vendredi 20 juillet 2018

Maroc-Mondial 2026 : Ces surprises que réserve le Maroc…

Le Comité de Candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du Monde 2026 s’est réuni, mardi 23 janvier à Casablanca, en présence des membres du gouvernement en charge des secteurs concernés. Une occasion pour le Maroc de défendre les grandes lignes de sa candidature et les contours du dossier devant être remis à la FIFA en mars prochain.

Ce premier point de presse tant attendu a  connu une forte mobilisation à la fois des pouvoirs publics et des opérateurs privés, avec la présence de Miriem Bensalah, présidente de la CGEM, de Othman Benjelloun, président du GPBM, mais aussi de Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, Abdelkader Amara, ministre du Transport, Mohamed Laaraj, ministre de la Culture et de la Communication et Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des Sports. Nawal Moutawakil, Aziz Bouderbala et Nourreddine Naybet ont aussi été présents comme anciennes gloires du sport marocain.

«Le Maroc sera prêt à temps, avec un dossier qualitatif, même si ça devrait gêner certains». C’est ce qu’a déclaré, mardi 23 janvier, lors de la conférence de presse, le président du Comité de Candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du Monde 2026, Moulay Hafid El Alamy, qui est aussi ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique. Il a également assuré que le coût de la préparation du Maroc est compris entre 120 et 130 millions de dirhams: «Pour ce qui est des investissements, il n’y a pas de secret-défense. Avant, la Coupe du Monde avait coûté entre 120 et 130 millions de dirhams dans le volet préparation. Celle-ci devrait coûter à peu près la même chose. Il y a un travail d’accompagnement colossal qui devra être effectué… Nous avons actuellement six stades déjà aux normes de la FIFA, que nous allons upgrader et améliorer davantage.  Il reste donc 8 stades. Ce seront des stades modulables, c’est la première fois que ça va être fait».

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Rachid Talbi Alami, a quant à lui confirmé le soutien du gouvernement marocain: «Le gouvernement apporte un soutien total à la candidature du Maroc pour l’organisation de la Coupe du Monde 2026. Le Maroc a une opportunité pour remobiliser toutes les énergies, en vue d’insuffler une nouvelle dynamique à son économie… La candidature nationale remplit toutes les conditions pour réussir l’organisation d’un événement d’une telle envergure».

Dans une déclaration au Reporter, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Faouzi Lakjaâ, a évoqué les changements adoptés par la FIFA dans le procédé de sélection du pays hôte de la Coupe du Monde: «Après les changements intervenus à la tête de la FIFA, toutes les fédérations nationales, au nombre de 211, ont désormais le droit de vote, alors que seuls les 13 membres du Comité exécutif avaient ce privilège. Et il y a aussi l’augmentation du nombre des participants de 32 à 48 équipes». Le président de la FRMF a continué avec les deux nouveaux critères fondamentaux pour l’octroi du Mondial: «Le Maroc, durant les dernières années, a réalisé beaucoup de progrès dans plusieurs domaines, notamment le développement durable et les droits de l’Homme, qui sont aussi deux critères de la FIFA pour l’octroi du Mondial. Ce sera un bon appui pour le Royaume».

De nombreuses choses à faire…

Après 4 tentatives, le Maroc a aujourd’hui beaucoup d’atouts. Outre sa stabilité financière et sa situation géographique, il dispose actuellement de véritables infrastructures, notamment les autoroutes, ports, stades… Il faut encore valoriser, mais ce sont des arguments que le Maroc est en mesure de mettre en avant. Entre autres surprises que le Maroc réserve pour appuyer sa candidature, il y a le côté logistique.  Pour pouvoir accueillir le Mondial, le Maroc doit non seulement améliorer les 5 grands stades dont il dispose, mais aussi en construire 9 autres. Le cahier des charges présenté par Lakjaa prévoit 12 stades, en plus 2 de réserve modulables. Le budget alloué à cette préparation est donc de 130 millions de DH, selon Moulay Hafid Elalamy. D’autres arguments-massue sont prévus, mais, comme le dit le Président du Comité de candidature, tout ne sera pas dévoilé tout de suite… Moulay Hafid dit juste, sur un ton énigmatique mais assuré que «le Comité s’attellera à préparer un dossier bien ficelé, qualitatif et que ce sera une vraie candidature…».

Une occasion pour que le Maroc dévoile son logo

Lors de ce point de presse, le Comité de Candidature pour la Coupe du Monde 2026 de football (Mondial 2026) a aussi dévoilé le logo de la campagne du Maroc pour obtenir l’organisation de cette importante manifestation.
«Bidding Nation» (Nation candidate) est le slogan choisi pour l’identité visuelle du dossier du Royaume dans lequel l’étoile verte, symbole de l’unité nationale, occupe une place centrale, avec aux abords des feuilles d’arbre d’un rouge éclatant, apparemment en référence à l’identité plurielle de la Nation. Dans la partie inférieure du logo, on trouve sur la même ligne un ballon de football et la date de 2026, l’objectif ultime de la candidature.

Ghita Hanane

Bon à savoir…

– 8 août 2017: annonce de l’intention du Maroc d’organiser la Coupe du Monde.

– 30 novembre 2017: validation de la candidature du Maroc.

– 10 janvier 2018: nomination de Moulay Hafid Elalamy à la présidence du Comité de Candidature.

– 23 janvier 2018: première sortie médiatique du Comité et dévoilement du logo pour la Coupe du Monde.

– 16 mars 2018: dépôt du dossier de candidature ficelé auprès de la FIFA.

– Avril 2018: visite d’inspection des membres de la FIFA.

– 6 et 7 juin 2018: décision de soumettre le dossier du Maroc au Comité de la FIFA.

– 13 juin 2018: vote des fédérations pour la désignation du ou des pays hôtes.

Il a dit…

Moulay Hafid Elalamy, président du Comité de Candidature du Maroc au Mondial 2026

– «Le Maroc sera prêt à temps, avec un dossier qualitatif». «Nous n’avons pas présenté une candidature de figurant, c’est une vraie candidature».

– «La candidature du Maroc est de haute facture, contrairement aux précédentes candidatures, en particulier celle de 2010. Celle-ci (l’actuelle) contient de nombreux atouts»

– «Les points forts du dossier national sont la stabilité, la position géographique, le fuseau horaire, la passion pour le football, la tolérance et l’authenticité de la civilisation qui peut constituer un motif de découverte pour les amateurs du ballon rond»

– «Beaucoup de choses ont été réalisées. D’ici à la validation des candidatures par la FIFA, en mars prochain, le Comité s’attellera à préparer un dossier bien ficelé»

– «Le 13 juin, on va fêter le résultat»! (allusion au Congrès de la FIFA pour désigner le pays organisateur)

Voir aussi

Equipe nationale : Merci, Hervé Renard

S’il est un fait à reconnaître aujourd’hui, comme s’accordent d’ailleurs à dire tous les analystes, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.