourbillon qui me happe, ne me laissant pas la moindre chance de me dégager. Cela me rend très vulnérable et la dépression me guette. A la maison, mon conjoint ne se soucie pas de mon état. Bien au contraire, il m’accable de remontrances. Ce sont mes collègues de travail qui s’inquiètent, mais je n’ose pas leur avouer ce qui me mine. Je vois bien qu’ils s’en sortent beaucoup mieux que moi. Surtout les femmes, elles arrivent tous les matins pimpantes, bien maquillées, bien vêtues. Elles semblent aussi reposées, très épanouies. Elles riraient sous cape si elles savaient que mes robes longues, ma cagoule et mon teint blafard, ce n’est pas par conviction religieuse que je m’en affuble. En plus, je suis une personne qui ne fait même pas la prière. J’avais essayé, mais je n’ai pas tenu le coup deux semaines d’affilée. Et puis, je suis tellement débordée que c’est ce look qui m’a semblé être le plus pratique et le plus approprié à mes exigences et à celles de mon époux. J’ai quatre tenues indémodables qui ne prennent pas de place dans les armoires, ni dans les valises. Elles passent à la machine sans problème et n’ont pas besoin de fer à repasser. Je suis la seule à la maison à ne pas avoir de dépenses superflues et mes rangements et entretiens sont les plus rapides. Pourtant, c’est moi qui permets aux autres d’étoffer leur dressing et d’assurer la lessive et le rangement, mais de ça, on s’en balance aujourd’hui. Même mes cheveux, je les ai laissés pousser pour éviter le coiffeur. Aussi, parce que je n’ai pas de temps à perdre à les peigner. Je continue de porter ma cagoule à la maison. Je m’en débarrasse pour aller dormir. Parlons du maquillage: il y a bien longtemps que je n’ai porté le moindre fard, ni sur mes lèvres, ni sur mes joues. Comment pourraient-ils tenir? Je suis tout le temps en nage, essoufflée à courir sur plusieurs fronts, pour mon job, pour faire les courses, préparer les repas, m’occuper de la maison et faire le chauffeur pour accompagner mes enfants. Je suis la première à me lever et la dernière à me coucher. Je suis bien consciente que j’en fais trop. Le problème est que je n’en ai pas vraiment le choix. En parler à mon mari est une source de conflit. Non seulement, il ne m’aide pas et ne conçoit pas de le faire, mais en plus, il ne souhaite pas entendre parler de me voir abandonner mon travail. Il dit que son seul revenu ne nous permettrait pas d’assurer la scolarité de nos enfants et de payer nos crédits. Nos discussions finissent toujours par s’envenimer au point où il me fait endosser les échecs scolaires de nos enfants. Il a le culot de me reprocher mon manque de savoir-faire pour tenir correctement une maison. Pis encore, dernièrement, il a osé ajouter à la liste mon manque de coquetterie et de féminité. Bien évidemment, cela m’a fortement déplu et mis la tête à l’envers. Je n’avais jamais eu jusque-là conscience du danger de mon apparence sur notre couple. Pour sauver le peu de dignité qui me restait face à ce qui m’a été jeté à la figure, je n’ai pas omis de lui rappeler que j’ai toujours fait comme il me l’avait ordonné. Et qu’il avait sans aucun doute oublié que nous avions auparavant de nombreuses disputes à cause de sa jalousie maladive et que je fus bien forcée de changer d’allure pour qu’il me permette de travailler. Je n’ai pas eu la force de m’expliquer sur le reste. Actuellement, je coule et ma bouée de sauvetage n’est pas à ma portée».

Mariem Bennani

Voir aussi

J’ai été viré pour cause de… propreté!

Anouar, 32 ans, est aide-boulanger. Il a été viré de son emploi, parce qu’il refusait …

Un commentaire

  1. J’ai beaucoup de peine pour cette dame je crois que son conjoint est un égoïste qu’il ne pense qu’à ça propre personne j’espère de tout cœur qu’elle l’enverra ce faire voir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.